L’homéotéleute

Dans le catalogue des figures de style de Culture générale, nous nous intéresserons aujourd’hui à un spécimen utilisé pour renforcer d’autres effets stylistiques grâce à la répétition d’une même sonorité.

Qu’est-ce que l’homéotéleute ?

Du grec omoios « même » ou « semblable » et teleute « fin », l’homéoteleute est une figure de style qui se caractérise par la répétition de mêmes sonorités à la fin des mots ou des sections de phrase. Il peut aussi s’agir d’une accumulation de syllabes finales similaires dans des mots ou groupes de mots. cela pourrait être un équivalent des rimes mais dans la prose.

A la différence des rimes propres à la poésie, les termes rapprochés par l’homéotéleute ont pour obligation d’appartenir à la même morpho-syntaxe. par exemple, il pourra s’agir de la répétition d’adverbes ou d’adjectifs terminant phonétiquement avec la même sonorité.

  • Exemple dans la chanson » fatigante » de Louis Attaque

L’homéotéleute se trouve dans ces vers : « Fatigante, Intelligente, Intéressante, Et attirante, Fatigante, Négligente, Et excitante, Désespérante »

La littérature et l’homéotéleute

Cette figure de style est usitée aussi dans la littérature savante.


Sous la plume de Gustave Flaubert, l’accumulation de mots aux consonances identiques permet à l’auteur de mettre sur le même plan tous les bourgeois du roman :

« M. Tuvache, le maire avec ses deux fils, gens cossus, bourrus, obtus ».

Chez Balzac, dans le Père Goriot, l’homéotéleute accentue l’odeur que l’auteur tien à décrire

« Elle pue le service; l’office, l’hospice ».

Une variante de l’homéotéleute

L’homéopte du grec moios « même  » et ptoton « qui tombe » est une variante de l’héméotéleute et désigne une chute semblable.

Un petit exemple chez le très sérieux Voltaire dans son Art de la guerre !

 » se délestant, s’unissant, s’attaquant »;

Et puisque nous avons commencé en chanson nous clôturerons notre leçon de style avec une rengaine de Bobby Lapointe dans laquelle les sonorités font bel effet !

Marcelle,
Si j’avais des ailes,
Je volerais grâce à elles,
Marcelle,
Vers la plus belle
Des jouvencelles,
Celle qui a pris mon cœur :
Ta petite sœur…
Poum ! Poum !

 

A propos de l'auteur

Axelle Rousse_Redacxelle
Axelle Rousse_Redacxelle

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007. Tous les articles et les contenus sont sous licence Creative Commons 2.0 , ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.