Les virelangues

Si vous côtoyez des enfants ou que l’ayez été, vous avez dû entendre plus d’une fois l’un des virelangues très  connus :

« Un chasseur sachant chassez sans son chien est un bon chasseur« 

Ce type de phrase est prévue pour que la langue s’emmêle et fourche ! Elle tire son nom « virelangue » de son équivalent anglais « tongue twister ».

Jean Racine, le grand dramaturge en usait lui aussi, non pas pour que ses interprètes rencontrent des problèmes de diction, mais plutôt pour renforcer l’expressivité de son texte. Ecoutez plutôt ce vers de l’homme de théâtre, extrait d’Andromaque et déclamé par Oreste, l’un des personnages de cette tragédie.

« Pour qui sont ces serpents sui sifflent sur vos têtes« ?

A l’écoute de ce vers, on croirait entendre le sifflement des serpents n’est-ce pas ?  Pour cela l’auteur  a utilisé une figure de style au pouvoir évocateur : L’allitération ou répétition d’une consonne, ici le « s ».

Maintenant c’est à vous de vous amuser avec ces virelangues, la consigne étant de lire ces phrases, à haute et intelligible voix,  en évitant de laisser votre langue virer et fourcher !


  1. Les chaussettes de l’archiduchesse sont-elles sèches, archisèches ?
  2. Combien sont ces six saucissons-ci ? Ces six saucissons-ci sont six sous.
  3. J’exige d’exquises excuses ! 
  4. Le fisc fixe exprès une taxe par excès.
  5. Tu t’entêtes à tout tenter, tu t’uses et tu te tues à t’entêter.

Certains virelangues donnent l’impression que celui qui les prononce parle une langue étrangère ou un dialecte inconnu. Le virelangue se transforme alors en trompe-oreilles :

  1. Ton thé t’a-t-il ôté ta toux ? »
  2. « Rat vit rôt. Rôt tenta rat. Rat mit patte à rôt. Rôt brûla patte à rat. Rat s’coua patte et quitta rôt. »
  3. « La pie niche haut, l’oie niche bas, l’hibou niche ni haut ni bas. Où niche l’hibou ? — L’hibou niche là. »
  4. « Latte ôtée, trou y a. Latte remise trou il n’y a plus. »

Des chanteurs se sont amusés aussi avec les virelangues pour concevoir des chansons plus qu’amusantes, mais ô combien difficiles à interpréter. En voici un exemple en la personne de Bobby Lapointe :

 

A propos de l'auteur

Axelle Rousse_Redacxelle
Axelle Rousse_Redacxelle

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007. Tous les articles et les contenus sont sous licence Creative Commons 2.0 , ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.