Le cave se rebiffe

Quand le cave se rebiffe, ça n’a pas de commune mesure…et pourtant il y est question de mètre et d’étalon. Écoutez plutôt ce dialogue entre  Françoise Rosay et Jean Gabin.

Voici le script de ce dialogue culte du « Cave se rebiffe » (1962), car le langage fleuri de Michel Audiard ( à ne pas confondre avec Chevalier et Laspalès !) est assez éloigné de notre Français d’aujourd’hui.

Pauline : À quoi je le reconnaitrais ?
Le Dabe : Un beau brun, avec des petites bacchantes, grand, l’air con !
Pauline : Ça court les rues, les grands cons !
Le Dabe : Ouais ! Mais celui-là c’est un gabarit exceptionnel ! Si la connerie se mesurait, il servirait de mètre étalon ! Il serait à Sèvres !

Langage certes différent du Français d’aujourd’hui, mais vous l’avez quand même compris, le message est clair, le beau brun est un spécimen de con qui gagnerait le 1er prix dans un dîner de con ! Mais savez-vous pourquoi Gabin conclue en affirmant qu’il pourrait être à Sèvres et servir d’étalon ?

C’est parce que Sèvres est la ville où se trouve depuis 1884, l’entrée du Bureau international des poids et mesures (BIPM), un organisme qui fait partie des 3 organisations internationales (Conférence générale des poids et mesures et Comité international des poids et mesures) créées pour maintenir le système international d’unités. On y trouve une barre de platine qui servait de référence (d’étalon comme nous le dit Audiard par la bouche de Gabin) depuis la création du système métrique en 1790 et jusqu’à ce que le mètre soit défini d’après la longueur d’onde d’un des rayonnements de transition du krypton.

Opérant sous l’autorité de la Convention du Mètre, signée par 51 pays, le BIPM joue son rôle en exploitant certaines données dans son laboratoire personnel et recevant des informations de différents laboratoires de métrologie issus des états membres de la Convention du Mètre. Recherches, comparaisons d’étalons nationaux, étalonnages y sont réalisés pour le bénéfice des 51 états membres.

Enfin, le BIPM a aussi pour mission de veiller au maintien du Temps atomique international (TAI) et du Temps universel coordonné (UTC). Il s’agit de deux échelles de temps à partir desquelles sont réglées les fréquences de référence et les signaux horaires qui servent pour un certain nombre d’études scientifiques et de mesures de durées à travers le monde et qui permettent de synchroniser entre eux tous ces systèmes disséminés sur la planète.

Et vous, vous la mesurez comment la connerie?

A propos de l'auteur

A.Ccélère

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.