L’information inutile du vendredi : C’est moi ou ça sent le cochon grillé ?

Il s’appelait Roy Sullivan et la vie l’a très vite mis au jus. Né en 1912, il commence à l’âge adulte une carrière de garde forestier dans sa Virginie (U.S.A.) natale. Et c’est au coeur de la forêt dans un promontoire de surveillance que le ciel lui adresse son premier signe d’affection en 1942. La foudre le frappe à la jambe. Il perd juste un gros orteil. Le dicton dit que la foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit. Sullivan aura aisément démontré le contraire.

Après 27 ans de répit, le garde forestier voit les 14 dernières années de sa vie perturbées par le ciel :

En 1969, il est sur une route de montagne dans son camion. Un orage éclate. Il se dit qu’il est tranquille, son véhicule fera office de cage de Faraday. Mais son  engin ne devait manifestement pas répondre aux critères requis car il se mange un éclair (et pas au café). Sonné, il en sera pour des sourcils calcinés.

En 1970, alors qu’il est dans sa cour et se presse de rentrer chez lui pour éviter la pluie, la foudre vient le chatouiller in-extremis. Verdict : Des tonnes de Biafine (trède marc) à se tartiner sur l’épaule gauche.

En 1972, toujours sur son lieu de travail, la forêt donc, le ciel le gratifie à nouveau d’une décharge qui déclenchera un incendie capillaire. Dès lors il prend la décision d’avoir toujours un bidon d’eau à sa portée.

Août 1973, dans son nouveau van, un gros nuage bien noir semble le suivre. Cela dure un moment et Roy serre les fesses. Mais au bout de quelques kilomètres le ciel se dégage. L’homme s’arrête alors et sort de son 4-roues pour prendre l’air, heureux d’y avoir échappé cette fois. Et là, paf ! Dans les dents ! Sa chevelure est encore une fois en feu mais il parvient à régler le problème avec un jerrican d’eau qu’il avait dans le coffre de sa camionnette. De graves brûlures viendront émailler ses jambes et son bras gauche.

En juin 1974, il se détend en faisant du camping. Alors qu’il monte sa tente (non ce n’était pas un neveu incestueux), un orage soudain se déclare et c’est sa cheville droite qui en fera les frais.

Juin 1977. L’homme décide d’aller taquiner le brochet. Il décapote (son van), sort sa gaule et laisse flotter son bouchon dans un paisible lac de Virginie. Il s’endort presque quand un vent fort et inattendu le tire de sa torpeur. Pas le temps de réagir, la foudre se rappelle encore à lui. Il est sévèrement touché au à l’abdomen et à la poitrine mais s’en sort vivant.

Le rapidement surnommé Paratonnerre de Virginie déclara un jour : « On a l’impression d’être cuit de l’intérieur ».

Le pauvre Roy, en ce début année 1983 tombe extrêmement amoureux d’une jeune femme qui ne lui retourne pas ses faveurs. Econduit, il se fait sauter le caisson en septembre de la  même année. Après avoir résisté 7 fois à  ces énormes décharges électriques, on peut dire qu’il est paradoxalement  mort d’un coup de foudre non réciproque.

Et puisque c’est la saison, faites gaffe aux orages. Vous ne pourrez pas dire que je ne vous aurais pas mis au courant. 😉

A propos de l'auteur

Billx

Homme de poids s'il en est, le Billx est un curieux insatiable qui tend à partager le savoir qu'il glane au quotidien. Facile à apprivoiser (un verre de Saumur-Champigny suffit), le Billx n'hésite pas à se servir de l'humour comme d'une arme de vulgarisation massive. Doux la plupart du temps, il accepte sans problème les critiques pourvu qu'elles soient constructives.

8 commentaires

Laisser un commentaire
  • Et le wikipedia anglophone précise qu’après s’être prit la foudre lors de sa partie de pêche, un ours a voulu lui chipper le poisson, et notre homme fraichement électrifié s’est battu avec la bête avec un bâton. Ça fait quand même très irréaliste, tout ce qui lui est arrivé à cette homme. :-/

  • On voit qu’il est possible de raconter n’importe quoi et y croira. Personnellement je pense qu’on parle bc et qu’on fait bc de bruit mais que chaque émission sonore (chaque émission TV, radio), chaque histoire et chaque discussion fait raisonner (ou réfléchir) et on fait des commentaire. tant qu’on ne tire pas de conclusion comme: il avait un corps de robot extra-terrestre, il avait trop de fer sur lui ou bien l’armé américaine chargeait a intervalle régulier son rayon tesla pour le tuer car « il en savait trop » lol c’est toujours bon. Et on en tire des images, on à rêvé le temps d’une ou deux minutes et pour moi c’était très agréable, j’ai bc aimé cette histoire. Ce qui me fait sourire c’est qu’on ne sent jamais que l’homme s’inquiète ou à pris des décisions afin que ces événement ne lui « tombe plus dessus ». Comme arrêter la pêche (eau, fil de pêche, il semble que tous les lieux ou il s’est fait électrocuté soit autour de chez lui ou dans les environs). Va vivre en ville mec ! si la foudre te suis jusqu’ici alors tu pourras te poser des questions ! mais 1 il est mort et 2 il est peu probable que l’histoire soit vraie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.