Schlague

vintage-1801814_960_720En lisant un article d’actualité dans un magazine d’information hebdomadaire volontairement « provocateur et iconoclaste », dont je tairai le nom ; un terme a suscité mon interrogation et s’est montré digne de son contenant en agitant et provoquant mes neurones. Le texte agréable en soit, tout public, consensuel et facile à lire, voire même un tantinet vulgarisateur a pris une toute autre tournure dans sa conclusion en utilisant un nom que le commun des mortels (exceptés les vétérans peut-être) ne peut comprendre.

« Oyez Oyez », un peu ce mot sorti de derrière les fagots teutons ! « SCHLAGUE » ; attention, veuillez bien avancer vos lèvres et coincer votre langue derrière vos dents pour le prononcer au mieux, au risque de vous en prendre un coup car il désigne une « châtiment anciennement usité en Allemagne et en Autriche consistant à infliger une punition à coups de baguettes sur le dos du coupable ».  Dans le langage familier, la schlague est devenue une manière brutale de se faire obéir (au doigt et à la baguette !). Par extension, on l’utilise pour désigner une correction brutale, alors qu’au sens figuré « à la schlague » désigne une manière autoritaire et brutale.

Pour le malheur de ceux qui le subissent, sachez que le verbe « schlaguer » se conjugue à tous les temps  et désigne bien sûr une action réalisée par des schlagueurs sur des schlagués pas toujours consentants !

Ne le prenez pas comme une schlague, mais plutôt comme un moyen de vous cultiver encore plus ; je vous offre de conjuguer ensemble (virtuellement et sans baguette bien sûr !), ce verbe au subjonctif présent.

que je  schlaguasse

que tu  schlaguasses

qu’il/elle/on schlaguât

que nous  schlaguassions

que vous  schlaguassiez

qu’ils/elles  schlaguassent

Attention à ne pas confondre ce terme avec son paronyme « Schlinguer » qui aurait d’ailleurs la même étymologie  mais dont l’acceptation actuelle dégage de vilaines odeurs.

A propos de l'auteur

A.Ccélère

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Un commentaire

Laisser un commentaire
  • La schlague était un instrument de torture utilisé par les Nazi. Le détenu était calé sur un chevalet, le torse posé dessus et recevait sur l’arrière des jambes et sur le dos des coups de goumi, de cravache autant que la cruauté du tortionnaire l’inspirait. Vous pouvez en voir un spécimen au camp de concentration de Natzwiller en Alsace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.