Le mot du mercredi : Orviétan

orviétanPour changer, encore un vieux mot aujourd’hui. Un mot magique puisqu’il vous viendra en aide pour presque toutes les situations scabreuses. Vous avez ingéré des champignons impropres à la consommation, ou avez été mordu par une vipère (je parle du reptile, pas de votre conjointe) durant la balade forestière durant laquelle vous avez ramassé les fameux champignons (sans déconner, vous cumulez) ou encore vous avez contracté une vilaine infection en faisant un câlin vite fait et sans protection à l’infirmière qui s’occupe de vous suite à ces mésaventures ? Un seul remède : l’orviétan.

Car oui, l’orviétan, emblème du charlatanisme ambiant de l’époque, est bien un (ancien) remède dont l’usage était populaire de la fin du XVIe siècle jusqu’au XIXe siècle. D’origine italienne, et plus précisément de la ville d’Orvieto, cette potion miracle créee par un dénommé Lupi se vend sur les places publiques. Dès le début du XVIIe siècle, Girolamo Ferrante la vendra à Paris.

Ce remède « secret » (avant tout un dérivé de la thériaque, voir ci-dessous) se composait de dizaines de substances plus improbables les unes que les autres , 186 relevées au total reparties sur 35 formules différentes.

L’orviétan a donc plusieurs synonymes : L’antidote, capable d’annihiler les effets toxiques d’une substance. La thériaque, médicament universel apparu à l’Antiquité (gingembre, opium, benjouin, terre, menthe, sulfate de fer…). La panacée, remède contre tout (plantes et ginseng). Le diascordium, une thériaque simplifiée. Le bézoard, concrétion pathologique pierreuse de l’estomac de certains animaux (dont l’Homme) censée protéger des divers venins. Et aussi le mithridate expliqué ici.

Pour terminer, je vous renvoie au collège, au cours duquel vous n’avez pu passer entre les mailles des écrits de Molière. Dans L’Amour Médecin, Acte II, scène 7, ce dernier écrivit :

Mon remède guérit, par sa rare excellence,

Plus de maux qu’on n’en peut nombrer dans tout un an :

La gale,

La rogne,

La teigne,

La fièvre,

La peste,

La goutte,

Vérole,

Descente,

Rougeole,

Ô grande puissance

De l’orviétan !

 

Sinon, un bon grog fait sans doute bien plus de miracles !

A propos de l'auteur

Billx

Homme de poids s'il en est, le Billx est un curieux insatiable qui tend à partager le savoir qu'il glane au quotidien. Facile à apprivoiser (un verre de Saumur-Champigny suffit), le Billx n'hésite pas à se servir de l'humour comme d'une arme de vulgarisation massive. Doux la plupart du temps, il accepte sans problème les critiques pourvu qu'elles soient constructives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.