Pourquoi met-on la main devant la bouche lorsque l’on bâille ?

On peut en effet se poser cette existentielle question.

Car si l’on comprend aisément pourquoi il convient de mettre la main devant la bouche lorsque l’on tousse ou éternue, ou pire, lorsque l’on a un petit renvoi, il est curieux de mettre la main devant la bouche lorsque l’on bâille : en effet, il n’y a là a priori, pas de risque de contamination de ses voisins (on inspire) et il n’y a pas plus de risque  particulier d’inoculation d’un virus, puisqu’un bâillement n’est au final qu’une respiration… particulière : “mouvement d’inspiration suivi d’une expiration en ouvrant grand la bouche”.

On pourrait alors croire que cette habitude déjà ancienne serait issue des usages anciens (ceux-là mêmes qui voulaient que l’on fasse ses besoins derrière les rideaux de Versailles). Et pourtant, non : l’habitude de se mettre la main devant la bouche n’est ni une marque de politesse ni d’hygiène, mais résulte d’une superstition selon laquelle le diable profiterait des bâillements pour pénétrer l’âme des pauvres humains, croyance que l’on retrouve également chez les musulmans :

.

Les femmes espagnoles, lorsqu’elles bâillent, ne manquent pas de se signer quatre fois la bouche avec le pouce, de peur que le diable n’y entre” (Dictionnaire infernal, Jacques-Albin-Simon Collin de Plancy, 1818).

Quand l’un de vous bâille, qu’il place sa main devant sa bouche sinon le Diable y entre” (Abou Sa’id Al Khoudri).

.

Un diable (de Tasmanie) en train de bâiller

.

Attention tout de même : même si l’on s’inquiète moins du Malin aujourd’hui qu’autrefois, la politesse veut tout de même que l’on évite d’exposer ses amygdales à tout bout de champ…

Cet article a originellement été publié sur Memesprit.

A propos de l'auteur

Jika

Je me pose souvent des questions sur tout et n’importe quoi, et c’est d’ailleurs comme ça que j’ai débarqué sur ce site, auquel je participe depuis quelques mois. J’espère vous intéresser en découvrant avec vous les petites histoires qui ont fait l’Histoire, mon péché mignon, ou tout autre sujet qui me parait mériter un article :)
Et si vous êtes réellement fan, je co-gère un autre blog, http://memesprit.fr (ouvert à tous, d’ailleurs !).

17 commentaires

Laisser un commentaire
  • Marrant ça, j’aurais dit qu’on expirait autant qu’on inspirait, quand on baillait. J’essaierai de faire attention […] ben voilà, c’est fait. Suffisait d’en parler. Perso j’inspire puis j’expire bouche grande ouverte quand je baille ; la fermeture n’est pas naturelle au milieu.

    Et à quoi est dû la communication du baillement, au fait ?

  • Sans trop-trop y entrer dans les détails de la communication du bâillement, je t’invite à suivre le lien sur Memesprit, où j’ai écrit un article un peu plus large sur le sujet 🙂

  • Et dire que je voulais écrire dessus…Bah tant pis, je trouverai bien un autre truc à traiter ^^’.
    Sinon pour la communication du bâillement, il y a une autre théorie, qui au fond, rejoint plus ou moins celles énoncées sur le lien proposé. Il s’agirait de “neurones miroirs” qui provoqueraient chez les gens la copie du comportement de la personne d’en face, pour “socialiser” avec lui.

    Une autre question est pourquoi baille-t-on, puisque ce n’est au final, qu’une respiration ?

  • Je ne me suis pas trop avancé sur le coup des “neurones miroirs” dans mon autre article pour deux raisons : d’une part, j’ai vu la polémique déclenchée juste avec la juxtaposition de “gaz” et de “liquide” :o) D’autre part, je suis pas complètement d’accord avec cette théorie, vu que le bâillement est également contagieux à travers un écran télé et pourquoi pas, à travers des espèces différentes…
    Mais pourquoi on en parle ici, au fait ?

  • Touujours 🙂
    Mais tu noteras que j’en fais aussi pour celui-ci là-bas 🙂

    (et en plus de ça, la discussion sur le bâillement contagieux a à mon avis plus sa place dans un article dédié au sujet que dans un focus sur la main devant la bouche – qui répond au “cahier des charges” de CG 🙂

  • Intéressant article.
    Merci :-)!
    L’histoire du diable me fait penser à la provenance du mot “pétasse” : les prostituées devaient péter avant de rentrer dans une ville pour ne pas amener le diable avec elles ! (enfin je ne me souviens plus exactement de l’article ;-)).

  • @ Emilien : J’étais certain que tu avais inventé cette blague, mais non, c’est vrai (enfin, c’est une explication possible) !

    Enorme 🙂

    Merci !

  • Lorsque l’on baille, c’est généralement parce qu’on est fatigué, et l’explication du pourquoi que j’y vois, c’est tout bêtement le fait de se ré-oxygéner un bon coup le cerveau ! 🙂
    non?

  • Je me permets de poster mon expérience personnelle :
    Le bâillement provoque l’excitation des glandes salivaires et dans certains cas (très rares), il y a projection d’un mince filet de salive à quelques centimètres.
    Cela m’est arrivé une fois, et je l’avoue, à ma grande surprise mais peut-être ne suis-je pas un cas isolé ?

  • Hey ! Moi aussi ca m’est deja arrive’ de bailler !

    /me sort
    /me rentre
    Oui que le demon me possede !

    Il me semble, a moi, que le baillement soit comme la toux, une part de reflexe et une autre de reflexion.
    Citation de M. X :”Un bon bailleur en fait bailler dix” … ou six… je sais plus…

  • Belle explication cependant comment peux-tu admettre que cela est une superstition? Qu’est qu’une superstition? A toi de te renseigner avant d’en employer les termes car sache qu’une superstition n’est pas une croyance. Une croyance peut être défendu par des écrits des faits, des explications rationnelles et dépend certes de la foi(peu importe le fait que je sois croyant ou non, je vous invite seulement à comprendre cette subtilité). En revanche les superstitions n’ont aucune explication elles aboutissent de paroles des anciens qui croyaient en cela sans preuve, sans fondements. Comment? Prenons donc l’exemple du miroir brisé qui provoque 7 ans de malheur?( si tu veux être sure je t’invite à chercher certaines références religieuses pourvu qu’elles existent!) Étrange mais celle-ci je l’ai connu il y a deux jours on en apprend tous les jours car on en invente tous les jours, je pourrai désormais prétendre que celui ou celle qui se voit dans un miroir perd de sa beauté! Une explication? Aucune mis à par le fait que c’est “abusé”. C’est bien cela la superstition aucune limite aucun fondement. Cependant la religion est fréquemment qualifiée de superstition par les athées. C’est du moins ainsi que le baron d’Holbach la considérait, notamment dans son ouvrage La Contagion sacrée, ou Histoire naturelle de la superstition. La superstition suppose en effet la croyance en la réactivité de l’univers (non conforme aux théories scientifiques) ou d’entités surnaturelles face à certains comportements humains, croyance que l’on retrouve dans les religions.
    Toi qui aime tant te poser des questions, je me permets de t’en poser une, à toi de me répondre : SI on admettait que tu sois athée tes explications et réponses sont elles vraiment objectives? L’objectivité qui marque l’absence de point de vue, l’athéisme dans ce cas n’est-il pas un point de vue?

  • Bonjour Personne !
    Sache déjà que je suis un fan de Sergio Leone, et que ça me fait vraiment très plaisir que tu sois passé par ici.

    Pour ce qui est de ton commentaire, je ne comprends pas bien où est le problème : pour ce que j’en sais, et après avoir vérifié, “croyance” et “superstition” sont deux termes qui peuvent être sémantiquement assez proches.

    Et si le second a une connotation négative (superstition = fadaises), que croyance ne recouvre pas forcément, ils sont tout de même selon moi un point commun de taille : la croyance ou la superstition n’existe réellement que lorsqu’elle est partagée par un grand nombre de personnes et sur un laps de temps important ; ainsi, si demain, tu te mets à penser qu’un miroir enlève la beauté de celui ou de celle qui s’y mire (comme la station orbitale), ce n’est pas une croyance, c’est juste que t’as trop visité le saloon, gringo.
    En revanche, il y a énormément de gens qui pensent que croiser un chat noir provoque la poisse : c’est une superstition avérée.
    Là-dessus, on n’est donc pas d’accord 🙂

    En revanche, je pense comme toi que l’athéisme est effectivement un point de vue, une opinion, qui peut empêcher d’être objectif.
    Et ?

  • Selon moi moi une superstition est une croyance qui attribue des liens de cause à effet non rationnel/scientifique. Elle se doit d’être partagé par quelques personnes pour porter ce nom. Une croyance peut être scientifique et propre à un seul individu.
    Pour ce qui est de la réactivité de l’univers, une superstition comme une croyance agit au moins sur le comportement de celui qui y croit. La peur du chat noir créera une hypersensibilité passagère due à cette peur (mais qui ne donne pas forcement la poisse)
    Sinon être athée signifie ne croire en l’existence d’aucun dieu. Cela n’a rien a voir avec le fait d’avoir une opinion et encore moins avec le fait de la retranscrire dans ses propos (ce que l’on fait toujours de façon plus ou moins flagrante).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.