Spokane

Qui n’a jamais rêvé de visiter les Etats-Unis ? Je peux le dire : personne. Même si l’on en a rêvé qu’à l’âge de cinq ans en apprenant que le plus grand Disneyland était à Orlando (Floride). Quand quelqu’un pense aux USA, il pense (d’est en ouest) : New-York city, Miami Beach,  Washington D.C., Niagara Falls, Chicago, Texas, Los Angeles et San Francisco ; certains ignorent même jusqu’à l’existence (par exemple) d’un Dakota du Nord ET d’un Dakota du Sud. Donc je vais vous parler d’un lieu que, selon toutes probabilités, vous ne connaissez pas : Spokane, Washington State.

Naissance de la ville de Spokane

La ville doit son (charmant) nom à une tribu indienne autochtone, les (vous l’aurez deviné) Spokane, les fils du Soleil dans leur propre langue. En 1873, un certain James N. Glover achète pour la modique somme de 1600 $ la région de Spokane Falls à MM. Scranton et Dowing, lesquels avaient déjà construit une scierie et tenté de faire venir des colons de l’Oregon (qui ne s’étaient pas montrés fort enthousiastes).

Lors de la guerre indienne de 1877, les soldats de l’Union, combattant les Nez-Percés construisirent un fort à Cœur-d’Alene (actuellement dans l’Idaho), à environ 33 miles de Spokane, après avoir passé l’hiver en ville.

Un développement rapide

La présence de l’armée permit à l’économie locale de se développer rapidement, notamment en vendant des équipements militaires et des vivres (les terres autour de la ville, irriguées par la Spokane River (C’est songé comme nom…) au sud-ouest, sont très fertiles, il y pousse abondamment du blé de printemps).

En 1881, le chemin de fer arriva à Spokane en occasionnant un bond de la croissance démographique, de 350 habitants en 1880, la ville passa à 19 922 en 1890, soit une croissance de 5 592 % (!).


En 1889, un violent incendie démarra dans le centre-ville et, les maisons en bois et un système anti-incendie défectueux n’aidant pas, se propagea un peu partout, détruisant 27 pâtés de maisons.

Spokane aujourd’hui

La ville compte aujourd’hui environ 208 000 habitants, ce qui en fait la seconde ville de l’état de Washington, après Seattle, l’agglomération de la ville, débordant sur la panhandle de l’Idaho, rassemble au total 600 000.

En 1946, le Geiger Field, terrain d’aviation à double (puis triple) piste aux grandes dimensions à 7 miles de Spokane est cédé à la municipalité afin de devenir un aéroport commercial (bien que servant toujours à l’armée pendant la guerre froide).

En 2015, il devient, avec un trafic annuel d’environ 4 100 000 voyageurs, le 70e aéroport le plus achalandé des Etats-Unis.

Voilà, j’espère vous avoir donné envie, tout comme moi, de visiter Spokane (et potentiellement toute la région, voire le pays, ou le continent, pourquoi pas.).

A propos de l'auteur

Axelle Rousse_Redacxelle
Axelle Rousse_Redacxelle

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007. Tous les articles et les contenus sont sous licence Creative Commons 2.0 , ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.