Un épisode cévenol

Ce n’est pas le nom  de la prochaine série estivale télévisée de France 2 ! Mais l’épisode cévenol est une perturbation climatique qui a légèrement plombé mes vacances dans le Sud !

Premier épisode de mon histoire (pas encore cévenole) !

Munie de mon titre de transport,  en règle, j’étais décidé de partir à Narbonne pour y passer quelques jours. J’allais pouvoir y  découvrir le riche patrimoine de cette ville surnommée, la fille aînée de Rome hors d’Italie.  Autant dire qu’avec une réputation pareille, les découvertes architecturales et culturelles allaient m’apporter un peu de soleil dans la grisaille ambiante de ma Champagne.

Suite de mon feuilleton automnal et provençal

Assise dans mon train à destination de la grande sœur de Rome, je rêvais déjà aux cigales, au soleil et farniente qui n’étaient plus qu’à quelques heures de rails.  Mais c’était sans compter sur les épisodes cévenols dont je n’avais jusque là jamais entendu parler, comme la plupart des gens du Grand Est ! Arrivée à Montpellier, impossible de continuer plus loin par le train. Et pourquoi ? A cause d’un épisode cévenol ! A coup sûr j’aurais préféré être devant une série fleuve ou un soap opéra télévisée que stoppée ici à cause des frasques climatiques et des flaques provençales !

Ciel provençal lors d’un épisode cévenol

Qu’est-ce qu’un épisode cévenol ?

Appelé aussi orage cévenol, ou pluies cévenoles, l’épisode cévenol est une sorte de précipitation  qui se rencontre, comme son nom l’indique dans les Cévennes et le piémont cévenol. Il se produit exclusivement en automne lorsque la Méditerranée  est suffisamment chaude pour s’évaporer. Souvent violents ces perturbations entraînent avec elles des inondations importantes et des orages impressionnants.

Quand il s’annonce, l’épisode cévenol est caractérisé par l’arrivée de gros nuages provenant du golfe du Lion. Accompagnés de vents de sud à sud-est très humides,  les masses nuageuses provoquent des pluies sur les massifs montagneux qui se gonflent et s’étalent  jusqu’en plaine.


De l’eau, de l’eau et encore de l’eau

Moi dont les papilles espéraient profiter un peu aussi d’oenotourisme, je n’étais pas prête de goûter à la Carthagène narbonnaise ! Car ce qui pissait à seau en quelques jours, ce n’était pas moins de  200 et 400 mm de flotte torrentielle !

Suite et fin de mon épisode cévenol

Il m’a fallu prendre le taxi pour rejoindre mon lieu de villégiature. C’est depuis la chambre que vous écris, au lieu d’être bercer par les cigales, ce sont les gouttes de pluie qui font mon quotidien !

Crédit photo : Dorothée Taverne

A propos de l'auteur

Axelle Rousse_Redacxelle
Axelle Rousse_Redacxelle

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007. Tous les articles et les contenus sont sous licence Creative Commons 2.0 , ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.