C’est quoi, une bière pression ?

Nous avons tous besoin de repères en ce bas-monde. L’un des miens a été fortement ébranlé depuis ma venue au Japon. Ici, on voit très souvent au supermarché de la bières en canette qualifiées de « bière pression », mettant à mal mes convictions sur la définition d’une bière pression. Alors ensemble, je vous propose de tirer ça, non pas au fût, mais au clair.

La bière pression est bien ce que vous pensez : de la bière mise en fût sous pression. Avant d’être sous pression, la bière était simplement en tonneau ou baril. La méthode pour tirer la bière du tonneau (la fameuse tireuse à bière) a été développé à la fin du XVIIIème siècle par l’Anglais Joseph Bramah, à qui nous devons également l’invention de la presse hydraulique. Le but était simple : faciliter et accélérer le service de la bière dans les pubs.

Ce n’est qu’au début du XXème siècle que l’on a commencer à mettre la bière en fût sous pression. La bière est filtrée et/ou pasteurisée puis mise en fût sous pression avec du dioxyde de carbone et de l’azote. Cette méthode est une amélioration du système de Bramah, accélérant et facilitant encore le service de la bière et prolongeant sa conservation, mais au détriment du goût pour les puristes du fait de la pasteurisation et du filtrage. Cela a même fait débat au Parlement Britannique dans les années 70. On ne rigole pas avec la bière.

Aujourd’hui la bière pression est le mode le plus répandu au monde pour service la bière dans les bars. On a appris à l’apprécier pour son goût plus doux, plus léger et sa mousse plus dense. Et selon certaines recherches, comme par exemple dans cet article, la bière pression entraîne 68% moins de consommation de combustible fossile, d’émissions inorganiques et d’occupation des terres fertiles que la bière en bouteille ou canette. Moralité : buvez de la bière pression, c’est écolo !

Ok, mais qu’en est-il de l’appellation « bière pression » sur certaines canettes japonaises, ou même sur certaines canettes Guinness ? C’est simplement un terme marketing fallacieux désignant ici le fait que la bière n’a pas été pasteurisée mais filtrée à froid, c’est-à-dire bien refroidie afin d’amasser les levures et de les filtrer plus facilement lors de la clarification. Mais au bout du compte ça n’a pas été mis sous pression (ça ne va donc pas vous sauter à la figure quand vous ouvrirez la canette), et ça n’a rien à voir avec la bière en fût.

A propos de l'auteur

Kae

Kae est un petit hibou curieux de (presque) tout et contribue de temps en temps au site www.culture-generale.fr quand son emploi du temps le lui permet. Il a comme principal intérêt des questions liées de près ou de loin à la science mais reste ouvert et intéressé par bien d'autres choses.

Comme tous les hiboux, il n'est pas infaillible, même dans son domaine de prédilection. Il prie donc le lecteur de se montrer indulgent envers ses articles mais sera toujours heureux de voir des commentaires soulignant des erreurs ou apportant des précisions !

11 commentaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.