Nager comme un poisson dans l’eau

Si je vous demandais comment se déplacent les animaux marins, vous me répondriez sans doute, qu’ils nagent. Vous n’auriez pas complétement tort mais votre réponse serait incomplète !  Je vous explique pourquoi !  Les animaux marins n’ont pas tous élu domicile dans le même milieu. Leur mode de déplacement va donc s’adapter à leur lieu de vie. Vous imaginez bien qu’on ne se déplace pas de la même manière quand on habite un fond sableux ou un endroit plein de rochers.

Nager…comme des poissons dans l’eau

Les poissons réussissent à se déplacer grâce aux ondulations produites par leur corps. Ce dernier a une forme hydrodynamique, c’est-à-dire qu’il est prévu pour réduire toutes les résistances exercées par les flots. Chez la plupart des poissons, les nageoires ne servent pas à nager à proprement parler, mais sont utiles comme stabilisateurs et gouvernail.

Comparaison avec la marche humaine, de pointes de vitesses dans l’eau de certains poissons

  • Saumon : 30 km/h
  • Truite : 16 km/h
  • Carpe : 12 km/h
  • Piéton moyen : 5 km/h

La seiche possède une façon de nager très particulière. En réalité elle se déplace vers l’arrière, grâce à une sorte de siphon qui expulse de l’eau. C’est sa nageoire supérieure qui en ondulant lui permet de se maintenir sur place.

Comme Mary Poppins qui vole dans les airs avec son parapluie, la méduse se meut gracieusement lorsque son ombrelle se contracte et se relâche.


Ça marche

La plupart des invertébrés qui vivent sur des supports solides se déplacent en marchant. Les crustacés du benthos, tels que les crabes ont des pattes articulées qui leur permettent de se déplacer même latéralement.

Marcher en crabe : cette expression est utilisée pour désigner un type de marche, semblable à celle du crabe, c’est-à-dire

Avez-vous déjà observé le mouvement des oursins et des étoiles de mer ? On dirait qu’ils se déplacent en rampant car, on ne voit pas leurs pattes. Mais en réalité, ils possèdent une multitude de pieds, appelés « podias », munis de ventouses qui s’accrochent au support de manière coordonnée.

Il existe aussi des poissons qui utilisent leurs nageoires pectorales pour marcher. C’est le cas notamment du périophtalme et du grondin volant.

Et bien plus encore

Mais que peuvent faire les animaux marins qui ne nagent ni ne marchent ? Eh bien, il y en a qui rampent, d’autres qui s’enfouissent et certains qui sont même capables de planer ! Les mollusques tels que les patelles, bigorneaux ou buccins ont une sorte de pied aplati qui se contracte et se relâche et permet une reptation efficace sur leur lieu de vie. En étalant ses nageoires pectorales pour capter les courants d’air, le poisson volant (exocet atlantique) est capable de planer sur plus de 150 mètres en dehors de l’eau. Ce sont les battements d’avant en arrière de sa queue qui facilitent la poussée.

A propos de l'auteur

Axelle Rousse_Redacxelle

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007. Tous les articles et les contenus sont sous licence Creative Commons 2.0 , ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.