Que fête t-on le 14 juillet ?

Si vous posez cette question à un quidam dans la rue, je pense ne pas me tromper si j’affirme que vous avez une très très grande chance qu’il vous réponde « ben… la prise de la Bastille ». Perdu.

En effet, ce n’est pas la prise d’une prison quasi-vide (puisque ne comptenant que sept prisonniers au moment de l’assaut) que l’on fête le 14 juillet, mais la première « fête de la Fédération », sorte de congrès populaire républicain, où entre autre Louis XVI jura sur la Constitution. Certes, la date de cette fête de la Fédération a été soigneusement choisi pour être pile un an après la prise de la Bastille, donc quelque part et de manière indirecte (en math, on dirait « par transitivité »), en fêtant le 14 juillet on fête aussi la prise de la Bastille puisque nous célébrons la fête de la Fédération qui rendait hommage à son tour à la prise de la Bastille. Mais si cette fête avait eu lieu le 14 décembre par exemple, il y a de fortes chances qu’aujourd’hui ne soit pas un jour férié…

A propos de l'auteur

Kae

Kae est un petit hibou curieux de (presque) tout et contribue de temps en temps au site www.culture-generale.fr quand son emploi du temps le lui permet. Il a comme principal intérêt des questions liées de près ou de loin à la science mais reste ouvert et intéressé par bien d'autres choses.

Comme tous les hiboux, il n'est pas infaillible, même dans son domaine de prédilection. Il prie donc le lecteur de se montrer indulgent envers ses articles mais sera toujours heureux de voir des commentaires soulignant des erreurs ou apportant des précisions !

61 commentaires

Laisser un commentaire
  • Salut,
    1790 est l' »année heureuse » de la Révolution. C’est la fête de la Nation et du Roi. Je ne vois pas quel pourrait être le sens d’une telle fête en république. On fête bien la prise de la Bastille qui était une poudrière (les révolutionnaires viennent chercher la poudre, les fusils ont été pris aux Invalides) et en effet une prison quasi-vide. Mais c’est bien le symbole que l’on commémore. Les embastillés l’étaient par lettres de cachet (arbitraire royal). On fête donc la fin de l’injustice…en, théorie.

  • Je me permets simplement d’ajouter une petite info que je trouve importante, et que je viens de trouver sur Wikipédia : On célèbre la fête de la fédération et pas la prise de la bastille, car cette dernière avait été jugée trop sanglante. C’est pour cette raison qu’on a choisi de se souvenir de la fête de la Fédération plutôt que de la prise de la Bastille, même si, comme expliqué dans l’article, la fête de la Fédération rend directement hommage à la prise de la Bastille.

    Sinon l’article était, comme très souvent, bien intéressant, et je me coucherai encore moins bête ce soir 🙂

  • Si je me souviens bien cette fête n’a pas été arreter d’être célébrer pendant plus de 50 ans ? avant d’être repris pendant la 3ème république?

  • Ha petit truc en plus je viens de regarder sur internet^^ et je confirme ce que je disais, nous avons fêter en 1790 le 14 juillet la fête de la fédération qui est la commémoration de la prise de la bastille, et notre fête nationale est elle même une commémoration du 14 juillet 1790, donc en quelques sorte nous fêtons la prise de la bastille, est cette fête nationales a été instaurer en 1880 pour la première fois donc pas de fête le 14 juillet pendant 90 ans pour rectifiée le faite que j’avais dis 50 ans^^

  • Et pourtant c’est encore moi, le quidam de la rue, qui a raison. C’est bien la prise de la Bastille qu’on commémore, à tort ou à raison, le 14 juillet. Comme le dit très bien Clio5, il n’y a vraiment aucune raison de commémorer le 14 juillet 1790 !

  • Non, c’est vrai, il n’y a aucune raison de célébrer le jour qui jeta le fondement de notre république, lors de laquelle le roi a prêté serment à la Nation et aux lois de l’Assemblée générale, et fut le point de départ d’une réelle unité du peuple Français.

    Malheureusement, le quidam de la rue répond souvent au même schéma : ignorant et étant convaincu de savoir.

    Mais quand même, je ne suis pas la moitié d’un ingrat, et je vous donne au passage un peu de lecture : http://www.14juillet.senat.fr/toutsavoir/ ; dont voici un court extrait. « Mais, à ceux de nos collègues que des souvenirs tragiques feraient hésiter, rappelons que le 14 juillet 1789, ce 14 juillet qui vit prendre la Bastille, fut suivi d’un autre 14 juillet, celui de 1790, qui consacra le premier par l’adhésion de la France entière, d’après l’initiative de Bordeaux et de la Bretagne. Cette seconde journée du 14 juillet, qui n’a coûté ni une goutte de sang ni une larme, cette journée de la Grande Fédération, nous espérons qu’aucun de vous ne refusera de se joindre à nous pour la renouveler et la perpétuer, comme le symbole de l’union fraternelle de toutes les parties de la France et de tous les citoyens français dans la liberté et l’égalité. Le 14 juillet 1790 est le plus beau jour de l’histoire de France, et peut-être de toute l’histoire. C’est en ce jour qu’a été enfin accomplie l’unité nationale, préparée par les efforts de tant de générations et de tant de grands hommes, auxquels la postérité garde un souvenir reconnaissant. Fédération, ce jour-là, a signifié unité volontaire. »

  • Le quidam n’a pas tout a fait tort. Même si la fête nationale commémore la fédération, le peuple commémore la révolution dont le symbole est la prise de la bastille.
    La question est mal posée et une autre réponse peut-être:
    Le 14 juillet, on fête la sainte Camille

  • Bonjour,
    Kae vous m’avez l »air bien sur de vous. Comment peut-on dire « le jour qui jeta le fondement de notre république, lors de laquelle le roi a prêté serment à la Nation et aux lois de l’Assemblée générale » ? Le régime que vous décrivez est la monarchie parlementaire et non la république. Je répète que 1790 est l' »année heureuse » de la Révolution avec son point culminant le 14.07, la seule année de concorde avant l’emballement de la Révolution (Terreur…). Le 14.07.1789 est la rupture symbolique (le peuple prend la Bastille, symbole de l’absolutisme). En résumé commémorer le 14.07.90 c’est conforter l’idée que monarchie et valeurs démocratiques sont conciliables, une réalité en Angleterre par exemple, mais l’histoire de la France ne s’inscrit pas dans cette logique (voir l’histoire politique très mouvementé au 19ème siècle; la démocratie finit par s’enraciner avec la 3ème république).
    Le 14.07 on ne commémore donc pas l’entente du Roi et de la Nation (1790) mais l’irruption de nouvelles valeurs (fin de l’arbitraire royal, souveraineté populaire..) avec toutes les contradictions inhérentes à tout grand évènement (Certains « sans-culottes » qui ont pris la bastille vont jouer un rôle bien peu démocratique pendant la Terreur…).

  • Commentaire vide de sens. Si tu ne vois pas en quoi ce jour a jeté les bases de notre république, je crois ne pas pouvoir grand chose pour toi…
    Je ne vais pas m’éterniser sur cette discusion insipide où j’ai tout dit de mon côté. Ah si, je vais terminer par ceci : je viens de m’appercevoir que même ma femme Japonaise savait que ce n’était pas la prise de la Bastille que l’on célébrait le 14 juillet, mais bien la première fête de la fédération.
    Maintenant comme les commentaires fusent sans rien apporter de constructif ni d’intéressant, je suis tenté de les modérer en bon tyran républicain…

  • @Clio5: Votre débat sur les valeurs de la république est intéressant mais le débat qui fait foi est celui du 29 juin 1880 sur projet de loi ayant pour objet l’établissement d’une fête nationale.
    Comme vous ne l’avez peut-être pas fait, vous devriez jeter un œil sur le lien de kae où elle est retranscrite :
    http://14juillet.senat.fr/toutsavoir/#discussion
    On y parle beaucoup du choix entre 14/07/1789 et 14/07/1790 mais aussi du 5 mai avec l’ouverture des états généraux ou encore de la nuit du 4 aout avec la fin du système féodal.

  • Kae, vos propos sont assez méprisants. Je préfère plutôt clarifier ma position plutôt que dénigrer mon interlocuteur.

    1) Ne pas confondre république et démocratie. Le 14.07.1790 met en avant l’idée d’une monarchie démocratique et non d’une république.

    2) Le lien de Kae date du 14.07.2000, on y rappelle ce qu’a été la fête de la Fédération (210 ans après); il n’est pas dit que tous les 14.07 on fête 1790.

    3) les débats parlementaires à la fin du 19ème siècle sous la 3ème République ne sont pas dénués de charge politique. De nombreux députés sont monarchistes et la Révolution française a mauvaise côte auprès d’eux et de nombreux bourgeois. Vouloir commémorer le 14.07.1790 n »est donc pas innocent à cette époque: c’est appeler de ses voeux le retour d’un roi ou du moins rejeter une grande partie de la révolution.

    4) Enfin et surtout l’unité, la concorde nationale du 14.07.1790 n’est que de façade. La révolution de 1789 a surtout été bourgeoise. Les inégalité sociales sont encore criantes, les paysans vivent dans des conditions misérables, le prix du pain est toujours très élevé… Des libertés ont été accordées (je rappelle quant même que seuls les + riches peuvent voter, suffrage universel seulement en septembre 1792: début de la 1ère république) mais certains veulent pousser la révolution + loin.
    En somme en 1790 Voltaire aurait été satisfait, pas Rousseau.

    5) Sans 14.07.1789 pas de 14.07.1790. Cela me rappelle ces gens qui considèrent que Wellington est un plus grand militaire que Bonaparte puisqu’il l’a battu; mais qui se souviendrait de lui s’il n’avait battu l’Empereur (là, je concède que l’allusion n’est peut-être pas évidente de sens).

    Bref demander autour de vous pour savoir ce que l’on fête le 14.07..

    PS: Même ma femme qui est groêlandaise sait que c’est la prise de la Bastille.

  • Effectivement mon commentaire était méprisant, car c’est tout ce que le tien m’inspire.

    A quoi tu joues ? Que cherches-tu à démontrer ? Quel est le sens de ton texte ?

    Si tu cherches à présenter ton opinion sur la raison de la date du 14 juillet, j’ai un scoop pour toi : on s’en fiche de ton opinion. Le but de cet article, du blog même, est de présenter des faits, pas des opinions. Et le fait est que le 14 juillet commémore la fête de la fédération.

    Maintenant, je préviens : les commentaires qui n’apporteront rien d’intéressant, je les supprimerai.

  • Mes modestes interventions ont pour origine le 1er message où il est dit que si la fête de la Fédération avait eu lieu un 14.12 la fête nationale serait le 14.12 et non le 14.07. Idée pour le moins discutable.

    J’ai , il me semble, énoncé des faits (plus qu’une opinion personnelle, je concède cependant volontiers que le choix des faits est toujours subjectif) qui sont une invite à une discussion constructive.

    Tous les professeurs d’histoire (je suis agrégé d’histoire) s’attardent sur le 14.07.1789 et abordent très rapidement le 14.07.1790 (il faut faire des choix) et concluent que le 14.07 on fête bien la prise de la Bastille. Dire le contraire m’attirerait les foudres de l’Inspection générale. Je vous (je préfère continuer à vous vouvoyer) invite d’ailleurs à consulter des manuels de 4ème ou de 2nde (la part consacrée au 14.07.1789 est largement dominante).

    Je suis donc peiné d’apprendre que durant toutes ces années j’ai égaré mes élèves sur les voies de l’ignorance. Je vous invite d’urgence à contacter l’Inspection générale pour nous remettre tous sur le droit chemin de la raison.

    Et compte tenu de l’agressivité de vos propos, je ne participerai plus à cette discussion que vous avez fort à propos qualifiée d’insipide.

  • Bonjour,

    en relisant l’article on croirait que la prise de la bastille était quasiment inutile. Or d’après mes cours d’histoire elle contenait beaucoup d’armes utiles pour la révolution !
    Il serait donc plus intéressant de connaître le nombre d’officiers présent pour la défense de la prison. Avez vous des chiffres ?

    De plus, ça devait être très symbolique pour le peuple : un grand coup pour marquer la rébellion.

    Je tenais juste à nuancer la phrase « En effet, ce n’est pas la prise d’une prison quasi-vide  » 😉 !

    @+,
    Emilien.

  • Suite et fin : effectivement, c’est dommage de diffuser des fausses idées aux lycéens. Mais comme tu as l’air sur de toi (je préfère continuer de te tutoyer, non par manque de respect, mais parce que c’est la norme sur internet), je te propose d’aller corriger les profs de civilisation française de la Sorbonne, car eux ne se privent pas pour dire que le 14 juillet est la commémoration de la fête de la fédération. L’avantage, peut être, qu’ont mes collègues à ne pas avoir d’inspection générale (en tout ça en Science, j’en ai pas).

    @Émilien : attention, je ne dénigre pas le côté symbolique de la prise de la Bastille, et je crois volontiers sa fonction de poudrière comme le souligne si bien Clio5. Mais ma phrase n’a pas besoin d’être nuancée : ce n’est pas ce symbole que nous fêtons, du moins, pas directement.

  • Même si Clio5 ne participe plus à la discussion, je suis allé vérifier sur le site du Sénat ( http://www.14juillet.senat.fr/toutsavoir/ ), qui fait référence sur les lois (l’instauration d’un jour férié faisant l’objet d’une loi). Et donc on y trouve quoi sur ce site ? Je cite :

    La loi du 6 juillet faisant du 14 juillet une « journée Fête Nationale annuelle », « ce jour-là, le 14 juillet 1790, a fait, je ne veux pas dire l’âme de la France […] mais la révolution a donné à la France conscience d’elle-même ».

    C’est bien le 14 juillet 1790 (et pas 1789) qui est cité dans le texte, donc la fête de la Fédération et pas la prise de la Bastille. Après, Wikipédia, pour ce que ça vaut, dit que le choix de la Fête de la fédération s’explique par le fait que la prise de la Bastille était un épisode trop sanglant.

    Bref, Kae vainqueur, faut appeler l’Inspection générale xD (ou revoir ses cours…)

  • J’ai découvert ce site hier qui semble être une bonne surprise. En particulier j’ai apprécié cet article et le début des échanges qu’il a suscités. Néanmoins; je regrette :
    1. Le ton, parfois méprisant, employé dans les commentaires,… s’abstraire du débat par un soufflet dénigrant est à mon sens une attitude indigne
    2. Il faut éviter de se fâcher avec tout le monde, y compris avec l’orthographe. Le tutoiement est la norme sur Internet, certes, le respect aussi, y compris celui de l’orthographe…
    Sinon, je vous adresse mes félicitations pour ce site plutôt intéressant que je vais continuer à découvrir.

  • Cher LLGD,

    Tout d’abord bienvenue sur le site. J’espère que tu y découvriras plein de choses ! Pour moi, ce blog est un émerveillement quotidien.

    Permet-moi de répondre à tes quelques remarques justifiées :

    1) Je pense que la plupart des lecteurs ne se rendent pas compte des efforts de recherche et du temps que ça prend aux rédacteurs, et il n’est pas rare de se prendre des commentaires disant simplement « non c’est faux » sans argumentation et même sans délicatesse. Certains, comme Bastien et Billx pour ne citer qu’eux, prennent ça en gardant la tête froide. Moi j’ai le sang plus chaud, si quelqu’un me sort ça, y compris « dans la vraie vie », je lui rentre dedans. Si par contre il y a débat (ce qui n’était nullement l’intention amorcée par les commentaires dans cet article), constructif et courtois, j’en serai le plus heureux. C’est mon métier de ne pas être d’accord avec les gens et de débattre intelligemment. Mais je n’ai aucune tolérance envers les discours non constructifs.

    2) Tu as mille fois raison, et je n’ai pas fini de me faire flageller sur mon orthographe. J’ai d’énormes lacunes dans ce domaine, qui je le crains sont maintenant irréparables. Ce n’est nullement une excuse que j’essaye de sortir, mais bien la constatation de mon impuissance sur ce point. Je fais de mon mieux (vraiment !), mais mes limites sont rapidement atteintes.

    Bonne lecture sur ce site et n’hésite pas à te montrer critique, surtout avec mes articles. :-p

  • Bienvenue ici LLGD. Effectivement je préfère les commentaires constructifs à ceux qui sont lapidaires. A mes débuts ici (bientôt 3 ans) j’avais du mal à digérer certains commentaires. Mais je l’ai jamais laissé paraitre. Aujourd’hui je relativise plus (tout en restant sérieux dans les infos distillées). Et comme le dit l’ami Kae, on bosse nos article, il ne faut pas croire. Mais bon, j’aime ça, j’aime ce blog, et je le défendrai toujours !
    Amis lecteurs, je vous salue bien bas !

  • Raaah !
    J’ai écrit tout un article sur exactement le même sujet :p
    La prochaine fois, je vérifierai avant d’écrire plutôt qu’avant de publier…

  • Bonjour à tous,
    et félicitations pour ce site que je viens aussi de découvrir.

    Je me permet d’intervenir, un peu tard je l’avoue, à la suite de la lecture proposée sur http://14juillet.senat.fr/toutsavoir/#discussion.
    Cette lecture m’interpelle, car je ne vois nulle part comme une « évidence évidente » le choix de 1790 ou 1789 comme notre fête nationale.
    Ce que je lis par contre c’est que la proposition du 14 huillet s’est fondée sur la prise de la Bastille comme élément déclencheur de la Révolution. L’argumentaire présentant le 14 juillet 1790 comme le plus beau jour de la France ne vient que pour vaincre les réticences de ceux que le sang versé le 14 juillet 1789 pouvaient effrayer.

    Au final, la loi adoptée ne fait aucunement référence à une année quelconque.

    Si on suit l’argumentaire, le choix du 14 juillet se fonde donc sur la Prise de la Bastille renforcée par le Fête de la Fédération l’anée suivante.
    Je serais donc plutôt tenté de suivre la vox populi et de continuer à fêter tous les ans le 14 juillet 1789.

  • Je copie-colle le 1er paragraphe de 14juillet.senat.fr/toutsavoir/

    On connaît rarement l’année – 1880 – qui marque pour la France la consécration du 14 Juillet comme fête nationale. Voici les textes fondateurs : comme le dit Henri Martin, rapporteur au Sénat de la loi du 6 juillet faisant du 14 juillet une « journée Fête Nationale annuelle », « ce jour-là, le 14 juillet 1790, a fait, je ne veux pas dire l’âme de la France […] mais la révolution a donné à la France conscience d’elle-même ».

  • Bonjour à tous. Entre les problèmes d’orthographe de certains, les prises de position catégoriques d’autre, on ne sait plus ou donner de la tête. Cependant (j’ai 20 ans et je ne suis qu’une modeste étudiante dans le domaine de la petite enfance) si l’on commémore véritablement le 14 juillet 1790 il me parait évident de prévenir l’Inspection générale de toute urgence. En effet il faudrait vraiment faire rectifier ces données car, comme beaucoup de collégiens et lycéens je ne pense pas être la seule à croire que ce jour de 14 juillet on fête la prise de la Bastille! On nous en a rabâché trop souvent, ce qui s’est incrusté dans notre mémoire… Alors certes n’importe quel quidam dans la rue vous répondra la même chose mais personne n’agit dans l’intérêt de changer cela! Car voyons les choses comme elles sont: nous sommes pas tous passés par la Sorbonne et ce n’est pas pour autant que nous sommes ignorants!

  • Je suis entièrement d’accord avec Nicorah. Peut être devrions-nous envoyer à l’inspection générale ce rapport d’information demandé par l’assemblée nationale (http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i1262.asp#P1962_585627) où l’on peut retrouver l’intervention de l’historien Jean Favier : « […] le 14 juillet – qui n’est pas la date de la prise de la Bastille mais celle de la fête de la Fédération et donc de la monarchie constitutionnelle. L’identification du 14 juillet et de la fête nationale républicaine est néanmoins acquise. »

  • moi je pense simplement que sans le 14 juillet 1789 il n’y aurais pas eu de 14 juillet 1790 donc c’est en quelque sorte grâce à la prise de la bastille qu’il y a une fête nationale….. (ouais il doit y avoir des fautes, sorry)

  • Bonsoir je suis tombée sur ce blog par hasard
    Et je le trouve vraiment superbe …

    Concernant cet article mes professeurs m’ont toujours dit
    Que c’était la prise de la bastille
    Mais faut les comprendre ,ils sont Belges

    Un grand merci pour toutes ces informations je repasserai régulièrement
    En apprendre un peu plus sur le monde qui m’entoure

    Bien à vous

  • Bonjour,

    Pourquoi tant d’agressivité, alors qu’au fond vous vous accordez tous sur les faits?
    La prise de la Bastille en 1789 est un fait historique non contesté.
    La fête de la fédération en 1790 en est un autre.
    La fête annuelle du 14 Juillet est un fait sociologique également incontestable.

    La question :
    Que fête t-on le 14 juillet ?
    N’a de réponse sensée que dans la tête de ‘ON’ dont la définition est assez imprécise et permet beaucoup de réponses différentes mais valables.

    Que fête-t-on à Noël ? Par exemple. Les bons chrétiens fêtent la naissance de leur dieu. Les commerçants fêtent leur meilleur mois de l’année, les familles fêtent leurs enfants, les enfants fêtent leurs cadeaux et vacances, pendant que d’autres affirment qu’ils prolongent d’antiques commémorations du solstice d’hiver. Tous ont raison, leur raison.

    Pour revenir au quatorze juillet on peut répondre aussi en fonction de ‘on’

    1/ ‘on’ est un des légistes et autres officiels qui ont institué ce jour férié, cette fête, et qui continuent à l’organiser.
    Dans ce cas nous constatons déjà une division puisqu’il y a beaucoup de références à 1789, mais aussi quelques unes à 1790. Peu importe, je prends les deux. Selon la sensibilité de ces ‘on’ là, ceux qui apprécient l’aspect révolutionnaire, qui tiennent à l’abolition de la royauté, qui pensent que le peuple retient avant tout 1789, etc. Ceux-là pensent qu’il faut commémorer la prise de la Bastille. Ils sont majoritaires, ce qui n’a rien à voir avec le fait d’avoir raison ou non. Quant aux autres ‘on’ qui sont plus modérés sur l’aspect révolutionnaire et violent, ou qui ont une vague nostalgie d’un ancien régime, ou pour d’autres raisons, ceux-ci pensent qu’il faut commémorer la fête de la fédération. Ils sont minoritaires, ce qui n’a rien à voir avec le fait d’avoir raison ou non.
    Mon affirmation de qui est majoritaire ou minoritaire résulte d’un ensemble de faits comme les défilés militaires du 14 juillet, l’enseignement officiel de l’éducation nationale, et surtout du fait capital que le bicentenaire à été fêté en 1989 et non en 1990.

    2/ ‘on’ est un participant à la fête.
    Dans ce cas on a au moins trois divisions. Ceux qui célèbrent 89, évidemment plus nombreux que les rares qui pensent à 90. Et une écrasante majorité qui s’en fout et veut juste faire la fête.

    Je pourrais allonger la liste des ‘on’, mais je pense m’être assez expliqué : il y a des faits historiques. Puis des personnes qui commémorent ces faits. La confusion des dates permet à chacune d’elles de se référer à ce qui lui convient.

    Pour ma part :
    « Le jour du 14 juillet
    Je reste dans mon lit douillet.
    La musique qui marche au pas
    Cela ne me regarde pas. »
    Georges Brassens
    Ce qui me permet tout de même de commémorer ce jour là
    un troisième événement factuel : la mort de Léo Ferré.

    Alors, dans le respect, que j’espère mutuel, des faits et des pensées personnelles relatives à ces faits, je conclus mon trop long message par :

    À chacun son 14 juillet.

    Très cordialement

    JT

    P.S. Je viens de découvrir ce blog. Il me semble mériter le détour et le retour.

  • Ben non!
    Bien au contraire, tu devrais te féliciter d’ajouter un motif supplémentaire de fêter ce jour là.
    Qu’on se le dise : en plus de 1789, 1790, la révérence de Leo Ferré, on fête l’anniversaire de « liberte ».
    Donc
    « Le quatorze juillet
    De cette belle année
    Que je n’y manque pas
    Sur la couronne des rois
    j’écris ton nom

    Liberté »

    Jacques

    P.S.
    Pardon, pardon Paul Éluard,
    mais je n’ai pu résister.

  • Ayant découvert ce blog récemment, je me régale de l’intelligence (et ma foi de la belle syntaxe) qu’on y trouve. Ca change !!! Je n’apporterai rien au débat sur le 14 juillet , je serais tentée de citer Brassens comme JT.
    Bref, je reviendrai régulièrement , c’est un vrai plaisir de vous lire tous!

  • Bonjour à tous,

    je me permets d’apporter un élément au débat.

    Je vois beaucoup d’empoignades mais le 14 juillet on fête bien les deux événements.

    La crispation vient sans doute de ce que le « quizz » donne une réponse fausse quand on répond la prise de la Bastille et ce n’est pas une réponse fausse, seulement incomplète.

    J’ai lu plusieurs articles pour m’assurer de cette réponse et la plus sûr est peut-être celle émanant de l’Elysée car après tout malgrè les discussions que peuvent avoir les historiens c’est le gouvernement qui décide et qui donne un sens à ces fêtes (que ce soit une réalité historique ou non).

    http://www.elysee.fr/la-presidence/la-fete-nationale-du-14-juillet/

    cordialement

  • Fort heureusement non, un gouvernement ne peut pas réécrire l’histoire, ou alors c’est la porte ouverte à toutes les dérives totalitaires. Libre à lui d’en proposer une interprétation, mais il n’a pas autorité pour imposer son point de vue. Seul le consensus au sein de historiens fait foi.

    • Malheureusement non, je ne vais pas faire ici un inventaire des livres qui traitent de ce sujet mais le consensus au sein des historiens n’est pas une nécessité pour qu’un gouvernement décide de la valeur qu’il donne à un événement.
      C’est là un des « rôles » que s’attribue les politiciens de réinterpréter l’histoire au sens où ils l’entendent. Ce n’est pas un mal ou un bien mais c’est ainsi. Les fêtes, les commémorations mettent l’accent sur des événements qui font sens car ils peuvent être simples à expliquer. Ce n’est pas forcément que l’événement soit le plus important en lui même mais on l’érige en symbole pour que chacun ai une vision claire de l’événement. On peut rarement prendre en compte la complexité et l’ambiguité de certains faits historique avec une date symbole. Les historiens se mettent d’accord sur certains thèmes mais les politiques expurgent souvent les complexité de l’événement. C’est un moyen de fédérer des gens qui ont peu en commun, en créant une idée de nation, de patrie et toutes ces choses qui permettent à des habitants d’un même pays de croire en une histoire commune.

      • À la lecture de votre commentaire, j’ai le sentiment que vous confondez le gouvernement (l’exécutif) et l’État (l’organisation du pays).
        Imposer un sens à l’histoire n’est pas le rôle, et ne doit pas être le rôle, des hommes politiques.

  • Certes on peut célébrer la fête fédération le 14 juillet mais on peut aussi célébrer la Saint Camille de Lellis (et non, c’est pas la Sainte fête-nat le 14). De nombreuse personnes y fête leur anniversaire.
    La question est de savoir ce que la fête nationale commémore et non ce que l’on fête le 14 juillet. Cela est promulgué au travers d’une loi (pour faire écho à Kae).
    On a vu récemment l’exemple du jour du souvenir. La loi du 28 février 2012 instaure que le 11 novembre il est rendu hommage à tous les morts pour la France.
    La loi du 6 juillet 1880 est claire:
    «Article unique. – La République adopte le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle»
    Si il n’y a aucune référence c’est surtout car on ne veux pas en mettre. En dépit du fait que l’on soit sous la 3ème république, le climat est encore tendu sur le régime du pays et les valeurs de celui-ci.
    Ce n’est pas pour rien que qu’en 1972 Adolphe Thiers déclare interdite toute manifestation le 14 ou le 15. Quand il se rallie entièrement à la république conservatrice il perd le soutiens des monarchistes et est obligée de démissionner. Le Mac-Mahon qui le remplace est lui carrément monarchiste et il est pas questionde fêter le 14 juillet: la fête nationale est le 30 juin parce que cela ne commémore rien.
    Quand les républicain reprenne le lead en 1879, mettre la fête le 14 juillet et laisser croire que c’est la commémoration de la fête de la fédération c’est surtout pour faire passer la pilule.
    De toute façon, de nos jour on ne commémore ni l’un ni l’autre. Depuis 58 c’est une vitrine de la puissance militaire et du pouvoir présidentiel.

  • Cette affirmation est pour le moins hasardeuse.
    On ne fête pas plus l’un que l’autre, d’ailleurs la loi qui désigna cette journée comme fête nationale ne désigne pas l’année de référence.
    Ce n’est pas à vous de juger et/ou de refaire l’histoire. Donnez-nous au moins une source plutôt que d’affirmer. Tout laisse à penser que vous donnez votre avis au lieu d’éclairer le lecteur.

  • Franchement le coup de l’argumentation sur la prison quasi-vide, c’est le poncif récurrent.

    Le raisonnement fallacieux étant celui-ci: la prison était quasi-vide donc l’événement n’a pas d’importance. En revanche, la Fête de la Fédération serait, elle, de grande importance (alors que cette dernière célèbre la Prise de la Bastille, merci pour ce joli syllogisme au passage).

    Le symbole de la chute de la Bastille, comme incarnation de l’arbitraire royal, étant bien sûr l’élément à relever et non les 7 prisonniers libérés.

    Mais ça fait tellement « mec cultivé » de piéger les gens en leur montrant qu’on sait un truc étonnant… Sauf que là, pas de bol, aucun n’article officiel ne stipulera jamais que le 14 juillet commémore UNIQUEMENT la fête de la Fédération de 1790 puisque ce n’est pas l’entière vérité. Le 14 juillet fête le double événement. 9 ans après l’épisode de la Commune, il était périlleux d’affirmer ouvertement que l’on souhaitait faire de la Prise de la Bastille un symbole, donc le texte de 1880 n’a rien précisé. L’ambiguïté demeure donc de nos jours.

    Le paradoxe, c’est que vous en parlez comme que de l’élément fondateur de notre République (encore un syllogisme puisque cette commémoration fût instaurée sous la IIIe République …), et vous admettez ouvertement que les « quidams », donc les Français moyens ont tous, ou presque, à l’esprit, la Prise de la Bastille. Il me semblait qu’un imaginaire commun attaché une Histoire commune, c’était justement ça, les fondements d’une nation et de son habillage républicain.

  • « […] La première, et sans doute la plus réussie des fêtes révolutionnaires, est celle de la Fédération, le 14 juillet 1790. Organisée à l’occasion du premier anniversaire de la prise de la Bastille, elle rassemble deux cent mille personnes au Champ-de-Mars, où est dressé l’autel de la patrie : Talleyrand célèbre la messe, assisté de trois cents prêtres revêtus d’aubes blanches et d’écharpes tricolores, en présence du Roi et du Président de l’Assemblée nationale assis côte à côte sur des sièges semblables et fleurdelysés. Le Roi, les députés, l’armée prêtent serment de fidélité à la Constitution, puis le peuple s’égaye dans les pavillons de danse.

    Dès l’origine, la célébration du 14 juillet prend donc une double nature : commémoration d’un événement historique sans doute, mais plus encore manifestation d’unité nationale mêlant solennité publique et réjouissances populaires. »

    http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i1262.asp

  • super site vraiment ! j’ai beaucoup goûté vos échanges !
    je partage le point de vue de jacques : selon sa sensibilité, chacun est libre de fêter 1789 ou 1790 ; la référence au sénat, organe obsolète à mon avis car non représentatif de la société française (que des hommes, blancs, vieux !) n’y changera rien en ce qui me concerne !
    outre mes souvenirs d’école, j’aime bien l’idée de la prise d’une prison comme symbole d’une révolution et puis c’est vraiment une idée peu cartésienne que de fêter la fédération avec un roi … qu’on a massacré avec ses enfants qq temps plus tard …
    je trouve cependant ce débat tout à fait représentatif de l’esprit français ! nous ne sommes jamais d’accord sur rien et c’est tant mieux ça nous permet de discuter à l’infini, de peaufiner nos arguments et nos convictions, de nous engueuler pour mieux nous réconcilier, condition indispensable à la prochaine … engueulade !
    dans les faits nous ne sommes même plus d’accord sur le 14 juillet qui se fête selon les endroits le 13 au soir ou le 14 ! idem pour noël que certains font le 24 au soir d’autres le 25 à midi, sans omettre la fête de la musique qui varie sensiblement selon les années et le jour de la semaine correspondant !
    irréductibles à nous-mêmes !

  • Bonjour kae,

    Le pur hasard de mes recherches sur internet m’a conduit, sur votre site. Cette découverte fortuite m’a scotchée sur votre empire, qui laisse apparaître un monument de connaissances diverses et pour se faire, j’avoue que cela implique la nécessité d’un travail colossal. J’apprécie votre travail, et cela explique le fait que je sois encore debout pour vous lire. Mes paupières ne veulent pas se fermer !

    Au vue des messages concernant la date du 14 juillet, je me permets d’apporter ma petite pierre à votre édifice.
    Personnellement, je me réjouis d’avoir pu apprendre quelque chose malgré certains avis divergents. De ce fait, le doute m’a soudainement submergée et c’est la raison pour laquelle, j’ai éprouvé le besoin instantané d’entreprendre des recherches, celles-ci ce sont très vite concrétisées.

    À mon avis, je pense que ce lien devrait pouvoir par un seul petit paragraphe venir conforter votre article concernant la fête du 14 juillet.

    Personnellement, à cet instant je savoure encore plus vos écrits, car dans votre sujet ils relatent sans contestation possible la noble vérité de ce jour festif, « la réjouissance », car elle a été :

     » La consécration de l’unité de la France « .

    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/F%C3%AAte_nationale_fran%C3%A7aise

    Je suis très satisfaite d’avoir pu apprendre par un simple et pur hasard, que ce jour aura pour moi un autre sens, puiqu’il n’est pas taché par le sang et autres cruautés…

    Très sincèrement, je vous remercie pour tout votre travail général, et c’est avec plaisir et satisfaction que je continuerai à vous lire.

  • Bonjour,
    merci pour ce quiz assez dur quand on a pas lu les articles, mais c’est tout l’intérêt d’un quiz. Petite remarque, je trouve dommage qu’une fois que l’on a été sur l’un des article d’une question, on ne puisse plus revenir sur notre résultat pour aller voir d’autres propos sur des questions qu’on a loupé. Est-il possible que vous puissiez remédier à ce problème ?
    Merci d’avance car je ne joue pas pour gagner mais pour me cultiver, et surement d’autres que moi ont le même objectif.

  • Je rejoins le propos de Blakswan pour le syllogisme car un évènement qui « colle » un an jour pour jour à la prise de la Bastille lui rend donc hommage en tant qu’acte « fédérateur ». C’est lui, ce mouvement populaire qui a « pris la Bastille » (le symbole, pas le chateau avec ou sans prisonnier ») qui a fédéré le peuple contre les aristocrates. C’est donc bien lui qui est a l’initiative et de la révolution, et de l’accord passé plus tard ( accord plutôt forcé pour le roi). La fédération, c’était celle du peuple !
    Comme d’habitude, le pouvoir politique est prompt à récupérer et à s’accaparer un mouvement populaire, et je trouve dommage que vous n’acceptiez pas la réponse « prise de la Bastille » comme bonne, car elle me parait au contraire encore plus justifiée.
    Mais l’essentiel étant d’apprendre quelque chose
    Vive …. la révoculture !

  • Elle a été instituée par la loi en 1880, en référence à une double date, celle du 14 juillet 1789, date de la prise de la Bastille, et celle du 14 juillet 1790, jour de la Fête de la Fédération. Les deux réponses sont exactes puisque il n’y a pas d’année précisée dans la question.

  • Je n’ai aucune opinion sur le sujet vraiment. Mais je me rappelle fort bien les célébrations du soir du
    13 juillet 1989, en l’honneur du bicentenaire… de la révolution? de la prise de la bastille?

    « Le bicentenaire de la Révolution est un évènement festif organisé en 1989 en France pour la célébration du 200e anniversaire de la Révolution, plus particulièrement de la prise de la Bastille le 14 juillet 1789, et de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen le 26 août 1789. » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Bicentenaire_de_la_R%C3%A9volution )
    Ces célébrations n’ont pas eu lieu en 1990, ni un 1er juillet. La date correspondait bien à quelque chose. Certainement, un certain décret quelque part a décidé que nous ne célébrions pas la violence de 1789. Mais notre gouvernement, visiblement, n’a pas osé méduser les français avec une célébration en 1990.

    • oui ! en effet, et merci de m’y refaire penser car je l’ai vécu aussi à l’école et ça a marqué mon esprit… nous avons fêté le bicentenaire de la prise de la Bastille … ce n’est pas la 1ere fête de la fédération que nous célébrons, j’avais déjà entendu parlé de cette histoire…
      j’apprécie pas trop les questions avec une fausse bonne réponse et une vraie mauvaise réponse juste pour vous tendre un piège alors qu’on avait raison

  • Bonjour,

    (puisque ne comptenant que sept prisonniers au moment de…) vous voulez dire : comprenant

    Merci de bien vouloir corriger

    Isidore

  • je suis pas d’accord, on fête bien la prise de bastille, d’une c’est ce qu’on nous apprend à l’école, de deux vous admettez dans votre explication que par transitivité, c’est bien la prise de la bastille que l’on fête …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.