Le mot du mercredi : Caudalie

vigneEn accord avec moi-même (et aussi avec ma propre personne), j’ai décidé d’inaugurer une nouvelle rubrique à laquelle je vous invite aussi à participer : Le mot du mercredi.  J’essaierai, autant que possible, de vous proposer  tous les mercredis (mais c’est pas gagné) un mot de la langue française (au moins pendant la période estivale, après, cela risque d’être plus épars…). Un mot très peu usité, oublié, voire en voie d’extinction. Une sorte de sauvetage, un retour à la surface, une renaissance.

J’entame donc avec le terme caudalie. On note tout de suite l’analogie avec la queue (non, pas celle des caisses au Leclerc), l’appendice caudal. Le bout. La fin. Ce qui reste quoi. La queue latine (non, pas celle de Rocco qui s’raidit), cauda donc donnera en italien moderne la coda, célèbre signe connu des musiciens qui indique qu’il faut se rendre à la fin de la partition. La queue du morceau en somme.

Imaginez-vous quand même que on ne trouve pas (ou plus) ce terme dans certains dictionnaires, alors que lorsqu’on sait ce qu’il véhicule, c’est bien dommage. Car oui mes ami(e)s, dire que la caudalie représente la France est juste un euphémisme ! Car nous touchons là au domaine du vin.

La caudalie n’est ni plus ni moins que la persistance en bouche du breuvage exprimée en secondes. Ces secondes où les papilles sont secouées, le palais flatté et la langue caressée par les aromes et les tannins (après avoir avalé ou recraché). Un vin issu d’une bouteille en plastoc ne révèlera pas de caudalie. Un vin honnête exprime en moyenne entre 3 et 9 caudalies. Mais certains vins très expressifs peuvent compter jusqu’à 25 caudalies (surtout chez les sauternes). Cette perception n’est bien sûr qu’une tendance, car elle peut être relativement différente d’un individu à l’autre.

Caudalie, caudalie oh ! Caudalie, caudalie ah ! Mais qu’est-ce tu bois doudou dis-donc ?


A propos de l'auteur

Avatar
Billx

Homme de poids s'il en est, le Billx est un curieux insatiable qui tend à partager le savoir qu'il glane au quotidien. Facile à apprivoiser (un verre de Saumur-Champigny suffit), le Billx n'hésite pas à se servir de l'humour comme d'une arme de vulgarisation massive. Doux la plupart du temps, il accepte sans problème les critiques pourvu qu'elles soient constructives.

12 commentaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007. Tous les articles et les contenus sont sous licence Creative Commons 2.0 , ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.