Origine de l’expression « avoir un jules »

« Mon Jules » ! Vous avez surement déjà entendu cette expression dans la bouche d’une femme pour désigner, vulgairement ou amicalement, sa conquête.

L’origine de ce terme en revanche est plutôt difficile à cerner mais il semblerait que le Jules qui est à l’origine de ce terme soit en fait une femme.

En effet, Yolande de Polastron était proche de la reine Marie Antoinette (dont Billx vous a déjà conté l’accouchement). Trop proche même au goût du peuple, qui lui prêtait une relation plus qu’amicale avec la reine (c’est pas écrit dans la bio de Louis XVI qu’il faisait des parties à 3…). Cette confidente intime était l’épouse du comte Jules de Polignac et les proches du roi l’aurait donc désignée par le prénom de son mari pour éviter de prêter une relation homosexuelle à la reine.

Plutôt que de dire que la reine était au plumard avec Yolande, on disait donc qu’elle était avec son Jules.

Ces explications sont assez approximatives car je n’ai pas trouvé de sources suffisamment sures sur le sujet. En fait cet article est plutôt un prétexte pour vous annoncer la naissance de mon deuxième fils dont vous devinerez aisément le prénom. L’équité est donc respectée avec son frère qui ne se fait pas si souvent que ça appeler Arthur finalement 🙂

A propos de l'auteur

Bastien

Je suis le créateur de ce site et j'essaie toujours d'écrire des articles sur des sujets qui peuvent toucher le plus grand nombre de lecteurs.

Je n'ai pas de domaine de prédilection, quand je me pose une question sur n'importe quel sujet, j'essaie de trouver la réponse et je la poste ici.

Même si malheureusement je me fais rare sur le site, je veille au grain et je reste à l'écoute de tous les visiteurs et commentateurs donc n'hésitez pas à m'écrire.

17 commentaires

Laisser un commentaire
  • je trouve que c’est un peu rapide de parler de relation homosexuelle entre Marie-Antoinette et Yolande de Polastron.

    Il est sûr que Yolande de Polastron à pris la place de confidente de la reine à la princesse de Lamballe. Cette dernière en est devenue jalouse; de là à calomnier il n’y a qu’un pas…

    En plus le peuple et les bourgeois n’ont pas dû beaucoup apprécier le fait que la famille de Yolande obtienne plein d’avantages en nature et en espèces.

    En clair Yolande de Polastron avait beaucoup d’ennemis qui cherchaient à lui nuire. Il est alors très possible qu’on ait calomnié sa relation avec la reine.
    Il n’en reste pas moins que l’expression « avoir un jules » vienne sans doute de Jules de Polignac.

  • Wapiti > Dans tous les écrits que j’ai trouvé, on relate souvent une relation très intime. Je ne sais pas ce que tu entends par ce terme mais pour moi c’est plutôt clair…

  • marrant, je viens de relire les commentaire de « se faire appeler Arthur », et voici ce que j’ai trouvé:
    Antouziast dit :
    3 juin 2008 à 18:21
    Chez nous on dit : Tu vas te faire appeler Jules

    ^^
    Un bon tuyau pour le prochain: ce sera un garçon et il se prénommera Léon

  • Pour ma part, je m’inscris en faux quant à la prétendue relation homosexuelle qui aurait existé entre Marie-Antoinette et Yolande, sa confidente. L’expression « amie intime » ou encore au pluriel « amis intimes » est toujours en usage sans aucune connotation sexuelle dans les milieux les plus «  »straight »; elle signifie tout simplement que ces personnes sont des amis proches, et à ce titre sont admis en toute confiance dans notre intimité, c’est-à-dire dans notre maison, même quand nous ne recevons pas en grande pompe mais en toute simplicité et même si nous sommes en négligé, en robe de chambre ou alités, et qu’on se confie tous nos états d’âme voire nos secrets. Or à Versailles, entre dames, on se refugiait vite au lit pour bavarder plutôt que de geler dans les salons ou les chambres mal chauffées. Donc votre bébé Jules n’a pas à craindre de déplaisantes allusions à l’avenir. C’est un noble prénom qui a été notamment porté par le grand Jules César, conquérant des Gaules… ek

  • Ce n’est pas le terme « amie intime » qui les accuse mais les très nombreux pamphlets pornographiques qui circulent à l’époque. Pour ma part je trouve que tous ces pamphlets les disculpent tellement c’est un ramassis d’invention des plus tordus. S’il y avait de la vérité la dedans, ces pamphlets leur aurait prêté des activités bien plus dépravantes. C’est mon avis. Maintenant le standard de libertinage de l’époque est quand même très élevé et leur « intimité » est loin d’être impossible.

  • J’ai été surpris qd j’ai vu à la fin que votre deuxième fils s’appel Arthur car je m’appel Jules également et j’ai un seul frère (l’aîné) qui se nomme Arthur… bref du coup c’est interessant de savoir ça j’ai 18 piges et je ne savais rien de l’origine de ce prénom tout ce que j’avais comme réference à celui-ci était la fameuse chanson « la bague à Jules » Merci à vous ça fait plaisir… sur ce je vous souhaite la bonne vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.