Des chiens au tournebroche

Je ne vous parlerai pas aujourd’hui du hotdog (chien chaud), un  célèbre sandwich réalisé avec une saucisse coincée entre 2 tranches de pain. Je  vous présenterai une autre manière d’utiliser le chien dans la cuisine. Il ne s’agit pas non plus de recettes made in Asia à base de canidé, mais du Turnspit, un chien aussi utile jusqu’au XIXe siècle, en Angleterre, qu’un micro-ondes l’est aujourd’hui dans toutes les cuisines.

Caractéristiques du Turnspit

Utilisé par les anglo-saxons jusqu’au XIXe siècle pour apporter son aide aux chefs cuisiniers, le Turnspit ou Vernepator Cur était un chien à pattes courtes et tordues et au corps long.  Sa robe est généralement gris sombre tachetée de noir ou entièrement noire avec les parties inférieures blanchâtres.

Mais quelle pouvait être l’utilité de ce chien de cuisine ?

Un tourne-viande à pattes

Cette race de chien, proche du terrier ou du Corgi gallois, répertoriée dans la classification de Linné avec l’intitulé « Canis vertigus » a complètement disparu de nos jours. Elle était utilisée dans une sorte de roue à écureuil reliée à un tournebroche et mise en mouvement par les pas de l’animal.  Grâce à la roue, et aux papattes de Médor, les pièces de viande que l’on préparait dans les cheminées pouvaient être cuites uniformément et dorées à souhait.

Le tournebroche pratique

L’actionnement de la roue était un travail si dur, qu’il fallait bien souvent posséder 2 chiens dans les logis pour ne pas les tuer à la tâche. Autrefois dévolue aux personnels de maison ou aux enfants, cette rude corvée avait trouvé une race de chien puissante et excellant dans le sprint pour s’y coller. A cette époque, la cause animale n’était pas d’actualité d’autant plus que le quotidien des gens de maison s’en trouvait allégé. Il arrivait même que l’on coupe la queue des chiens pour gagner de la place dans la roue mobile ou qu’on « attise » leur motivation en y plaçant du charbon ardent.

Avec la mécanisation et l’invention de machines, les Vernepator disparurent des cuisines. Plus personne ne souhaita accueillir ce chien. Cela eut pour conséquences d’éteindre cette race car on ne le trouvait que dans quelques cottages isolés trop pauvres pour s’acheter un tournebroche mécanisé plus moderne.  Ces chiens servaient aussi parfois de chauffe-pieds lors des messes hivernales.


A propos de l'auteur

Axelle Rousse_Redacxelle
Axelle Rousse_Redacxelle

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007. Tous les articles et les contenus sont sous licence Creative Commons 2.0 , ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.