Dans l’intimité d’une plante carnivore

Le népenthès est une plante carnivore assez célèbre, presque aussi célèbre que la dionée. Ses feuilles en forme d’urne recueillent et stockent l’eau. La plante attire ses proies en utilisant des couleurs vives, une fragrance spécifique et un nectar unique. Sans méfiance, les insectes rampent tout au bord de l’urne, glissent inévitablement et tombent dans le puits empli d’eau. S’ils parviennent à nager et essayent de grimper, les parois de l’urne, glissantes ou couvertes de poils pointant vers le bas, les empêchent de s’échapper. Les insectes se noient et finissent par se dissoudre avec les enzymes digestives sécrétées par les cellules végétales.

Plusieurs variétés de népenthès poussent en Amérique, Indonésie, Chine du Sud et nord de l’Australie. Son nom, choisi par Carl Linnaeus en 1737, vient de L’Odyssée d’Homère, et fait référence à la potion magique que donne Pâris à Helen, pour lui faire oublier tous ses chagrins. « Ne » signifie « non » et « penthe » « chagrin ». Voilà comment Carl Linné explique le choix de ce nom :

« Si ce n’est pas le Nepenthe d’Hélène, ça le sera pour tous les botanistes. Quel botaniste ne serait pas rempli d’admiration si, après un long voyage, Il devait trouver cette merveilleuse plante ? »

Ce népenthès n’a nul besoin de la pluie pour remplir ses pièges. Il produit un fluide épais qui rend toutes tentatives d’évasion impossibles pour les victimes malchanceuses qui tombent dans son urne. Même les petits lézards et certains mammifères peuvent s’y noyer. Quelques espèces ont pourtant réussi à déjouer ses pièges tout en lui dérobant une partie de sa nourriture. Certaines  fourmis aiment nicher à l’intérieur des vrilles creuses de la plante. Capables de nager dans le fluide, elles travaillent en équipe pendant des heures pour extraire du piège une proie morte. Oui, les fourmis sont carnivores ! Pour la plante, cette « cohabitation » est très bénéfique car les fourmis nettoient le lieu après leur passage. Les népenthès habités par les fourmis survivent plus longtemps que ceux qui n’ont pas la chance d’en abriter.

Dans certaines parties du monde, le népenthès est surnommé « coupe des singes ».  Les singes boivent directement dans ces tasses. Fourmis ? Miam, miam !


Crédits photos :

Par Gossipguy — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=18987819

Par ma_suska — ma_suska, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2045860

 

A propos de l'auteur

Axelle Rousse_Redacxelle

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007. Tous les articles et les contenus sont sous licence Creative Commons 2.0 , ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.