Mouche tsé-tsé

Ou tsétsé. Comme le moustique femelle, cet insecte se nourrit presque exclusivement de sang. Cette mouche (Genre Glossina) colonise 24 pays africains et  « pique » sans distinction animaux et  hommes (Mais nous ne sommes que des animaux à sang chaud, ne l’oublions pas). Aujourd’hui, des traitements font que l’on n’en meurt pas forcément  (un peu quand même), mais des effets secondaires divers et perdurants sont toujours d’actualité.

Lorsque cet insecte pique il transmet divers parasites du sang (protozoaires).  Avec des conséquences inattendues. Et c’est bien là l’intention de ce court article.

Je me suis aperçu, à nombre de reprises, que lorsque que l’on parlait dans mon entourage de la « Maladie du sommeil », la plupart des gens présents résumaient  la conséquence d’une piqure du vilain diptère à un sommeil prolongé ayant la mort pour issue. Et bien, c’est (presque) tout le contraire !

Les parasites transmis font que la victime ne dort plus. Cette dernière, assaillit de fièvre, crampes, troubles nerveux, apathie, dépression se voit rapidement prise d’un trouble  du  nycthémère qui, sans traitement approprié, se verra dans l’incapacité de trouver le sommeil pendant une longue période et sombrera par épuisement dans un coma irréversible.

C’est donc le fait de ne pas dormir qui provoque la mort.

Après cet article pas très joyeux dont je ne suis pas coutumier, j’ose à peine vous souhaiter bonne nuit.

A propos de l'auteur

Billx

Homme de poids s'il en est, le Billx est un curieux insatiable qui tend à partager le savoir qu'il glane au quotidien. Facile à apprivoiser (un verre de Saumur-Champigny suffit), le Billx n'hésite pas à se servir de l'humour comme d'une arme de vulgarisation massive. Doux la plupart du temps, il accepte sans problème les critiques pourvu qu'elles soient constructives.

14 commentaires

Laisser un commentaire
  • La femelle du moustique ne se nourrie pas que de sang.
    Le sang est pour elle une source de protéines nécessaires à la maturation des œufs. La plus part du temps, elle a le même régime alimentaire que le mâle.

  • Nycthémère ? C’est presque une insulte.
    Ok, je sors…

    Intéressant en tout cas. Je pensais effectivement que l’on dormait comme une masse après s’être fait piqué.

  • Il est bon de rappeler effectivement ce que n’est pas la maladie du sommeil !

    Et du coup, c’est une mouche dotée du même genre d’aiguille que le moustique ?
    On dit que le moustique injecte un produit en même temps qu’il aspire un peu de notre sang (dans je ne sais plus quel but ; réduire la coagulation ? Réduire la démangeaison pendant qu’il aspire ?). La mouche en fait-elle de même ?

    Note: « Cette mouche (Genre Glossina) colonise 24 pays africains et piquent sans distinction » ==> pique

  • @eusebe: la salive de la mouche tsètsè et du moustique contienne un puissant anticoagulant pour éviter notamment que le sang ne forme un caillot dans la trompe. Ils l’injectent dans le « repas » avant d’aspirer le mélange.
    En réaction à la piqure de moustique, on libère un grande quantité d’Histamine qui est responsable de la démangeaison.
    @killruana: Contrairement au moustique, la mouche tsètsè se nourrit de sang, ce n’est pas réservé à la maturation de œufs.

    La grosse difficulté pour traiter la maladie et de savoir l’identifier. Les symptôme sont très variable au début. Après un peu de fièvre, il s’agit souvent d’un simple changement de comportement: agressivité, paresse ou mauvaise humeur.

  • La « maladie du sommeil » s’appelle en réalité la « tripanosomiase humaine » et, un des traitements utilisés pour soigner un patient atteint est le mélarsoprol, qui est utilisé dans un épisode de Dr House (me semblait bien qu’il l’avait traité dans un épisode cette maladie).

    Aprés moult recherches, il apparait que le mélarsoprol est un mélange d’arsenic (oui, oui, le poison) et d’antigel. On a vu moins aggressif comme traitement…

  • @ Ryusei : Euh… Il suffit que tu cliques sur « Participez » en haut de page et le reste se fait tout seul (en fait je ne sais pas si tu veux écrire des articles ou autre)

  • @Billx > j’avais suspendu les inscriptions pour cause de spam

    @ryusei > tu peux te réinscrire si tu veux poster des articles mais fais le vite car si les spammeurs reviennent, je fermerai à nouveau

  • A cause du danger que représente sa piqûre, la mouche tsétsé a préservé la savane d’un envahissement par l’homme et a en cela préservé les animaux. S’il reste un peu de mégafaune en Afrique c’est peut-être grâce à cette mouche que tout le monde rêve d’éradiquer. Ecologiquement parlant cette mouche est sans doute au contraire une bénédiction. Rappelons-nous qu’il n’y a pas en soi d’espèces utiles ou d’espèce nuisible, chacune trouve sa place dans la nature. Aujourd’hui l’une des espèces s’impose au détriment de toutes les autres, et cette espèce ce n’est pas la mouche tsétsé.

  • @didier: c’est un joli discour mais il en faut bien plus pour dissuader l’homme dans son expansion.
    Le seul facteur bloquant c’est l’incapacité de trouver eau et nourriture. Les zones de présence de la mouche tsétsé sont riches en eau, en nourriture et en homme.
    L’impact est nul sur la préservation des espèces de la mégafaune (qui pour certaines attrapent aussi la maladie). Par ailleurs je ne suis pas sûr que les populations concernés voit du meilleur œil ton histoire de bénédiction.
    Dans le même genre je pourrais sortir « c’est bien, ça limite un peu les problème de surpopulation dans certaines région »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.