Les trois coups de théâtre

Si vous aimez fréquenter les théâtres, vous avez déjà dû entendre maintes fois, les fameux 3 coups qui annoncent le début de la représentation.

Frappés avec un brigadier, c’est-à-dire un bâton prévu à cet effet (pas un gendarme en uniforme), ils sont dédiés à attirer l’attention des spectateurs juste avant ou pendant le lever du rideau.

Le brigadier était la personne chargée de diriger des brigades de machinistes. Les machinistes avaient l’habitude de travailler en équipes appelées brigades. Lorsque le spectacle était sur le point de débuter, le régisseur rassemblait les équipes en frappant le sol avec un bâton. Le brigadier est en fait bien souvent une perche de théâtre  agrémentée d’une poignée recouverte de velours rouge. Par métonymie, le bâton a pris le nom de son utilisateur.

D’où vient cette tradition française des 3 coups ?

Plusieurs explications sont envisagées.

1ère explication :


Au Moyen-âge, les comédiens étaient mal considérés par l’Eglise. Ils avaient donc pris l’habitude de ponctuer chacun des 3 coups par une prière

  1. TOC : Au nom du Père
  2. TOC : Au nom du Fils
  3. TOC : Et du Saint-Esprit

Parfois les 3 coups étaient précédés d’un roulement plus rapide contenant entre 5 à 13 frappes rapides. Ces coups supplémentaires pourraient faire référence à :

  • 9 coups : Les 9 muses de la Grèce antique.
  • 11 coups : les 12 apôtres auquel on a soustrait Judas.
  • 12 coups : nombre parfait à la grande symbolique

2ème explication des 3 coups :

Ils correspondraient aux 3 saluts ou courbettes que les acteurs avaient l’habitude de faire lors de leurs représentations devant la Cour.

  1. TOC : Salut, côté jardin
  2. TOC : Salut, côté cour vers le machiniste
  3. TOC : Salut, face au public

3ème explication :

La tradition des 3 coups remonterait à l’époque de Molière, lorsque lui et sa troupe annonçaient l’entrée de la famille royale : roi, reine et dauphin. 1 coup pour chaque tête couronnée !

Et dans le théâtre moderne et contemporain ?

Avec les mises en scène modernes et le nouveau rapport entre la scène et le public, il arrive souvent que cette tradition soit abandonnée.

Mais pour le moment ! Que le spectacle commence !

 

A propos de l'auteur

Axelle Rousse_Redacxelle
Axelle Rousse_Redacxelle

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007. Tous les articles et les contenus sont sous licence Creative Commons 2.0 , ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.