Pourboire : Le bon usage

Même si on a tendance à le croire en désuétude, le pourboire reste  incontournable dans certains pays  et de bon ton  dans certains « milieux ». Voici donc une liste qui vous éclairera sur le montant à « lâcher » selon les pays dans lesquels vous serez peut-être amené à voyager, histoire de ne pas passer pour un rat :

  • Allemagne/Autriche/Bulgarie : Il est insultant de ne pas laisser au moins 5 à 10% du montant de la note. On donne cet argent en main propre au serveur.
  • Afrique du sud : C’est de 10 à 15%. Et il est très mal perçu d’oublier.
  • Angleterre/ Ecosse/Irlande/ Pays de Galles : Le salaire des serveurs étant très faible, il est obligatoire de laisser entre 10 et 15%.
  • Belgique : Comme en France, le service est compris. Après, c’est à la libre appréciation du client de laisser quelques pièces ou non.
  • Canada/ Etats-Unis : Le paiement par carte bancaire est de mise dans ces pays. Le montant du pourboire est indiqué au bas de la facture. De l’ordre de 15 à 20%, vous n’y échappez donc pas et il rejoint le montant global à payer.
  • Chine/Thaïlande/Vietnam : Dans ces contrées, le pourboire n’est pas reconnu. Pourtant l’essor touristique fait du pourboire un accord tacite (10% de la note). De plus, il est très coutumier de donner au quotidien la « pièce » aux chauffeurs et autres guides.
  • Danemark/Finlande/Norvège/Suède : La pratique du pourboire dans les pays scandinaves est désuète. On note toutefois quelques rares exceptions dans les restaurants de luxe (au bon vouloir du client).
  • Egypte/Inde/ Maroc/Tunisie : Bien plus que le pourboire (même si celui-ci reste de l’ordre de 15% tout de même), c’est le bakchich qui reste incontournable dans ces pays. Si le pourboire récompense des services déjà rendus, le bakchich est une somme dont on se fend en prévision de futurs services : Une bonne place dans un théâtre ou un restaurant, une chambre avec vue, une place confortable dans un train… En inde plus particulièrement, vous serez sollicité au moindre petit service. Mieux vaut donc prévoir une poche bien remplie de pièces de 1 à 5 roupies.
  • Espagne : Bien que le service soit compris, il est d’usage de laisser 5 à 10%, même aux chauffeurs de taxis.
  • Grèce : Les 10% de pourboire se laissent sur la table.
  • Hongrie : Même si rien ne l’impose, on donne presque toujours de 10 à 15 % de la note. Petite particularité : On réserve aussi ce traitement de faveur aux dentistes et aux médecins.
  • Italie : Il y a encore 30 ou 40 ans, le pourboire était un affront car il laissait entendre que le serveur était mal payé. Aujourd’hui, les pourboires sont acceptés sans problèmes (et oui, c’est la crise hein !) et représentent 10 à 15% de la note quand le service n’est pas compris.
  • Japon : Ne vous risquez surtout pas à laisser un pourboire. C’est considéré comme offensant. On n’aime pas être pris pour un mendiant au Japon (tu confirmes Kae ?).
  • Lettonie/Estonie/Lituanie : Ne faisant pas partie des moeurs des Pays baltes, le pourboire tend pourtant à se faire une place, mondialisation oblige (10%).
  • Pologne/Portugal/Russie : Facultatif. 10% selon le degré de satisfaction laissé par le personnel.
  • Suisse : Réputation de pays riche oblige, le pourboire est aboli depuis 1985. Le service est donc compris depuis cette date. Cependant, toutes les professions sus-citées ne sont pas contre de recevoir un petit quelque chose. Pire, en deçà de 10% de la note, c’est une injure.
  • Turquie : Au restaurant, 10% de pourboire sont volontiers laissés. Par contre, les conducteurs de taxis peuvent « s’asseoir dessus ».

75% des touristes français mettent la main à la poche. Les allemands, champions du genre, sont près de 90% à laisser piécette(s) ou billet(s). Le pourboire moyen est de 1,50€.

Certains décrivent l’ancêtre du pourboire comme les petites pièces que donnaient les seigneurs du Moyen Age à leurs serveurs.

Au XVIIIème siècle un tavernier anglais eut l’idée de laisser une boite sur le comptoir dans laquelle les clients pouvaient mettre de l’argent afin d’être servis plus rapidement. Ces boites se multiplièrent dans les tavernes. Sur celles-ci on pouvait lire l’inscription « To Insure Promptness » (pour assurer la rapidité – du service, of course). Je ne vous ferai pas l’affront de vous révéler la signification du terme anglais tip de nos jours.

Au début du XIXème siècle en France, il était coutume de laisser un fond de bouteille aux serveurs ou même de leur offrir un verre pour qu’ils se désaltèrent une fois leur service terminé. Puis, on leur donna ensuite quelques pièces… Pour boire.


N’oubliez pas le rédacteur.

A propos de l'auteur

Avatar
Billx

Homme de poids s'il en est, le Billx est un curieux insatiable qui tend à partager le savoir qu'il glane au quotidien. Facile à apprivoiser (un verre de Saumur-Champigny suffit), le Billx n'hésite pas à se servir de l'humour comme d'une arme de vulgarisation massive. Doux la plupart du temps, il accepte sans problème les critiques pourvu qu'elles soient constructives.

38 commentaires

Laisser un commentaire
  • @ Claude : J’ai lu tellement de sources contradictoires…

    @ tout le monde : N’hésitez pas à nous faire profiter de vos expériences personnelles !

  • En fait c’est obligatoire nulle part, par contre effectivement, si tu ne laisses pas de pourboire dans certains pays, ce n’est pas la peine d’espérer être servi cordialement (voire servi tout court).

    J’ai eu le cas en Angleterre ou je n’ai pas laissé de pourboire la première fois, il a fallu que je mette de l’argent sur le comptoir pour que le serveur me regarde 🙂

  • Pour l’Inde, 15% c’est un minimum et pas que dans les restaurants, dans les « pousse-pousse », hôtels et autres ils demandent toujours une marge.

    Après, c’est à se demander si les touristes sont trop bons 😉

  • Tu parle de donner « la pièce » au guide en chine/thailande/vietnam. Voila qui est bien révélateur. Les français sont considérés comme les plus pingres des touristes. Même si le guide fait partie d’un services plus global, il faut savoir que l’essentiel de son revenu vient du pourboire. Si il passe plusieurs jours avec vous pour vous faire découvrir le pays, il n’attends pas quelque euros mais plutôt une rémunération. Apprendre le français demande du temps, rétribuer le.

  • Je suis plutôt d’accord avec cet article, mais pour avoir été dans plusieurs de ces pays, il faut aussi voir dans quelle situation on s’y retrouve: un touriste père de famille, un étudiant ERASMUS et un expat’ n’obéiront pas aux mêmes règles dans les mêmes restos/taxis/bar/.. d’un même pays, et ce n’est pas une question de richesse obligatoirement.

  • Bien intéressant ce billet, merci Billx.

    Mais je m’interroge :
    « les petites pièces que donnaient les seigneurs du Moyen Age à leurs serveurs. »

    Ce ne serait pas les serviteurs plutôt ?

  • En Hongrie, le pourboire est inclut dans la note, en bas de page et s’élève à 10 ou 15% du total. Impossible d’y échapper ! Rien n’empêche de donner en plus par contre !

  • « En fait c’est obligatoire nulle part, par contre effectivement, si tu ne laisses pas de pourboire dans certains pays, ce n’est pas la peine d’espérer être servi cordialement (voire servi tout court). »
    Sauf que le pourboire arrive *après* la note et le service 😉

  • Je confirme la remarque de Claude : au Québec (où je vis), le pourboire n’est jamais inclus dans la facture. Il peut être parfois suggeré en bas de note dans les sites touristiques (pour les maudits francais) mais c’est toujours à vous de l’ajouter dans la note finale.
    L’usage pour signifier un très mauvais service est de laisser 1c de pourboire (vous pouvez cracher sur le serveur, le résultat sera pas loin d’être équivalent).
    Précision utile (au vu des nombreux articles du blog sur le sujet) pour boire une bière dans un bar il vous en coutera 1$ de pourboire par verre, quelque soit le prix du verre et même si vous êtes allé chercher votre pinte au comptoir.

  • Quel pourboire donner à un rédacteur d’article ?
    Un commentaire contenant au moins 10% du nombre de mots de l’article ?
    Trop cher pour moi, je préfère passer pour un pingre pingouin.

  • Alors, j’ajoute ma petite pierre à l’édifice. ^^

    Pour le Japon, en effet le pourboire n’existe pas ici, sauf dans les grands restos à la française ou des restos qui se veulent hypes. Cependant, je ne sais pas si le pourboire est mal perçu ailleurs. Je dirai plutôt que puisse que les gens ne laissent pas de pourboire, le serveur ne saura pas vraiment quoi faire des 20O yens (1€50) que vous allez lui laisser…

    Ensuite, pour ce que j’ai connu :
    – en Allemagne, lorsque le serveur apporte la note, vous ajoutez 10% de la note et vous arrondissez au supérieur, puis vous annoncez ce montant au serveur qui vous rendra la monnaie sur votre prix annoncé.
    – en Inde, il n’y a pas vraiment notion de pourboire quand vous êtes non-indien, mais plutôt une notion de vous faire cracher au maximum dans le prix de base.
    – en République Tchèque, le service n’est pas compris. C’est 5% si vous prenez que de la boisson et 10% si vous mangez (car les bars « pures », sans côté resto sont rares). Si vous n’êtes pas satisfait du service, vous ne laissez rien. Ca m’est arrivé une fois.

  • Bonjour

    au sujet des Etats-Unis, lors de mes déplacements, j’ai été prévenu de bien remplir le TIP en bas de la facturette carte bleue
    cette somme manuscrite est le pourboire que le patron reversera à ses employés,si on ne veut rien donner il faut barrer la case.
    il paraît, mais c’est sans doute de l’intox, que si on omet de la remplir, elle peut, par une main malhonnête être renseignée d’un chiffre qui sera ajouté sur la facture de la carte.
    perso çà ne m’est jamais arrivé.

    amicalement

  • @alphee : je ne suis pas sûr que les Français soient considérés comme les plus pingres. Les plus râleurs, c’est probable, mais les plus pingres, foi d’ancien serveur, ce sont les Suisses et les Japonais (mais je viens de comprendre pourquoi pour nos amis asiatiques).

  • J’ai fait ici une digression sur les guides en chine en relatant les dires d’amis chinois qui exercent ce métier. Les français voient le guide comme un service déjà payé à qui on donne un pourboire.
    Cependant je m’écarte du sujet de l’article en parlant de cela.
    Pour ce qui est du « service » au restaurant, je pense que la situation est différente. Dans les pays où il faut ajouter le tip, si ils pensent à le donner, ils sont du genre à donner un peu beaucoup pour être sûr de ne pas mal faire.

  • au maroc le pourdoire n est pas obligatoir car ici toute est poussible meme de consommer et ne pas payer c est possible ;

    le roi mohamed 6 EST UN GRAND VOLEUR CAR IL VOLE TOUTE LA RICHESSE DU MAROC . IL Y A BEAUCOUP DE PAUVRE.

  • Très bon article, dommage qu’il manque Cuba !
    Je mis suis rendu cette année mais pour les pourboires c’était assez compliqué car ils ont deux monnaie la bas. Le peso nationale mais qui a une valeur très faible et le cuc ou dollars cubain mais qui n’a pas la même valeur que le dollar américain.

    Au finale je me suis fixer de donner 15% mini de pourboire pour éviter tout froissement.

  • xavier dit :
    11 février 2010 à 18:49

    « … au Québec … pour boire une bière dans un bar il vous en coutera 1$ de pourboire par verre, quelque soit le prix du verre et même si vous êtes allé chercher votre pinte au comptoir. »

    Truc que je n’ai jamais compris.
    Donc le mec qui sert 60 bières à l’heure pendant l’heure « de pointe » (mettons, dans les bars très fréquentés ça doit être atteint voire dépassé) se fait 60$ de pourboire dans l’heure. Est-ce raisonnable ?
    Aurais-je dû faire barman au Québec plutôt que de longues études ?

  • il est vrai qu’au canada le pourboire de 10 a 15 % est facultatif, toutefois, ne pas donner de pourboire demeure quand même mal vu. Tu vas te faire passer pour un crevard devant ton rencart si tu ne lâches que dalle au serveur.

  • Je bosse en tant que guide sur un site en France, et les pourboires sont vraiment très différents selon la personne, il est très dur d’établir une règle. Les visiteurs payent leur entrée 7,50€ par personne alors en général ils laissent 2,5€ à la fin de la visite guidée ce qui est pour ma part très bien. Les allemands ont tendance à laisser un billet de 5€ voire 10€ (ils apprécient beaucoup l’effort de la langue), mais il ne faut surtout pas oublier de signaler à la fin de la visite (n’oubliez pas le guide). On dispose d’un récipient avec cette phrase dessus, et au cas où les étrangers ne comprennent pas ils remarquent l’argent à l’intérieur et devinent.

    Les italiens ont aussi tendance à laisser un billet. Quant aux néerlandais je n’ai encore pas eu un centime!

  • eh bah oui au maroc on est bien servi sans aucun pourboire avec salam a la fin(embeter un peu j rigol hh),cependant ça serait gentille de passer deux dirhame aprés le service , j’ai visité la france et j suis fiér de mon pays d’origine il sont complétement pingres qui cherchent le ryal hh.

  • En effet, le pourboire dans les bars du Québec est « obligatoire » et il est de 1 dollar minimum par consommation. Dans la plupart des bars, on ne vous fera pas d’addition; on vous fera payer après chaque consommation… Si vous laisser moin d’un dollar de tip, vous risquez de ne plus vous faire servir, de vous faire insulter, voir même violenter… Les serveurs font beaucoup d’argent et très nombreux sont ceux qui offrent un mauvais service…

  • Le pourboire: notre troisième taxe
    Accueil » Montréal, Aléatoire » Le pourboire: notre troisième taxe

    Barmaid aux grosses boules

    Pourquoi donnez-vous du pourboire? Par gentillesse, obligation, par naïveté? Moi, j’en donne souvent par obligation et cela m’écœure de jeter mon argent par les fenêtres.

    Je comprends que l’on doive donner du tip au restaurant; les serveurs(euses) gagnent moins au taux horaire, et doivent donner un pourcentage de leurs recettes à l’État. Mais partout ailleurs, ça commence à être ridicule!

    Je sors ce soir alors mieux vaut me refaire une beauté chez la coiffeuse: 15$ la coupe plus 2$ parce que la dernière fois j’ai rien laissé et elle ne s’est pas gênée de me le dire. Ça revient à 17$, une augmentation de 13%. Une fois beau et swell, je me fais venir de la bouffe chez moi car mon frigo est moins garni qu’un crâne d’octogénaire. De la poule au menu : 10$ plus 1,50$ car le gars échange mon 20$ en petit change. Augmentation de 15%.

    La soirée commence. Je sors dans un club avec des amis. Le cover est 5$ et une pitoune aux gros seins m’accueille pour prendre mon manteau. Pour le vestiaire, « tu laisses ce que tu veux… ». Bon, je ne veux pas paraître grippe-sou car la fille pourrait se rappeler de moi, en fin de soirée, si j’avais à aller la voir pour qu’elle me redonne mon manteau même si j’ai perdu mon billet. On ne sait jamais! Allez, une grosse piasse pour les gros seins! Rendu au bar, chaque bière me coûte 5$. Je donne au moins 1$ la bière, tout dépendant si la serveuse est belle: 20% d’augmentation. Après 8 bières, je suis rendu à avoir donné au moins 10$ en tout car je deviens de plus en plus généreux…

    En fin de soirée, nous allons manger un bon Shish Taouk avec de succulentes patates à l’ail. « Un extra ail, ça se paie » me répond le gars derrière le comptoir. Bon, allez, un gros 50 cennes!! Après, il y a le taxi car les métros sont fermés. 10$ pour se rendre chez moi, plus 1$ car le gars du taxi était « gentil ». Ouais, et alors? En tout et partout, dans ma journée, j’aurai payé 15$ en tip, soit à peu près 17% de plus.

    Me semble, lorsque j’exerçais l’honorable métier de pompiste, je ne m’attendais à aucun tip si ce qu’on me demandait faisait partie intégrante de mes fonctions. Mettre du gaz dans une voiture, cela faisait partie des tâches, tout comme être poli et courtois, d’ailleurs. Par contre, si l’on me demandait de vérifier l’huile, la pression des pneus, et laver les vitres de la voiture, j’aurais pu m’attendre à un petit quelque chose!

    Le gars de la livraison doit me livrer ma bouffe, un point c’est tout. Un petit supplément de 50 sous pour un beau sourire, d’accord, mais me casser mon billet de 10$ pour me demander un pourboire subtilement, non merci. La coiffeuse, sa job c’est de me couper les cheveux. Sois bête avec moi, je m’en fiche, ça me donnera une excuse pour ne pas tipper. Toi, femme aux grosses boules qui me charge 5$ pour un club à moitié vide, penses-tu que j’ai le goût de te donner un extra pour le vestiaire? J’espère que c’est compris dans le prix bâyenne! Et vous, barmaids, qui m’aurez vidé les poches en me réclamant des pourboires complètement insensés! Vous prenez une bière dans le frigo, vous me la débouchez et la mettez devant moi, sans même souvent croiser mon regard. C’est quoi l’extra qui mérite tant ce pourboire? Encore vos grosses boules? Le g-string qui sort? C’est l’arnaque du siècle: vous faites souvent plus en une nuit que ce que je fais en une semaine! Le gars du Shish Taouk, au moins, n’est pas très riche alors il mérite mon 50 cennes pour l’extra sauce à l’ail. Et après tout, le taximan aussi gratte ses sous pour payer la location de son taxi et le gaz toujours plus cher.

    Vive l’Europe et ses prix affichés tout inclus : taxes et pourboire! De cette façon, le pourboire est beaucoup plus significatif et le service moins hypocrite. Je suis né du mauvais bord de l’Atlantique…

  • Au Canada le pourboire n’est pas obligatoire. pourtant même chez le coiffeur il y a une petite case « Tip ». Pour en avoir parlé avec des Canadiens, ceux qui travaillent dans la restauration sont offensés lorsqu’on ne laisse pas de pourboire, mais pour d’autres lorsque par exemple au bar on vous sert une bière à la bouteille ils ne voient pas l’intérêt de laisser un pourboire.

  • tout travail merite salaire

    tout travail doit etre executé de facon irreprochable

    les pourboires sont une abération !!! soit les serveurs sont sous payés dans ce cas qu ils fassent autre chose (les patrons seront obligés d augmenter leur salaire !!)
    soit ils veulent des revenus au black ! et ils penalisent toute la société…..

  • Bonjour,

    Hier soir, j ai reçu un beau pourboire mais voilà mon patron s est servi et a décidé de le partager avec la cuisine qui eux sont à 100% , moi à l heure , et 2 serveurs qui m ont à peine aidé
    je suis trés en colére , mon patron me dit qu il peut faire ca, moi je dis que non cette somme je l ai mérité en faisant un bon service et en employant 3 langues dans le groupe.

    S il vous plait quelqu un peut me dire si il peut faire ca et ou puis je m adresser pour pouvoir me defendre ?

    J en ai marre de donner mon dû à des cuistos qui gagent plus que moi et qui en plus sont insultants

    Aidez moi s il vous plait !!!!!

    Cette affaire se passe en Suisse !!!!

  • @ FH : le lien avait déjà été donné par boris plus haut mais c’est toujours bon de dénoncer les légendes du web sur un site de culture générale (même si on contribue parfois a en alimenter)
    A voir si Kae juge qu’il est bon de passer le paragraphe au conditionnel pour laisser planer le doute…

  • Le pauvre Kae n’est en rien responsable puisque je suis l’auteur de cet article 😛

    En effet, pour le tip ça souffle le chaud et le froid sur le net comme dans les ouvrage papier. Mais je vais laisser comme ça. Après tout, les commentaires sont là pour rectifier certains tirs eventuellement hasardeux.

  • Pas obligatoire au Canada, mais certains serveurs de restaurants vont se permettre de vous injurier devant les autres clients si vous ne lui laissez pas de pourboire (ce que j’ai vu de mes propres yeux à quelques reprises). Côté salaire, le taux horaire des emplois à pourboire est plus bas que le taux horaire minimum, et le pourboire est imposé par le gouvernement. Bref, si vous ne donnez pas de pourboire à un serveur, il paie pour une partie de votre lunch… car il sera imposé sur de l’argent que vous ne lui avez pas donné!!!! Donc en bref: moins de 8% c’est une véritable insulte, 10% c’est un minimum tolérable, 15% c’est très bien, et plus de 15% indique un service remarquable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007. Tous les articles et les contenus sont sous licence Creative Commons 2.0 , ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.