Les métiers insolites disparus 1

Pas facile lorsque l’on est adolescent de choisir un métier si l’on n’a pas vraiment de vocation. Et puis, de nos jours, il est  courant de changer plusieurs fois d’emploi pendant sa carrière. Autrefois, c’était plus rare. Lorsque l’on optait pour un métier, il était habituel de ne point en changer durant toute sa carrière. Mais certains métiers d’antan ont disparus et plus aucune conseillère d’orientation ne vous les préconiserait. Pourtant quelle fantaisie nous pourrions sans doute ressentir s’il était encore possible d’exercer certains d’entre eux  !

L’acquajolo : une occupation vitaminée !

Au XIXème siècle, l’aquajolo était un marchand ambulant de boissons fraiches réalisées avec des agrumes.

Le Wattman : quelle énergie !

Rien à voir avec les super-héros Batman ou Spiderman, le wattman était un conducteur de tramway ou de trolleybus. Il est tout à fait probable que ce nom trouve son origine dans le watt, unité de puissance électrique utile au fonctionnement des trams.


Une économie de bout de chandelles : le candelier

Ce métier a complétement disparu avec l’arrivée de l’électricité dans tous les foyers. Il consistait à fabriquer et vendre des chandelles destinées à mettre un peu de lumières dans les chaumières et beaucoup dans les châteaux !

Bataille de chiffonniers !

Le métier du chiffonnier consistait à traverser les villes et villages pour y racheter toutes sortes de matières usagées qui pourraient être revendues à des entreprises capables de les recycler. La cariole du chiffonnier était susceptible contenir aussi bien des vieux tissus que des peaux d’animaux, mais aussi des os, des mégots ou même des boues.

Le scieur de long : scie scie !

Munie d’une scie de grande envergure, il était chargé de débiter des troncs d’arbre dans le sens de la longueur, c’est-à-dire celle du fil.

Bernart de Ventadorn, troubadour médiéval occitan - manuscrit de musique troubadour du XIIIe siècleLe troubadour 

Il s’agit d’un poète, musicien et compositeur de langue d’Oc exerçant au Moyen-âge. Ses chansons et poésies étaient interprétées par des jongleurs ou ménestrels.

Pas paumé le paumier !

Voici encore un métier qui trouve ses origines au Moyen-âge. A la fin du XIIIème siècle, il n’y avait pas moins de 13 paumiers dans la seule ville de Paris. Que faisaient-ils ? Ils fabriquaient des balles les plus rebondissantes possibles pour le sport le plus renommé et couru du royaume : le jeu de paume !

Exercez-vous un métier insolite ou en voie de disparition ? 

A propos de l'auteur

Axelle Rousse_Redacxelle
Axelle Rousse_Redacxelle

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007. Tous les articles et les contenus sont sous licence Creative Commons 2.0 , ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.