C’est pas saké ça

En v’la de l’inutile, en v’la.

En ces temps de beuveries prononcées dues à la période des fêtes, il est intéressant de noter une particularité humaine somme toute étrange mais néanmoins avérée : L’asiatique ne tient pas l’alcool. Enfin, pour 50% d’entre eux seulement. En effet, la moitié de la population asiatique possède un variant génétique qui empêche le foie de métaboliser l’alcool de manière satisfaisante. Ainsi l’élimination de la bibine est extrêmement longue et l’ivresse est prolongée à son plus haut degré. Il y a même parfois une complète intolérance. En fait, un thé au ginseng leur suffit amplement pour se déchirer la tête. Alors, écoutez mon conseil, si vous avez de la famille ou des amis d’origine asiatique (ce qui est plutôt cool) faisant partie des 50% et que vous les invitez à manger, servez de l’eau tout au long du repas et n’autorisez qu’un seul Mon Chéri (marque déposée) au moment du café sous peine de devoir changer votre moquette.

Pas de virulence dans vos commentaires s’il vous plaît, cet article n’a absolument rien de raciste car je vous prie  bien de croire que je ne le suis pas.

Et Bonne Année à toutes et à tous ! (Et allez-y mollo avec la bouteille)

Source : Fluide Glacial n°391

A propos de l'auteur

Billx

Homme de poids s'il en est, le Billx est un curieux insatiable qui tend à partager le savoir qu'il glane au quotidien. Facile à apprivoiser (un verre de Saumur-Champigny suffit), le Billx n'hésite pas à se servir de l'humour comme d'une arme de vulgarisation massive. Doux la plupart du temps, il accepte sans problème les critiques pourvu qu'elles soient constructives.

9 commentaires

Laisser un commentaire
  • Après un voyage en chine de 8 mois je confirme pour les 50% qui ne tiennent absolument pas.
    En revanche les 50% restants, surtout s’il sont de la campagne ont eu de l’alcool dans le biberon donc ils sont quasi impossibles a coucher…
    A savoir

    Et merci pour toutes ces infos légères ou utiles qui réjouissent nos journées.

  • En effet, c’est frappant.

    Ca entraîne d’ailleurs de très gros problèmes dans certains pays, notamment en Corée du Sud.

    D’une part, on a 50% de la population qui supporte très (très, très, très …) mal l’alcool.
    D’autre part les rapports sociaux sont … très (déjà dit ?) alcoolisés. A savoir qu’un patron paye souvent des verres à ses employés, et autres du genre … ne pas boire nuit fortement à sa vie dans la société. -interdit de se servir soi-même de l’alcool, c’est forcément un tiers qui rempli notre verre-
    Le terme “bien boire” est équivalent au terme “boire beaucoup” et valorise énormément l’individu.
    A noter aussi que les mises en garde contre l’alcool étaient quasi inexistante jusqu’à … hum … début 2008 ? 🙂

    Y ayant passé un petit moment, j’ai été impressionné par cet état de fait.

    Mélangez ces 2 points et vous obtenez un nombre bien trop important de cancers et suicides.

    Hum …
    Pour finir sur une note plus optimiste, je tiens malgré tout à préciser que c’est un pays merveilleux bien que malheureusement trop peu connu.
    L’amabilité des habitants, leur ouverture et leur curiosité sur tout ce qui est français est très rafraîchissant.

    Conclusion :
    Allez faire un tour à Séoul et offrez une bouteille de bon vin français. Ce sera accepté avec grand plaisir, il suffira juste de doser soi-même les verres que chacun prendra 🙂

    *Bonnes Fêtes*

  • Bonjour 🙂

    Article très intéressant qui corrobore certaines observations faites sur les populations amérindiennes qui sont d’origine asiatique (sibérienne). L’effet de l’alcool est si nuisible à leur santé que des lois ont ont existé interdisant de leur vendre de l’alcool et de nos jours certains conseils de bande (équivalent à une municipalité ou commune chez les Premières Nations)ont décrétés des règlements imposant un “régime sec” à leur population.

    Il en va de même avec la consommation de sucre qui est lui aussi un alcaloïde. L’abus de substances sucrées leur est presque aussi dommageable que l’alcool à cause de ses effets à long terme.

    Mon père m’a raconté que dans les années 40 alors que tous les hommes valides avaient été mobilisés pour combattre un feu de forêt, des amérindiens de la région (des Attikamekws de la Haute-Mauricie) avaient bu la totalité des chopines de mélasse destinées aux personnes mobilisées à cette occasion. Pas de mélasse pour mettre sur les crêpes: cela avait causé quelques remous comme vous pouvez vous en douter.

    Bien cordialement.
    🙂

  • Difficile d’aborder la notion de race, tant le concept lui-même est tabou en France. A ce sujet, il est vraiment frappant de voir la différence de définition que l’on trouve entre une encyclopédie française et un encyclopédie américaine.

  • en effet 50% ont la peau qui vire au rouge quasi instantanement.

    Par contre j’ai vu a des repas d’affaire ou on s’enquille facile une bouteille de cognac par personne. (c’est qu’il faut savoir boire pour faire des affaires la bas)

  • Bonjour!

    Pour les joues (et le reste) rouges, il s’agit du “flush syndrom”. Grossièrement, lorsque nous buvons de l’alcool (le plus souvent de il s’agit d’éthanol) nous le transformons dans notre foie d’abord en acétaldhéyde grâce à l’alcool déshydrogénase (ADH, à ne pas confondre avec la vasopressine aussi appelée en ADH) puis en acide acétique grâce à l’acétaldéhyde déshydrogénase (oui oui, le vinaigre). Il a été constaté que certaines populations et en particulier les asiatiques possédaient un système très réactif : des ADH très performantes et/ou des acétaldéhydes déshydrogénase un peu faignantes. Pour rester simple, il y a donc “une accumulation” d’acéthaldéhyde. Or, en plus d’être assez toxique c’est une substance vasodilatatrice. Par conséquent les nombreux capillaires sanguins vont êtres dilatés, d’où le rouge sur les joues!
    Je n’aborde ici qu’une seule voie de transformation de l’éthanol, je voulais simplement éclaircir un peu cette histoire de flush syndrom ;-).

  • Perso (pour le coup je vous en veux pas si vous dites que vous vous en foutez) l’alcool m’endort toujours s’il ne me fait pas aucun effet. D’origine française et d’habitude joyeuse (ouais je fais des blagues à longueur de journée c’est A-Troce <= plus sérieusement, je suppose que les nerfs ont un rôle à jouer eux aussi), j'ai moi aussi constaté cet aspect prononcé du rire dur à contrôler chez des amis asiatiques..
    Bref, tout ça pour dire que je me pose les questions suivantes : Comment sont définies les prédispositions face à l'alcool ? Et surtout est-ce en rapport avec les gènes ? Si un spécialiste invétéré sorti des abysses infernales de 45 ans d'études biologiques se sent capable de répondre à la question, j'accepte volontiers !

    Merci^^
    Longue vie aux commentaires, longue vie au site 🙂

  • gros gros problème d’alcool pour les amérindiens au nord du Québec. Pour la majorité, ce sont des alcooliques. Cette triste réalité est un fait bien connu au Canada.. et avec votre article, on voit d’ou vient la tendance!! historiquement, les amérindiens et les inuits sont des asiatiques qui sont arrivés par le détroit de béring (russie-alaska)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.