Qu’est ce qu’une canicule ?

Définition de la canicule

Le mot « canicule » désigne un épisode de températures diurnes et nocturnes élevées sur une période prolongée. Les températures déclenchant le seuil de canicule varient d’un pays à l’autre, voire d’une région à l’autre.

Par exemple, en France, le seuil de canicule est atteint dans le nord si la température ne descend pas en dessous de 18°C la nuit et dépassent 30°C le jour sur une période de 72 heures. Dans le sud, ces valeurs sont de 20°C la nuit et de 35°C en journée.

Qu’est ce qui créé ce phénomène ?

En période estivale, l’anticyclone des Açores fait la pluie et le beau temps sur la France. Lorsqu’il est positionné sur les Açores, le temps est plutôt frais et humide, les nuages et les dépressions sont alors bien présentes sur toute l’Europe. En revanche, si l’anticyclone s’installe au nord ou à l’est de l’Europe, alors les biarrots sont contents, il pleut moins que d’habitude. Le problème c’est que si cet anticyclone restent trop longtemps dans cette position, les vents d’Est et de Sud transportent un air chaud et sec, empêchant ainsi les dépressions venues de l’Atlantique d’entrer sur notre territoire, créant ainsi un « phénomène de blocage ».

Météo-France a diffusé sur son site le phénomène de blocage qui a créé la canicule de 2003. Voir la photo.

Et pourquoi le mot canicule ?

Le mot canicule n’a pas juste été créé pour ravir les fans de contrepèteries, sa forme actuelle remonte au XIVème siècle, dérivé de l’italien canicula. Ce mot signifie « petite chienne », nom donné à l’étoile Sirius, la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Entre la mi-juillet et la mi-aout, Sirius se lève et se couche en même temps que le soleil (lever héliaque). Ce phénomène coïncidait parfaitement avec les crues du Nil dans l’Égypte antique.

Le plan canicule

Depuis 2003, le gouvernement français a mis en place un « plan canicule » comprenant 4 niveaux d’alertes :

  • 1 – Vigilance : activé tous les ans du 1er juin au 1er octobre pour effectuer le suivi des conditions climatiques
  • 2 – Alerte : déclenché par le ministère de la santé afin de prévenir la population et de mettre en place des groupes de travail dans chaque préfecture
  • 3 – Intervention : activé par le ministre de la santé, afin de mobiliser les services de santé, les établissements sensibles (maison de retraite ou foyer pour handicapé) et les associations de bénévoles
  • 4 – Réquisition : si l’ordre public est menacé par la canicule, le premier ministre peut décider la réquisition de moyen civils et militaires (transport, médias nationaux, police, armée) pour gérer la catastrophe
Photo : Suwaif

 

A propos de l'auteur

Bastien

Je suis le créateur de ce site et j'essaie toujours d'écrire des articles sur des sujets qui peuvent toucher le plus grand nombre de lecteurs.

Je n'ai pas de domaine de prédilection, quand je me pose une question sur n'importe quel sujet, j'essaie de trouver la réponse et je la poste ici.

Même si malheureusement je me fais rare sur le site, je veille au grain et je reste à l'écoute de tous les visiteurs et commentateurs donc n'hésitez pas à m'écrire.

15 commentaires

Laisser un commentaire
  • Au Japon, du moins à Tokyo, il se passe tous les étés un phénomène que je n’arrive pas à expliquer. L’été tokyoïte est chaud à en crever, mais le pire est qu’il n’y a pratiquement pas de variation de température entre le jour et la nuit : après votre journée a 35 degrés, vous aurez le droit à 3h du matin a un rafraichissant 33 ou 34…

  • Il me semble que le niveau 3 a été déclenché dans certaines région de France en 2006 mais je ne trouve pas d’infos sur le net.

    Concernant le niveau 4, ça ne me dit rien mais c’est vraiment une situation extrême.

  • @Kae: selon mon épouse, il s’agirait des effets du béton et du bitume, et de l’absence de verdure. Les bâtiments emmagasinent la chaleur bien plus que la nature.
    Si en plus il n’y a pas de vent, ce qui se présente plus en ville qu’en campagne, la chaleur reste.

  • Au-jour’d’hui , c’est peu-être la canicule, sa c’est sûr il faut bien, se tenir au frais,
    de bien prendre soin des personne sensible, de cet forte chaleur, car il faut bien
    sur bien boire.
    Mai c’est canicule, n’ai pas si exptionnel , que ça. Parceque on n’a connu pire que ça si on se souvient bien de l’été super caniculaire, de 2003 de fin mai a mi-septembre 2003, ou que la chaleur, voisiné
    Pratiquement tout le temps 35°c a 40°c et mais parfois 41°C OU 42°C.

  • @Eusebe : J’y avais pensé, mais j’y crois pas trop. Paris n’est pas plus vert que
    Tokyo (et sans doute moins, même). Pourtant je n’ai jamais observé ce phénomène quand j’y habitais. De plus sur Tokyo, j’habitais (j’ai déménagé hier) dans un immeuble encastré dans un parc, et on avait la chance d’avoir pas mal de vent.

  • @Kae: à l’inverse, au Sahara les nuits sont très fraîches, et il n’y a ni verdure (ni constructions humaines) alors qu’à la même latitude ailleurs sur le globe, le phénomène n’est pas observé…
    Aurait-on un spécialiste du climat, des effets de l’urbanisme ou qqn ayant réponse à tout (alphee ? 🙂 ) dans le coin ?

  • Bonjour,

    Vu la taille de la mégalopole de Tokyo, il est clair que l’effet pierre chaude du béton joue pour beaucoup dans cette chaleur nocturne.

    Mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle le Sahara est si froid par exemple la nuit. L’humidité de l’air joue pour beaucoup dans l’effet de serre et « emprisonne » la chaleur au sol. Et Tokyo est une ville maritime balayée par des anti-cyclones tropicaux ou sub-tropicaux, et au contraire le Sahara est très sec.

  • Makes sense! Merci. En effet, Tokyo est bien plus humide que Paris (ou le Sahara). Ce n’est pas seulement dû à la proximité de la mer : les étés partout dans le Japon sont très humides.

  • Désolé Eusebe, j’ai vu ton appel un peu tard 🙂

    Tokyo est victime comme toutes les grandes villes situées prés des montagnes d’un phénomène de couche d’inversion. c’est une couche en altitude où la température croit avec l’altitude. cette couche forme un couvercle qui empêche l’air chaud et la pollution de s’évacuer, en particulier la pollution automobile et celle des Complexes industriels de Keihin et Keiho .
    Le matin cette pollution est transporté par le vent de terre vers la mer où le mélange humidité, pollution et rayonnement solaire forme de grande quantités d’ozone. A partir de midi, le vent de mer viens ramener ça au cœur des terres. L’ozone se mélange à la couche d’inversion pendant la nuit ce qui entraine la formation de polluants secondaires. Elle contribue aussi a faire un effet de serre dans la région.

    Ce phénomène s’observe souvent au mois de juillet car on a généralement des hautes pressions sur tout le japon et un très faible gradient de pression. Cela fait que l’air du vent de mer est pratiquement le même que l’air du vent de terre.
    Quand la bulle crève on a droit à une pluie diluvienne de quelques instants avant que la bulle se referme ou à orage feu de dieu si ça craque vraiment.

  • 🙂
    Ce fut un plaisir.
    C’est surtout une histoire de bonne intuition. Après c’est surtout un travail documentaire.
    Dans cas présent, vérifier ses connaissance sur le phénomène d’inversion. Vérifier qu’il est bien présent à Tokyo. Trouver un étude du phénomène. La comprendre 😉 La confronter à d’autre sources.
    Internet favorise grandement les recherches même si on passe du temps à vérifier les infos. Par ailleurs les bibliothèques d’article scientifiques sont beaucoup plus ouvertes qu’il y a quelques années.
    La base reste quand même d’être intéressé par le sujet 🙂

  • Kae c’est sur et à Paris c’est une chaleur sèche , ya pas d’humidité forte dans l’air en temps de canicule c’est très supportable ont suffoque pas ya juste la pollution mais sa ont ne fait pas trop attention , les gens qui dise que la chaleur à Paris est insupportable n’ont probablement jamais vécu une grosse canicule à Tokyo ou New York (celle du 21-22 juillet 2011 était terrible) , ont est loin de l’humidité extrême du Japon ou des Etats-Unis.

    • C’est totalement insupportable la chaleur à PARIS en l’absence de vent ou pire avec un vent chaud et sec en provenance du Sahara.
      Par contre avec un vent du SUD OUEST cela est su portable alors qu’il s’agit d’un vent humide.

      La chaleur sèche peut devenir humide et finir par tourner à l’orage accompagné de fortes pluies.

      Le centre ville de PARIS me parait bien étouffant en l’absence de vent et par temps très chaud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.