Toponymie : Origine des noms des villes françaises (2/2)

La toponymie est la science qui permet d’étudier l’origine des noms de ville ainsi que la transformation de ces noms au fil des siècles. Cette science se base sur des écrits d’époque, les racine des noms, leur histoire ou encore leur situation géographique.

Je vais vous proposer aujourd’hui d’apprendre les origines de quelques grandes villes française, vous pourrez ensuite vous renseigner sur votre propre ville en recherchant dans les liens donnés en bas de cet article. Ces villes sont classées en fonction de leur population actuelle (classement insee 2005).

Pour ne pas faire trop de lecture d’un coup, cet article a été scindé en 2 parties, la toponymie 5 premières villes françaises est expliquée dans un précédent billet, les 5 suivantes font l’objet de ce deuxième billet publié.

Voir la première partie.

Origine du nom Nantes

Le premier nom de la ville de Nantes étant Condevincnum (signifiant confluent) et comme Paris, son nom a changé au profit du nom de ses habitants, les Namnètes. Le nom « Nantes » tire donc ses origines de la tribu celte qui peuplait la ville, Ils donnèrent en premier le nom de Naoned qui évolua ensuite en Nantes.

Origine du nom Strasbourg

Le nom original de la ville de Strasbourg était Argentorate puis Argentoratum (cité de la rivière) à l’arrivée des Romains en 40 avant JC. Au VI° siècle, la ville fut intégrée à l’empire germanique et son nom changea pour évoquer la ville au bord de la route (Straßburg) puis évolua en Strasbourg lors de l’annexion à l’empire français.

Origine du nom Montpellier

Le nom Montpellier vient de la contraction des mots latins « Montis » et « Pastell » signifiant les plantes sur la colline. Je n’ai pas trouvé d’informations concernant la date de cette appellation, ni sur les origines du nom précédent de la ville « Lo Clapàs » (sol caillouteux).

Origine du nom Bordeaux

Le mot Bordeaux vient d’une contraction de deux mots aquitains. Burd qui signifie « Abri » et Gala signifie « Marais », Burdigala signifie donc l’abri dans le marais, qui colle plutôt bien à sa situation géographique.

Ce nom est devenu ensuite Bordigala, puis Bordale, Bordèu et enfin Bordeaux.

Origine du nom Lille

Lille doit avoir la toponymie la plus évidente des villes françaises. Son nom provient simplement d’une île sur la Deûle où la ville a été fondée. Le premier nom de la ville fut « Insula » (mot latin signifiant « au milieu de l’eau ») puis la ville fut nommée en vieux français, l’Isle puis Lille.

A propos de l'auteur

Bastien

Je suis le créateur de ce site et j'essaie toujours d'écrire des articles sur des sujets qui peuvent toucher le plus grand nombre de lecteurs.

Je n'ai pas de domaine de prédilection, quand je me pose une question sur n'importe quel sujet, j'essaie de trouver la réponse et je la poste ici.

Même si malheureusement je me fais rare sur le site, je veille au grain et je reste à l'écoute de tous les visiteurs et commentateurs donc n'hésitez pas à m'écrire.

20 commentaires

Laisser un commentaire
  • Bordeaux ça viens pas simplement de « bordel » ?

    j’avais entendu que c’était une ville remplis de bordels, bordeaux serait donc le pluriel de bordel..

    enfin j’en sais rien quelqun a plus d’info ?

  • Légende urbaine non ? ^^
    J’ai bien retourné une dizaine de sites et dicos pour écrire ces 2 articles, je n’ai rien lu à ce sujet sur Bordeaux…

  • J’avais aussi entendu dire cette histoire à propos du pluriel de bordel mais en cherchant comme Bastien, je n’ai rien trouvé qui en parle…

  • Pour Lorient : son nom est An Oriant en orthographe bretonne unifiée : une grande part de la ville fut fondée autour de Port Louis vers 1664 pour accueillir la Compagnie des Indes Orientales, qui naviguait vers l’Inde, l’Orient. Les habitants ont pris l’habitude d’appeler ce lieu « L’orient » … puis Lorient.

  • salut ,j’ai pu remonter dans le temps jusqu’en 1364 pour l’origine de mon nom.un correspondant m’a parlé d’une probable ressemblance avec asse qui existait du temps des celtes:il y aurait eu 2 ville;1 en Belgique et une autre en France.Merci pour votre aide.Assez jean-claude rue J loriaux à B.6040 Jumet

  • Je recherche des nom latins pour un cours ,
    je peux vous aider sur Bordeaux si vous voulez mais tout ce que je vous dit pour l’instant c’est que vous cherchez dans la bonne direction quand vous cherchez Bordel
    j’aimerais que vous m’aidiez pour les villes en latin européennes suivantes:
    Brturiges, um(m pl)
    Lemovices, um (m pl)
    Santonnes, um (m pl)

  • Merci d’avance de votre aide et si cela vous est possible , j’aimmerais les noms français des noms des villes suivantes:
    Pictones, um(m pl)
    Remi, orum (m pl) -là je pense qu’il sagit de Reims,non?!!!
    Lola

  • Hello, en ce qui concerne Bordeaux il semble que l’origine dépende quelque peu du Bordeaux dont il est question.

    Car « borde » en vieux francois renvoyait à une maison/chaumière. Ce mot est à l’origine d’énormément des localités commençant par Bord- (Borde-Longuet, Bordevieille, Borde-Nove, Bordesoule..)

    Bordel est un dérivé (diminutif) de borde qui a pris le sens de lupanar lorsque le chateau de Bordeau-de-vigny (seine & oise) fut traduit en latin par Capella Lupanar par des moindes de St-Benoit-sur-Loire dont la pudeur était rudoyée par ce qui semblait se passer au chateau.. et hop, de Borde à Bordel, on y est..

    L’origine de Bordeau n’est donc pas Bordel. Par contre, Bordel semble trouver son origine dans le Bordeau..

    de là à dire que quand on boit trop, on fait des bêtises.. enfin voilà.. 🙂

    sources
    – Histoire physique, civile et morale de Paris: depuis les premiers temps
    – Les noms de lieu de la France: leur origine, leur signification, leurs transformations

  • Origine du nom Carcassonne : selon une légende, Carcassonne viendrait du nom de la femme d’un certain prince Balaach. Quand Charlemagne apprit que cette cité était aux mains des sarrasins, dirigés par le prince Balaach, il envoya son armée pour la reconquérir. Le prince Balaach fut tué dès la première escarmouche. C’et donc sa femme, la courageuse Dame Carcas, qui continua à défendre cette cité tant convoitée. Le siège dura cinq ans et le 1er jour de la sixième année, elle manqua d’hommes et de vivres. Il ne lui restait plus qu’un porc et un sac de blé. Rusée, elle fit avaler tout le sac de blé au porc qu’elle jeta ensuite par-dessus les remparts au vu des soldats de Charlemagne. Quand ceux-ci découvrirent le cadavre du porc ainsi nourri, ils pensèrent que la cité était toujours aussi prospère et, voyant alors ce siège vain, se replièrent. Dame Carcas, heureuse de voir enfin les assiégeants partir, fit sonner les cloches de sa cité. L’un des soldats de Charlemagne s’écria alors « Carcas sonne! ».

  • La légende de de dame Carcas est un poème du XVIe surement issu de chansons mais il n’a pas de vocation historique. Le toponyme carcasso existait déjà au 6e siecle avant JC et la reconquête a de la ville date de pépin le bref. La légende n’en a pas moins de charme et de valeur touristique.

  • En ce qui concerne Montpellier, le nom remonterait à l’an 985, date à laquelle le comte de Melgueil donne à son vassal Guilhem une manse (ie un domaine agricole) dénommée le « mons pestellarium », ou montagne au pastel.
    C’est en tout cas l’explication qui a été admise par les montpelliérains depuis 1984, ce qui leur permettait de célébrer l’année suivante le millénaire de leur ville.

  • Bonjour
    A propos de Bordeaux, la racine « Burdigala » est avérée, pour « burd », le refuge, la berge ou l’abri en aquitain matiné de gallo-romain, et « galae », les landes alors inondables des alentours de Bordeaux. Le plus ancien des édifices historiques de Bordeaux est le Palais Galien, laborieusement construit à l’époque Gallo-Romaine sur un…. marécage! Le reste de la ville est également construit sur pilotis perpetuellement inondés pour en garantir la solidité, d’où le choix d’un tramway et non d’un métro, comme envisagé initialement.
    Les autres modifications, plus « pratiques », relèvent du gascon Bord’eù (le coin de l’eau) devenu Bordale par francisation et enfin, dès le 16e siècle, Bordeaux, toujours par logique topographique.
    Je reste néanmoins étonné qu’il n’y ait pas de trace britannique plus évidente dans le nom entre Burdigala et Bord’eù, les Britons ayant dominé l’Aquitaine pendant près d’un siècle aux abords du 12e…
    A verifier ou compléter.

  • @sylvain le curieux: Les anglais ont possédé l’aquitaine (la guyenne) pendant trois siècles. Par ailleurs, le terme de domination n’est pas vraiment juste. Bordeaux a acquit de très nombreux privilèges et on peux d’avantage parler de coopération. L’administration était quasi intégralement confié aux locaux et à partir de 1206 le roi met même en place la jurade de bordeaux constitué d’élus locaux et d’échevins pour gérer la cité et (parfois) élire un maire. En outre les anglais apportent de gros financement pour pour développer et reconstruire Bordeaux et les villes de Guyenne qui sont encore très marquées par les raids vikings. Tout est mis en œuvre pour favoriser le développement commercial. La richesse de bordeaux se fait grâce aux anglais et les bordelais le savent.
    Pour revenir sur la toponymie, les locaux parle languedocien ou gascon qui sont des langues d’oc (donc occitanes) alors que la noblesse anglaise parle anglo-normand qui est une langue d’oïl (donc françoise) et pas le vieil anglais. Cependant le facteur prédominant est qu’il n’y a quasiment pas de présence anglaise. L’armée anglaise présente en aquitaine est Gasconne.

  • Bonjour,
    J’aimerai bien savoir pourquoi la plupart des villes se terminent par un « s ».
    Exemples: Nantes Poitiers Limoges…
    Alors que d’autre comme Lille ou Lorient n’en ont pas.

  • Question très futée. Pour comprendre ces pluriels, il faut avoir fait un peu de latin. les noms des chefs-lieux des tribus gallo-romaines (les cités ou civitates de César) ont donne beaucoup de noms de nos villes, grandes ou moyennes. Ces toponymes se terminent e -S (Paris, Reims, Nantes), en -X (Lisieux, Bayeux), en -Z (Rodez). Ils ont été formés à partir de l’ablatif pluriel: Paris vient de civitas de Parisiis (cité des Parisiens), Reims de civitas de Remiis, etc.

  • (suite)
    Soissons de ‘civitas de Suessioniis’ ; Limoges de ‘civitas Lemoviciis’ ; Arras de ‘civitas des Atrebatis’ ; Lisieux de ‘civitas de Lexoviis’ ; Bayeux de ‘civitas de Bajocassiis’ ; Saintes ; Nantes, etc; etc;

  • Bonjour,

    Argentoratum était le nom donné à la ville de Strasbourg, capitale européenne de la France, dans la Gaule romaine. A l’origine capitale de la tribu des allemands de la Triboci, la cité était construite entre deux rivières de l’affluent du Helella. Une garnison d’auxiliaires romains y avait été établie par Nero Drusus, gendre d’Auguste Drusus, sur ordre de ce dernier. Auguste avait en effet entrepris d’organiser la défense de l’Empire romain, en construisant des camps fortifiés tout le long du Rhin. Après l’an 16 après J.-C. et avant l’an 43 avant J.-C., la ville comptait une forteresse, siège du commandement militaire de Germanie supérieure.

    Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.