Le mot du mercredi : Vernissage

vernissageVous avez bien lu, il n’y a pas de piège, le mot du mercredi est bien vernissage. Je ne vous ferai pas l’affront de vous en donner la définition. Mais ici nous ne discuterons pas  des volets de mémé Josette qui, bouffés par le gel et la pluie (les volets hein, pas mémé. Quoique), ont bien besoin d’une cure de rajeunissement (les volets hein, pas mémé. Quoique). Et nous disserterons  encore moins des ongles des pieds de votre copine qui, en ces beaux jours revenus, recommencent à arborer des peintures dignes de certaines oeuvres exposées à la  FIAC, genre t’y comprends rien mais tu dis quand même que c’est beau, parce que c’est ta copine et que ces derniers temps t’es assez tendu du slip.

Ce mot du mercredi sera juste prétexte à vous expliquer l’utilisation systématique du terme dès lors que l’on parle d’une exposition de peinture (mais plus largement d’arts divers de nos jours).

Le XIXe siècle (et le début du XXe) a fait incontestablement de Paris la vitrine internationale de l’art et notamment de la peinture. Avant d’exposer ses oeuvres à tout le public, il était de mise pour l’artiste d’organiser une avant-première où seuls les gens dits importants (les pleins de fric de tous bords, les collectionneurs, les critiques, la presse…) avaient accès. Il fallait donc faire très bonne impression. Vernir un tableau, c’est le protéger de l’épreuve du temps, mais pas seulement. Et c’est lors de cette avant-première que les artistes de l’époque vernissaient leurs tableaux. Mais pourquoi pas quelques jours avant ? Parce que le vernis, s’il protège, peut aussi jouer des tours. La peinture à l’huile peut parfois avoir des réactions assez inattendues avec le vernis. Inattendues, mais pas immédiates. Un jaunissement général peut apparaitre, une couleur peut prendre une autre teinte mais seulement dans les semaines qui suivront l’application du vernis. Ainsi en vernissant leurs oeuvres lors de ce premier jour d’exposition, les peintres évitaient de proposer un tableau dénaturé. De plus, cette couche fraîche de vernis venait vivifier la peinture, un atout supplémentaire pour espérer une vente.

Alors même si aujourd’hui les oeuvres sont vernies bien avant, cette journée particulière a donc conservé l’appellation de vernissage bien que de nos jours, on devrait plus l’intituler  marathon du petit four décongelé et du mauvais champagne… où, au final, les peintures les plus originales sont à contempler dans les cuvettes des toilettes de la salle d’expo en fin de journée…

 

A propos de l'auteur

Billx

Homme de poids s'il en est, le Billx est un curieux insatiable qui tend à partager le savoir qu'il glane au quotidien. Facile à apprivoiser (un verre de Saumur-Champigny suffit), le Billx n'hésite pas à se servir de l'humour comme d'une arme de vulgarisation massive. Doux la plupart du temps, il accepte sans problème les critiques pourvu qu'elles soient constructives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.