Le monocaméralisme, question de chambres et d’hémicycles

Les gens –à l’instar des parlementaires, d’ailleurs – ne sont jamais fichus de se mettre d’accord sur rien ; doit-on dire monocamérisme, monocaméralisme, unicamérisme ou unicaméralisme ?

Ça me pose deux problèmes ; a) comment vais-je nommer mon texte ? b) De quoi vais-je vous parler !? (Pourtant notez bien que si on a inventé les parlements, c’est pour éviter ce genre de désaccords).

Bon, accordons-nous sur monocaméralisme, si vous n’êtes pas d’accord tant pis, c’est moi qui décide (voyez à quel point la dictature simplifie les choses… ;-).

Recours à l’étymologie

L’étymologie, (assez évidente) provient du préfixe latin uni- (un) ou du grec mono- (seul, unique, un…), du latin camera (chambre) et du suffixe –isme, la présence ou non de –râle – entre camer- et isme dépend (probablement) du nombre de râleurs dans l’hémicycle. Suivant ce raisonnement, on devrait dire monocaméralisme pour une démocratie et monocamérisme pour une dictature.

Le monocaméralisme en réponse aux révolutions ?

Le monocaméralisme semble être né à la suite des tentatives manquées de révolutions dans les monarchies absolues, à ce titre le meilleur exemple est celui de la première révolution russe en 1905 qui mena à la constitution de la Douma, une chambre parlementaire consultative un peu inutile qui n’élisait personne et ne décidait de rien.


Le monocaméralisme en pratique

Les systèmes monocaméraux ne se justifient (démocratiquement) qu’en monarchie parlementaire, le système prend alors la constitution suivante (il ne s’agit là que d’une composition courante, il en existe bien d’autres) : Le roi est chef de l’état, il désigne un chef de gouvernement (premier ministre) qui dirige le pouvoir exécutif et qui compose un gouvernement (variante : le chef du gouvernement est élu par l’assemblée, dans ce cas un système bicaméral est préférable.), la chambre parlementaire est élue au suffrage universel direct à proportionnelle nationale (pour éviter une majorité trop large) et assure le pouvoir législatif (elle vote les lois proposées par le gouvernement).

Monocaméralisme et oubli de la démocratie

Le monocaméralisme est parfois utilisé dans des pays non-monarchiques, comme la Chine, indiquant alors un certain manque de démocratie, en effet, le président du groupe parlementaire majoritaire est certain d’être élu (ce qui est normal, démocratie ou non), mais surtout n’a, une fois élu, rien pour le freiner (puisque il a la majorité parlementaire).

 

A propos de l'auteur

Axelle Rousse_Redacxelle
Axelle Rousse_Redacxelle

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007. Tous les articles et les contenus sont sous licence Creative Commons 2.0 , ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.