Le mot du mercredi : Epectase

couer2Le sens premier de ce mot d’origine grec signifiant “extension” est d’ordre religieux. C’est une tension et un progrès de l’homme vers Dieu. Une volonté de se rapprocher encore plus près du divin. C’est aussi la béatitude des élus au Paradis qui s’accroit sans cesse, sans pour autant atteindre la satiété.

Mais c’est dans un autre sens que ce mot est plus connu et le Canard Enchainé y est pour beaucoup. En 1974, Jean Daniélou, cardinal français, trépasse à 69 ans au domicile d’une prostituée. Vous vous en doutez, l’Eglise est un brin chagrinée. Elle se défend alors en précisant que le cardinal visitait fréquemment les malades et les prostituées (ben voyons) et trouve comme parade de publier dans le Figaro un communiqué qui indique que c’est “dans l’épectase de l’Apôtre qu’il est allé à la rencontre du Dieu vivant”. Le Danièlou en question avait abondamment écrit sur la notion d’épectase dans l’un de ses ouvrages publié en 1944. Mais, le Canard Enchainé, déjà très enclin à la satire et à la gaudriole, profite de la situation, s’empare du terme, joue avec lui, jusqu’à lui en donner la signification de “mort pendant l’extase“. La plaisanterie est énorme mais cela fonctionne tellement bien que l’on trouve le terme épectase avec sa définition d’origine et celle du Canard Enchainé dans le dictionnaire Robert.

Bien que cela soit chronologiquement inexact, on peut dire que le président Félix Faure a connu l’épectase dans le salon bleu du palais de l’Elysée en 1899 avec sa maitresse. D’autres ont aussi rendu l’âme durant la “petite mort” : Le richissime Rockefeller, le compositeur Wagner. On soupçonne quelques papes aussi… Et une multitude d’inconnus bien évidemment.

Cette notion de passer l’arme à gauche pendant une séance de bête à deux dos a inspiré de nombreux cinéastes et écrivains : Dans La Grande Bouffe de Ferreri, Ugo Tognazzi meurt pendant qu’il batifole avec Andréa Ferréol. François Truffaut (qui n’a jamais vendu d’engrais) met en scène Fanny Ardant qui tue Gérard Depardieu pendant qu’ils font l’amour (elle se suicide juste après) dans La Femme d’à coté. Dans son film Comédie érotique d’une nuit d’été, Woody Allen fait mourir José Ferre dans les bras de Julie Hagerty pendant qu’ils se font du bien. Coté littérature; Balzac fait trépasser son héros Raphaël de Valentin dans les bras de son amante dans La Peau de chagrin. Le maitre Stephen King y va de son épectase dans Jessie où l’amant de l’héroïne meurt pendant l’acte alors qu’elle a les poignets liés aux barreaux du lit.

Franchement, c’est vraiment la seule mort que je me souhaite et que je vous espère. Une bonne épectase et au revoir. Mais nous sommes d’accord, le plus tard possible, hein !

A propos de l'auteur

Billx

Homme de poids s’il en est, le Billx est un curieux insatiable qui tend à partager le savoir qu’il glane au quotidien. Facile à apprivoiser (un verre de Saumur-Champigny suffit), le Billx n’hésite pas à se servir de l’humour comme d’une arme de vulgarisation massive. Doux la plupart du temps, il accepte sans problème les critiques pourvu qu’elles soient constructives.

6 commentaires

Laisser un commentaire
  • Bonjour,

    Ce doit être comme pour les précédentes remarques un petite erreur d’inattention : “Bien que cela soit chronologiquement inexacte”. Je pense qu’il ne faut le e à la fin de inexact.

    D’autre part, dans Jessie de Stephen King, c’est l’amant de Jessie qui meurt alors qu’elle est menottée au lit. Ce qui est bien relatif à l’épectase.

    Et me voila partie pour chercher un nouveau mot “atélectasie”. Le correcteur lors de la saisie du commentaire ne connaissant épectase me propose de le remplacer par “atélectasie”.

    Merci pour ce mot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.