Prépare-moi le piano préparé

Comment-ça « Prépare-moi le piano » ? S’agit-il du piano du chef étoilé sur lesquels sont mitonnés de bons petits plats ? Non…mais bien de cette espèce à queue que l’on trouve dans certaines salles de concert.

Qu’est-ce qu’un piano préparé ?

Un piano préparé est un piano dont le son a été altéré en plaçant des objets (appelés préparations) sur ou entre les cordes. Cette pratique est relativement récente et se retrouve dans les partitions de musique contemporaine.

Exemple de préparation d’un piano et du rendu sonore par John Cage

Technique pour préparer un piano

Bien qu’en théorie, n’importe quel objet puisse être utilisé pour préparer un piano, dans la pratique, les objets de préparation sont généralement censés avoir certaines caractéristiques :

  • Ils sont appliqués directement sur les cordes du piano
  • Ils doivent s’adapter à l’endroit souhaité à l’intérieur du piano
  • Ils ne doivent (généralement) pas bouger de leur emplacement pendant le jeu ;
  • Aucun dommage permanent n’est causé au piano qui redevient non préparé facilement
  • En outre, la plupart des préparations modifient le timbre de la corde de telle sorte que la hauteur originale de la corde ne soit plus perceptible, bien qu’il y ait parfois des exceptions à cette règle.

Les touts-premiers piano préparés

Maurice Delage (1879-1961) dans une œuvre inspirée (datée de 1922) sur la musique traditionnelle Indienne, le compositeur français demande qu’un morceau de carton soit placé sous le SI♭ (bémol) pour amortir le son et imiter la sonorité  d’un tambour indien.


En 1922, le compositeur américain Henry Cowell (1897-1965) a mis au point une technique qu’il a baptisée « piano à cordes », qui consiste à faire en sorte que le pianiste joue aussi  à l’intérieur du piano en  pinçant, balayant, grattant, frappant et manipulant les cordes directement, plutôt que d’utiliser le clavier.

John Cage

L’invention du « piano préparé », en soi, est généralement attribuée à John Cage. Cage a préparé un piano pour la première fois lorsqu’il a été chargé d’écrire de la musique pour Bacchanale, un ballet de Syvilla Fort en 1938. Alors qu’il disposait d’une petite salle et ne pouvait y faire entrer son ensemble d’instruments à percussion. Il décida que le piano à queue placé entre « les mains d’un seul pianiste [seraient] l’équivalent d’un orchestre de percussions entier … Il devint ensuite « accro » et développa cette pratique. On le considère de nos jours comme le père du piano préparé.

Un dernier exemple plus actuel

A propos de l'auteur

Axelle Rousse_Redacxelle
Axelle Rousse_Redacxelle

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007. Tous les articles et les contenus sont sous licence Creative Commons 2.0 , ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.