Avion : Gilets de sauvetage ou parachutes ?

Parce que c’est vrai qu’on se dit qu’en cas de grosse dégringolade, il est surement plus utile d’enfiler un parachute que de se préparer à la baignade. Mais avant de pouvoir sauter en parachute d’un avion de ligne, il faut résoudre quelques menus problèmes :

Un avion de ligne vole à environ 10 000 métres d’altitude. Si on ouvre le sas d’un avion à cette altitude, il se produit une énorme dépressurisation. Et rien n’y résiste : sièges, fournitures, passagers, copilote qui dégrafe le soutien-gorge de l’hôtesse dans le cockpit, tout ce petit monde se trouve happé à l’extérieur avec violence. Et si vous ne mourez pas d’être aussi malmené, le froid polaire (-50°) qui règne à une dizaine de  milliers de mètres du sol se charge de vous occire avec l’aide du manque presque total d’oxygène. Les sauts en parachute effectués par des gens généralement expérimentés sont réalisables entre 400 mètres pour les militaires et 4000 mètres pour la chute libre.

Bon, soyons fous et admettons que tous les paramètres favorables sont réunis : La vitesse n’est pas trop élevée mais permet tout de même à l’avion de ne pas piquer, l’altitude est raisonnable donc la température est supportable. Alors go, go, go, go ! Mais bien sûr… Si on octroie généreusement 10  secondes à chacun des 150 passagers d’un A320 pour s’harnacher et sauter de l’engin, il faudra 25 minutes pour finaliser l’opération. Et il peut s’en passer des choses en 25 minutes quand on est à bord d’un avion en perdition  à faible altitude. Sans compter ceux qui vont se manger la carlingue en sautant, ou pire, dire bonjour au réacteur…

Dans les milieux autorisés (ils m’énervent ces milieux autorisés) on aime à préciser aux passagers incultes que la majorité des accidents d’avion ont lieu au décollage ou à l’atterrissage. On leur explique aussi que ces forteresses volantes sont conçues pour pouvoir se poser, même moteur en panne, et que l’avion plane, il ne tombe pas, non mais alors ! A partir de là, les parachutes deviennent donc inutiles. Les gilets de secours sont donc là en cas d’amerrissage. Mais là encore, mieux vaut amerrir au Bahamas qu’au nord de la Sibérie pour un bain agréable.

Non, décidément, pour sauter d’un avion de ligne en parachute, il faut s’appeler Willis, Norris ou Seagal. Je vais peut-être me reprendre une carte SNCF moi…

A propos de l'auteur

Billx

Homme de poids s'il en est, le Billx est un curieux insatiable qui tend à partager le savoir qu'il glane au quotidien. Facile à apprivoiser (un verre de Saumur-Champigny suffit), le Billx n'hésite pas à se servir de l'humour comme d'une arme de vulgarisation massive. Doux la plupart du temps, il accepte sans problème les critiques pourvu qu'elles soient constructives.

16 commentaires

Laisser un commentaire
  • En fait, il paraîtrait que la présence de ces gilets, oranges fluo qui plus est, sont uniquement destinés à retrouver les corps heu pardon les survivants plus rapidement.

    Après, même si la honte ne tue pas, il vaut mieux éviter de mettre son gilet en cas de crash sur le tarmacadam (^^) d’Orly….

  • « Pourquoi trouve-t-on des gilets de sauvetage dans les avions, et pas des maillots de bain ? », hein ! 😉
    très bon article. J’aime beaucoup le « admettons »… 😀

  • D’ailleurs en parlant de SNCF, saviez-vous que le TGV (qui a fêté ses 30 ans jeudi) est le seul moyen de transport n’ayant jamais causé d’accident mortel lors de son exploitation !

  • héhé, je constate que des lecteurs de ce blog ont d’excellentes lectures (que j’ai aussi, d’ailleurs). Marion Montaigne, ou l’art d’expliquer des points scientifiques 😀

  • Eh les matheux ! Juste pour rire, si l’on résiste à tout ca (température, choc, etc), et que l’on tombe (avec le joli gilet orange bien sûr) de 10 000m d’altitude, à combien de mètres de profondeur se retrouverais t on sous l’eau, à une vitesse de chute donnée (sans doute croissante), avec un poids d’environ 50kg (49,6 + le poids du gilet xD), et l’amorti du gilet ?
    Je me doute que l’avion plane jusqu’à une altitude raisonnable (s’il n’explose pas avant) avant de laisser sauter les passagers, mais si je survis quand même à tout ca, je me mettrai à croire en Dieu !

  • Il ne faut pas oublier qu’une personne normalement conçue (sauf si c’est hulc) ne peut pas ouvrir une porte d’un avion en vol de part la différence de pression entre l’intèrieur et l’extèrieur de la cabine donc tous parachute devient inutile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.