On monte le son !

geyserBien je ne sois pas féru de football (mais je n’empêche pas les autres d’aimer ça, moi mon plaisir est ailleurs bien que je ne batifole pas avec un couturier), je ne pouvais vous laisser dans l’expectative quant au mystère patronymique qui caractérise la surprenante équipe islandaise de cet Euro 2016.

Halldorsson, Gunnarsson, Arnason, Skulason, Bjarnason… Tu m’étonnes que les équipes adverses soient « sonnées » par ces joueurs. Après ce tutoiement sauvage, voyons pourquoi ces noms ont tous la même terminaison.

On ne peut même pas les qualifier de noms de famille au sens propre du terme tant ils répondent à une mécanique bien particulière. La terminaison en « son » est juste un reflet de l’hérédité puisque « son » signifie fils (comme en anglais) ou plus précisément fils de. Ainsi, pour illustrer ce phénomène, les Bjarnason et Skulason cités juste au dessus, veulent juste signifier « le fils de Bjarna » et le « fils de Skula » où (je le précise pour les moins réveillés) Bjarna et Skula sont donc les prénoms des géniteurs de ces joueurs de baballe.

Ce système fonctionne aussi avec les filles et là c’est le suffixe « dottir », fille de (pas éloigné du daughter anglais) qui vient s’accoler. Voici un exemple avec la célèbre chanteuse Bjork dont le patronyme complet est Bjork Guomundsdottir soit la fille de Guomund.

C’est la raison pour laquelle le prénom revêt une très grande importance en Islande à tel point que même les annuaires téléphoniques sont référencés selon les prénoms (on y indique d’ailleurs la profession de l’individu à coté de son numéro pour  échapper à un homonyme). C’est aussi par le prénom que tous les islandais s’interpellent qu’il s’agisse du pote d’école comme  du ministre des finances.

C’est encore dans un souci de simplicité que, lors d’un mariage, les deux conjoints conservent chacun leur nom.

Et ça ne rigole pas lorsqu’il s’agit de nommer un nouveau né. Les parents se voient obligés de choisir un prénom dans une liste établie de 1700 prénoms pour les garçons et 1850 pour les filles. Même si depuis quelques années, on tolère des prénoms plus exotiques comme Elvis par exemple.

Ce système de patronyme fut longtemps commun à toute la Scandinavie, mais depuis 1925, l’Islande est la dernière à le conserver.

Et on ne rajoute rien au volcan Eyjafjallajökull car c’est déjà assez merdique à prononcer comme ça !

A propos de l'auteur

Billx

Homme de poids s'il en est, le Billx est un curieux insatiable qui tend à partager le savoir qu'il glane au quotidien. Facile à apprivoiser (un verre de Saumur-Champigny suffit), le Billx n'hésite pas à se servir de l'humour comme d'une arme de vulgarisation massive. Doux la plupart du temps, il accepte sans problème les critiques pourvu qu'elles soient constructives.

Un commentaire

Laisser un commentaire
  • D’un autre coté, comme ils sont tous cousins, pourquoi garder les noms de famille. Ce n’est Pas pour rien qu’en Islande il y a une appli pour tester le degré de consanguinité avant de passer aux choses sérieuses.
    (note pour plus tard: c’est MAL de faire des mauvaises insinuations sur un peuple différent du mien)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.