Date de la première plaque d’immatriculation

Les premières plaques d’immatriculation sont apparus en France début 1900 dans la ville de Lyon, plus précisément au parc de la Tête d’Or (très grand parc du 6° arrondissement) où les passants, agacés par la poussière soulevée par les véhicules de passage cherchèrent un système pour identifier ces véhicules.

Bugatti

Une plaque minéralogique temporaire était aposée sur la voiture à l’entrée du parc et était enlevée lorsque le véhicule quittait le parc.

En été 1900, cette mesure est étendue à la circulation dans la ville de Lyon suite à l’augmentation exponentielle du nombre d’accidents. Une plaque est assignée à chaque conducteur résidant à Lyon et une plaque temporaire est distribuée à tous les touristes.

Cette mesure impopulaire sera pourtant étendue à l’ensemble du territoire français l’année d’après par un décret qui impose l’apposition d’une plaque d’identification à l’avant et à l’arrière de chaque véhicule, visible de jour comme de nuit.

Crédit photo : Club Bugatti France

A propos de l'auteur

Bastien

Je suis le créateur de ce site et j'essaie toujours d'écrire des articles sur des sujets qui peuvent toucher le plus grand nombre de lecteurs.

Je n'ai pas de domaine de prédilection, quand je me pose une question sur n'importe quel sujet, j'essaie de trouver la réponse et je la poste ici.

Même si malheureusement je me fais rare sur le site, je veille au grain et je reste à l'écoute de tous les visiteurs et commentateurs donc n'hésitez pas à m'écrire.

3 commentaires

Laisser un commentaire
  • Hello !
    Donc ce serait nous mêmes les français qui aurions inventé le concept ? Ou les lyonnais ont copié un autre pays ?

  • En fait dès le 18e siècle, en France, on identifiait les propriétaires de véhicules hippomobiles par une plaque précisant leur identité…
    Un arrêt du Conseil du Roi daté du 20 avril 1783 fait obligation aux « rouliers et cochers de fixer sur leurs véhicules une plaque en métal portant le nom et l’adresse des propriétaires de l’attelage ». Avant les plaques « minéralogiques », les charrettes et autres véhicules à chevaux portaient donc des plaques « nominatives ». Avec l’avènement de l’automobile, plusieurs villes commencent à imposer le port de plaques portant un numéro, pour des questions de sécurité, par exemple pour la traversée du parc de la Tête d’Or, à Lyon.
    Entre 1893 et 1901, de petites plaques fixées à gauche, devaient porter le nom et l’adresse du propriétaire et un numéro affecté par l’administration.
    A l’été 1901, un accident survenu à Louviers va décider le gouvernement français à être le premier état au monde à instaurer un système d’immatriculation national. En effet, un adolescent de 14 ans, de Villeroy, s’enfuit après avoir écrasé le fonctionnaire en charge de l’octroi. Dés le 11 septembre 01, les plaques d’immatriculations rentrent dans l’histoire, juste un siècle avant un autre évenement historique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.