La chance on en a ou pas !

Ce matin en allant acheter ma baguette de pain chez le boulanger du coin de la rue, j’ai malheureusement marché dans une crotte de chien. Mais je ne devrais d’ailleurs peut-être pas dire « malheureusement ». La colère me montant au nez ainsi que l’odeur pestilentielle des déjections de l’affreux cabot de mon voisin, je me souvins qu’avant de grogner, il me fallait regarder quelle chaussure était crottée. Pourquoi ? Parce que j’ai toujours entendu dire que, marcher dans une crotte avec le pied gauche portait chance !

Cessons donc tout de go, la mauvaise humeur et les envies d’empoisonner le pauvre clébard de mon voisin tout aussi affreux. Eurêka ! La chance estenfin avec moi ! Vive le toutou de l’horrible  voisin ! La meilleure chose à faire maintenant est d’aller jouer sur un site de casino en ligne avis, notes et commentaires ! Je vous dirai demain si la merde de chien m’a porté chance. Puisque vous n’en avez peut-être rien à fiche des crottoirs dans ma petite ville de Champagne, profitons de l’occasion, pour faire un tour des expressions populaires se rapportant à la chance. Il y en a certaines qui valent un détour au moins autant que la crotte de chien bénie !

Si vous avez de la veine et que vous lisez ce texte jusqu’à la fin, il y a de fortes chances pour que vous ayez la baraka  ! Mais comme la chance n’arrive pas sans rien, nous allons vous expliquer le sens de certaines de ces expressions.

L’expression « avoir de la veine » se rapporte aux chercheurs de métaux précieux (d’or, de diamants…), qui devaient creuser la roche à la recherche de la « veine » … Ces métaux se trouvent quasiment toujours  dans ces sortes de cavités ou zones appelées « veines ». J’aurais préféré de l’or à mon  caca de chien !

Mais i n ‘y a pas que la veine que vous pouvez avoir pour être chanceux :

Avoir du bol ou avoir du pot. En ancien français ces deux termes désignaient l’anus. Cette expression est donc à rapprocher d’une autre toute aussi croustillante que ma baguette : avoir du cul. Puisque nous en sommes à l’anatomie postérieure, sachez que la chance pourrait bien vous sourire si vous avez le cul bordé de nouilles. Quelle finesse dans une formulation pour laquelle on ne trouve pas d’origines très précises. Sans doute chinoises ou italiennes …les nouilles.

D’autres expressions chanceuses font référence à différents des individus. On se demande bien pourquoi d’ailleurs. Sincèrement, je préfère marcher tous les matins dans une merde de canidé que d’avoir une chance de cocu ou une chance de pendu. Alors pourquoi comparer la chance à ces 2 pauvres hères? Peut-être considère-t-on qu’après si peu d’infortune, ils ne peuvent pas tomber plus bas et seront donc chanceux…A condition bien sûr que le pendu ne se retrouve pas au ciel avant d’avoir retrouvé sa veine ! Une autre explication terrible est envisageable. Accrochez-vous ! Il y a de cela plusieurs décennies, certaines personnes prêtaient aux corps des pendus des pouvoirs surnaturels. On allait même jusqu’à récupérer leur graisse et leur os. La graisse était censée soigner,  les os devaient éloigner le mauvais sort ou la poisse ! Quant à la corde du défunt, elle assurait aux joueurs une chance inouïe !

Et puisque nous sommes si près du ciel avec notre pendu chanceux, vous pourriez aussi être né sous une bonne étoile. Les étoiles sont dans la croyance populaire, des guides qui peuvent marquer un destin. Il n’y a qu’à penser aux Mages venus d’Orient. Ils ont eu la chance de rencontrer le Messie en suivant une simple étoile. L’expression avoir la baraka  utilisée plus haut se rapproche du sens de la précédente puisqu’en arabe, la baraka signifie « faveur du ciel » ou « bénédiction ».

On ne vous parle plus d’avoir, mais d’être. Car vous pourriez très bien être verni ou né coiffé ! Pour le vernis, peut-être est-ce parce que les surfaces vernies ne retiennent pas les ennuis. Les tracas n’y accrochent pas. Seules les bonnes choses demeurèrent. Quelle chance ! La référence à la coiffure date du XVI ème siècle. A cette époque, lorsqu’un bébé naissait avec un fragment de membrane fœtale sur la tête lui faisant comme une coiffe, on pensait qu’il serait protégé et ne connaîtrait pas le mauvais sort.

Si vous n’avez ni corde de pendu, ni verni et pas d’étoiles à disposition, voici quelques objets qui pourraient vous porter chance. On les appelle des porte-bonheur :

  • Le trèfle à 4 feuilles : le plus dur reste de le trouver dans votre gazon beau comme un green !
  • La main de Fatma : il s’agit d’une amulette représentant la main de la fille du prophète Mahomet.
  • Le fer à cheval : considérés comme des magiciens, parce qu’ils maniaient le fer et le feu, leur fer à cheval a revêtu des aspects magiques. Pour s’assurer la chance, il faut  l’accrocher sur à un mur ou à la porte de sa demeure.
  • La pièce trouée : elle ne vous portera chance que si elle vous est offerte !
  • Un pompon : oui mais pas n’importe lequel ! Uniquement celui présent sur le béret des marins !
  • Casser du verre blanc : mais ce n’est pas la peine d’y faire passer tout le service de Limoges de Mamy !
  • Un brin de muguet : offert le 1er mai, il assure bonheur à ceux qui le reçoivent.
  • Patte de lapin
  • Jeter une pièce dans une fontaine
  • Toucher du bois
  • Voir un arc en ciel
  • ….

Revenons à notre merde. Savez-vous pourquoi il est de coutume de dire « merde » à un acteur ou un musicien avant qu’il ne se produise sur scène ? On le fait aussi pour un examen, un match important ou un entretien d’embauche. Cette expression tient ses origines du 19ème siècle. A cette époque, les riches aimaient à sortir au théâtre et ne pouvaient pas y aller en Ferrari. Ils se déplaçaient donc avec d’autres chevaux tirant une calèche. Pendant les représentations les équidés faisaient leurs besoins devant le théâtre. Bien sûr, les spectateurs marchaient et salissaient les tapis et moquettes de l’établissement. Plus le sol était sale, plus le nombre de spectateurs avaient été important et plus la pièce avait remporté de succès. Autrement dit plus on trouvait de merde, plus le spectacle avait dû être réussi ! De cette merde éparpillée au sol, on en arriva tout simplement à se dire merde pour se souhaiter bonne chance !

 

A propos de l'auteur

A.Ccélère
A.Ccélère

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.