Le bleuet et coquelicot du souvenir

le coquelicot fleur du souvenir Le 11 novembre 2018, nous commémorerons le centenaire de l’armistice de la Première guerre mondiale. A cette occasion, portons un coquelicot ou un bleuet au revers de notre veste.

Pourquoi le coquelicot ?

Dans le Commonwealth, cette fleur (qui est aussi ma préférée) est associée aux soldats morts sur le front. Plusieurs faits expliquent ce choix.

  • Le coquelicot poussait dans toutes les zones où se déroulèrent les principales batailles de ce conflit sanglant.
  • Les soldats britanniques étaient traditionnellement vêtus de rouge.
  • Un poème du lieutenant John McCrae intitulé «  Au champs d’honneur » (In Flanders fields) lu lors de l’enterrement d’un de ses amis mort à Ypres débute par «  In Flanders fields the poppies blow ».

Après avoir lu ce poème l’Américaine Moina Michael s’est jurée de toujours arborer un coquelicot pour commémorer les soldats morts au champ de bataille de la Première guerre mondiale.

Ecoutez, cet émouvant poème lu par Léonard Cohen. Frissons et émotion garantis.

Depuis tous les ans, à partir d’octobre, dans tous les pays du Commonwealth, des coquelicots en papier, sont vendus aux passants en échange d’un don.  Les pare-chocs des voitures en sont aussi agrémentés.


En France c’est une autre fleur, le bleuet qui a été choisi pour symboliser le souvenir des Poilus morts au combat.

Pourquoi le bleuet ?

Symbolisant la délicatesse et la timidité, dans le langage des fleurs, le bleuet était aussi le nom donné aux soldats de la Classe 17, c’est-à-dire ceux nés en 1897 et portant un uniforme bleu.  Tout comme les coquelicots, les bleuets s’épanouissaient malgré la boue et le sang coulant des tranchées. Utilisés dans la propagande pendant le conflit, la fleur bleue fut reconnue officiellement en 1935 et arboré par les gueules cassées.

En Belgique c’est la marguerite qui a été élue fleur du souvenir.

Et vous, quelle fleur allez-vous porter en ce 11 novembre 2018, à l’occasion du centenaire de l’armistice de la Première guerre mondiale ? Poppy ou bleuet ?

A propos de l'auteur

Axelle Rousse_Redacxelle
Axelle Rousse_Redacxelle

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007. Tous les articles et les contenus sont sous licence Creative Commons 2.0 , ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.