Sortez couverts

Dans le monde entier, la saint-Sylvestre 2010 a été fêtée comme il se doit, plutôt entre amis et une coupe de champagne à la main.

A Beebe, Arkansas, Etats-Unis d’Amérique, cette nuit a pourtant plus tenu du film d’épouvante que de la traditionnelle fête de fin d’année : près de 5000 oiseaux sont tombés sur la ville, raides morts pour la grande majorité. Ces  volatiles, des carouges à épaulettes, une espèce de passereau, ont tous été retrouvés dans un rayon d’un kilomètre autour de la ville.

Vous aurez peut-être entendu parler de cette histoire aux infos, et des multiples débuts d’explications du phénomène : arrêts cardiaques dus aux feux d’artifice, éclair ou grêle en haute altitude, prémices de fin du monde, extra-terrestres, failles spatio-temporelles, etc.

Je laisse chacun se faire une idée sur la question, mais ça m’a rappelé une idée d’article que j’avais eue il y a un plus d’un an (lors de la sortie de 2012, un film catastroph(iqu)e s’il en est), et j’ai refait quelques recherches sur le net.

.

Les pluies d’animaux sont en fait relativement fréquentes et plusieurs exemples avérés au cours de l’histoire ont laissé perplexes les plus sceptiques des scientifiques. Il existe de nombreux documents relatant des pluies d’animaux ou d’objets durant l’Antiquité et au Moyen-âge, sans même parler de la Bible (qui évoque une pluie de grenouilles comme l’une des plaies d’Égypte ou une pluie de cailles tombant du ciel qui s’abat dans le désert sur les Hébreux pour les sauver de la faim) : pluies de poissons, pluies de souris, pluies de grenouilles, d’alligators, de crabes, de bigorneaux, etc.

Plus récemment également, de nombreux témoignages évoquent des pluies de serpents, de canards, de têtards, de chauves-souris, etc., mais également de noisettes, d’haricots africains (sur le Brésil !), de glace, de pierres, de magmas de chair et de sang…

Ces phénomènes, que l’on classe dans la catégorie « météorologiques » et non pas « surnaturels », c’est déjà ça, sont donc attestés. On ne sait cependant pas les expliquer de manière satisfaisante, même si certains des exemples ci-dessus ont parfois trouvé une explication rationnelle et plausible : ainsi, dans le cas d’une pluie de poissons-chat sur  Singapour en 1861, le naturaliste français Francis de Laporte de Castelnau expliqua que l’averse eut lieu pendant une migration de ces poissons, et que ces animaux étaient capables de ramper sur terre afin d’aller d’un point d’eau à un autre. La chute des poissons à proprement parler n’ayant pas été constatée ou en tous cas n’ayant pas été rapportée, la présence de poissons au sol pourrait être une coïncidence entre la tempête et la migration de ces poissons « rampants ».

De même, les pluies de chairs et sang peuvent peut-être s’expliquer facilement : si l’on accepte le postulat de départ selon lequel des animaux peuvent se retrouver arrachés au sol ou à la mer par des tornades (et il faut bien l’accepter, sauf si vous préférez celui de la génération spontanée…), on peut imaginer que ces animaux soient broyés par ces forces dans les airs, et qu’ils retombent ainsi au sol sous forme de bouillie sanglante (bon appétit !).

Au 19ème siècle, les spécialistes expliquèrent également que la couleur rouge de ces pluies de sang, très impressionnantes, serait due à la terre, à des poussières de minéraux ou d’autres matières balayées par les vents, ou encore à des papillons qui répandaient des gouttes d’un suc rouge. Des pluies de sang tombèrent ainsi à Lisbonne en 1551 et à Freiberg (Allemagne), trois ans plus tard. A celle-ci s’ajouta également une pluie de chair humaine, qui s’expliqua finalement par une chute de pierres volcaniques ressemblant à de la chair desséchée.

.

En revanche, personne ne peut expliquer comment il se fait que lors de la survenance de ces phénomènes, une seule espèce animale soit généralement concernée. A Beebe, par exemple, on a retrouvé près de 5000 carouges à épaulettes, exclusivement (de même que l’on ne découvrit que des sardines en Australie en 1989, des têtards japonais en 2009, etc.). Une explication de cette exclusivité a été avancée selon laquelle ces animaux seraient surpris dans leurs migrations : cette théorie n’explique cependant pas comment ces animaux se retrouvent alors aussi concentrés lors de la chute (5000 oiseaux dans un rayon d’un kilomètre autour d’une ville de 6000 habitants !).

En conclusion, même si le fait de courir sous la pluie n’est pas forcément avantageux, cela permet assurément de passer moins de temps dehors et donc de minimiser les risques de se prendre un serpent ou un oiseau, mixé ou pas, sur le coin de la tête (en l’air).

.

Cet article a également été publié sur Memesprit.fr.

.

A propos de l'auteur

Jika

Je me pose souvent des questions sur tout et n'importe quoi, et c'est d'ailleurs comme ça que j'ai débarqué sur ce site, auquel je participe depuis quelques mois. J'espère vous intéresser en découvrant avec vous les petites histoires qui ont fait l'Histoire, mon péché mignon, ou tout autre sujet qui me parait mériter un article :)
Et si vous êtes réellement fan, je co-gère un autre blog, http://memesprit.fr (ouvert à tous, d'ailleurs !).

5 commentaires

Laisser un commentaire
  • Bon article 🙂
    Ça doit être franchement bizarre de voir tomber des centaines de bêtes comme ça… y’a-t-il eu des témoins ?
    Au moins ils auront de quoi manger les 6000 habitants héhé…

  • La plaie d’Egypte c’était pas des sauterelles ? autrement plus vorace que les grenouilles.

    Et j’ai lu une autre explication pour les carouges à épaulettes, si il n’y a presque que ça comme oiseau, c’est car ils ont une très mauvaise vision nocturne, ils auraient pris peur lors des feux d’artifices et se seraient cognés contre des maisons,…

    @emilien : pour les carouges, il y a des videos sur internet pour admirer ce triste constat : http://www.youtube.com/watch?v=Y1ZrUYZgaHQ&feature=player_embedded

  • @ Emilien : moi, je ne m’amuserai pas à manger un animal mort dans de si bizarres conditions 0_°

    D’autant plus, et je n’en ai pas parlé pour ne pas embrouiller le lecteur (et parce que ce n’était pas le sujet), mais à une centaine de kilomètres de Beebe, on a également trouvé (la veille crois) près de 100.000 poissons morts dans un lac, d’où une hypothèse de maladie…
    Je ne peux pas ouvrir le lien vers la vidéo proposée par Pierre, mais je ne pense pas que les habitants de Beebe aient été tentés par un barbecue géant : aux infos, il apparaissaient plutôt flippés de voir des gars en tenue blanche et masque à gaz ramasser des cadavres (d’oiseaux, certes) dans leurs jardins…

    @ Pierre : je croyais moi aussi que c’était une pluie de sauterelles, mais j’ai lu ici et là qu’il était également fait mention de pluies de grenouilles.
    En même temps, la science-fiction…

  • Ah oui en effet, les grenouilles, il y a eu les deux.
    sinon, ça continue : pluie d’oiseaux morts en Suède, des Choucas.

  • Les probabilités penchent pour des tornades en mer pour les poissons, qui auraient transporté des masses d’eau (pluies) et de poissons (en surface lors du phénomène) sur le continent.
    Peut-être qu’il s’agit de la même chose pour les oiseaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.