Aujourd’hui, on plume à gauche !

Et non, lecteur avide, comme le laisse supposer l’illustration de cet article, je ne vais pas traiter ici de politique, mais de sport (et de vocabulaire !).

Le badminton actuel est un descendant du poona, un jeu indien qui se pratiquait avec des raquettes et une balle légère (des jeux similaires étaient également connus chez les incas et chez les indiens d’Amérique). C’est toutefois en Angleterre, plus précisément au « Badminton House » qu’en juillet 1873, la noblesse anglaise assiste à la première démonstration européenne du « poona », qui deviendra bientôt le badminton, du nom de la ville où il fut créé.

Selon la petite histoire, n’ayant pas de balle à disposition, les officiers en question, en villégiature dans la ville de Badminton voulurent tout d’abord adapter le poona à ce qu’ils avaient sous la main, et attachèrent quelques plumes à un bouchon de liège pour jouer.

Depuis, ce sport a conquis les continents, est devenu en 1992 un sport olympique, et l’on en compte au jour d’aujourd’hui plus de 100 millions de pratiquants dans le monde.

« Au jour d’aujourd’hui » : en voilà une drôle d’expression, n’est-ce pas ?

Parce que si tout le monde voit bien le côté doublé et insistant de « jour » et « aujourd’hui », c’est encore pire que ça, car « hui » signifiait « en ce jour » en ancien français… Et donc, le terme initial « aujourd’hui » constitue déjà un doublé, et lorsqu’il est précédé par « au jour », il signifie réellement « au jour de ce jour en ce jour », ce qui est un poil lourdingue.

 

Revenons au badminton, et plus précisément aux volants : saviez-vous qu’il en existe trois types différents ?

– Le volant avec tête et jupe en plastique est utilisé par les enfants, les scolaires débutants (pas utilisé au sein d’un club) ou sur la plage : très léger et résistant, l’inconvénient majeur est qu’il vole très loin.

– Le volant avec tête en liège et jupe en plastique, c’est le modèle utilisé pour les joueurs non classés : très résistant, idéal pour le loisir ou le scolaire mais ayant une trajectoire courbe, appelée « trajectoire parabolique ».

– Le volant avec tête en liège et jupe en plume : utilisé en compétition, plus fragile, mais ayant une trajectoire idéale. Cette trajectoire est habituellement appelée « trajectoire parachute », le volant montant en ligne droite puis descendant presque à la verticale, n’ayant plus de vitesse horizontale. Le volant est composé de 16 plumes d’aile d’oie, pèse 5 grammes, et est fabriqué a la main. Avec ces matériaux, on a déjà pu enregistrer des records de vitesse assez incroyable, avec des volants dépassant les 400 km/h !

J’avais appris avec étonnement un petit détail sur les volants en plumes : effectivement, on n’utilise pour leur confection que les plumes d’ailes gauches. Pourquoi gauches, effectivement ? Et que fait-on des plumes des ailes droites ?

Afin d’écrire cet article, j’ai fureté un peu partout à la recherche d’une explication avant de la trouver dans un texte consacré à la calligraphie : la plupart des calligraphes préféreraient les plumes de l’aile gauche car leurs tuyaux s’orientent vers la droite. A priori, pour ne pas s’éborgner bêtement…

Au badminton, utiliser toujours les mêmes ailes permet d’uniformiser le sens de rotation des volants pendant le vol (bon, moi, là, tout de suite, au jour d’aujourd’hui, je ne vois pas bien en quoi le fait que le volant vrille sur la gauche ou sur la droite change quoi que ce soit, mais ça doit avoir son importance !).

Ça ne nous dit pas ce que l’on fait des plumes des ailes droites des oies (à part des plumes de calligraphes gauchers, tu parles d’un marché), mais c’est une autre histoire…

 

Cet article, vous n’avez pas volé, est simultanément publié sur Memesprit !

 

 

A propos de l'auteur

Jika

Je me pose souvent des questions sur tout et n'importe quoi, et c'est d'ailleurs comme ça que j'ai débarqué sur ce site, auquel je participe depuis quelques mois. J'espère vous intéresser en découvrant avec vous les petites histoires qui ont fait l'Histoire, mon péché mignon, ou tout autre sujet qui me parait mériter un article :)
Et si vous êtes réellement fan, je co-gère un autre blog, http://memesprit.fr (ouvert à tous, d'ailleurs !).

9 commentaires

Laisser un commentaire
  • Le badmington est le sport où la « balle » va le plus vite, mais je n’avais pas de valeurs numérique. Maintenant si 🙂

    Concernant les plumes… Elles doivent en effet être du même coté pour que le volant puisse tourner et donc voler droit.

    Pourquoi gauche ? Je sais pas… Mais si je devais proposer une explications : ça permet de faire tourner le volant dans un sens précis, et ce sens dépend des joueurs, majoritairement droitiers (comme partout).

    Ce n’est qu’une hypothèse, mais c’est le seul raisonnement logique qui me vient à l’esprit…

  • Bonjour,

    encore un très bon article 🙂 ! Merci.

    Tu utilises « Doublé » c’est pas plutôt « pléonasme » ?
    Au contraire, y’a un marché pour les plumes des ailes droites : tous les gens qui ont deux mains gauches ;-).
    400 km/h c’est excessivement rapide. Il faudrait savoir où est faite cette mesure car quand on voit des matchs de pros (chinoises particulièrement), ça ne semble pas un jeu de brutes mais plutôt de finesse…

  • Concernant le sens de rotation qui doit être toujours le même, je pense que c’est pour ne pas perturber les joueurs. Dans un registre un peu différent, les gardiens de but au foot se plaignaient à la dernière coupe du monde car le ballon tournait bizarrement, ce qui pouvait les induire en erreur. J’imagine qu’il en va de même pour les volants.

    Et sinon, très bon le créneau des plumes pour gauchers (encore que dans une société où le clavier prend de plus en plus d’importance, on peut se demander si cette niche est vraiment porteuse 🙂 )

  • @ Hollandais : C’est possible (le sens de rotation), mais franchement, en tant que joueur, je ne crois pas que le fait que le volant pivote sur un axe droite-gauche ou gauche-droite change sa trajectoire et donc gêne ou au contraire les joueurs droitiers.
    Mais cela dit, il doit bien y avoir une raison pour qu’au départ, quelqu’un aie prise la fatale décision ^^

    @ Emilien : en fait, « aujourd’hui » est déjà un pléonasme puisque ça veut déjà dire « au jour de ce jour » ; il a finalement été accepté dans la langue française. Mais si à un doublé tu ajoutes encore une fois le terme de trop, c’est grammaticalement faux.

    @ Eusebe : ma faute, je n’ai pas regardé si le sujet avait déjà été traité 🙁
    Je l’avoue, je ne regarde même jamais si ce n’est pas une redite quand une idée me vient… Je ferai plus attention, histoire de ne pas vous proposer des articles sur les antipapes, la mort de Félix Faure ou La Défense ;o)

  • Ca m’étonne que l’on puisse utiliser sur la plage des volants « tout plastique », pour avoir essayé d’en utiliser en extérieur il y a quelque temps, je me souviens avoir vite renoncé, ils sont beaucoup trop légers et dévient énormément à la moindre brise, et la plage me semble un endroit plus propice au cerf-volent qu’au badminton.
    Sinon, excellent article, comme d’hab sur ce site.

  • Merci pour cette article, car je pensais bêtement que l’origine de ce jeu était chinoise.
    Avec les plumes d’ailes droites, on doit pouvoir faire de beaux édredons!::)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.