Des inconnus au nom célèbre

Voici des mots que nous utilisons presque quotidiennement  sans savoir qu’ils portent la marque de personnes ayant existé dans la vraie vie.

Boycotter

Apparu dans la langue française vers 1880, ce verbe prend son origine d’un capitaine du Norfolk; Charles Cunningham Boycott. De son état, propriétaire foncier, cet intendant fut mis en quarantaine par la Ligue agraire pour faire suite à des problèmes de  gestion lui incombant. L’un des agitateurs de la Ligue recommanda même aux agriculteurs de cesser de travailler la terre jusqu’à ce que les propriétaires acceptent de mette en œuvre un abattement recommandé par la susdite Ligue. Les paysans de M. Boycott refusèrent de l’aider. Pis, ils organisèrent un blocus intransigeant qui suspendit son approvisionnement. Boycott, privé de son courrier, pointé du doigt dans la rue, fut obligé de céder. Deux journaux utilisèrent alors son patronyme pour désigner les tentatives d’intimidation ayant pour objectif de soumettre une nation ou un particulier au boycottage.

Sacripant

Vous en avez sans doute déjà croisés plus d’un ! Mais saviez-vous que ce mot synonyme de chenapan, vaurien, individu capable de réaliser des coups pendables, tire son origine de 2 personnages issus de la littérature italienne. Sacripante dans un poème d’Arioste est une personne comique frisant le ridicule. Chez Bojardo, autre auteur italien Sacripante est carrément cruel.

Gigogne

Tables gigognes, lits gigognes, poupées russes gigognes, ça vous dit quelque chose ? Mais connaissez-vous la Mère Gigogne , à qui on a emprunté le patronyme ? La  mère Gigogne est un personnage du théâtre de marionnettes. Sa particularité était de cacher sous ses jupes, une multitude de fils et de filles turbulents. Le nom Gigogne venait, lui , de la cigogne, un animal symbolisant la fécondité.

Onanisme

Ce mot fait référence à une histoire biblique et plus précisément à Onan, un fils de Juda. Obligé par la tradition à se marier avec sa belle-sœur, lorsqu’elle se retrouve veuve de son aîné, il était aussi censé lui assurer une postérité posthume. Non content que les fils qu’il engendrerait ne lui appartiennent pas, Onan « laissa perdre à terre sa semence ». Cette désobéissance fit tomber sur lui la colère de Dieu, à tel point qu’il fut frappé par la mort.


 

A propos de l'auteur

Axelle Rousse_Redacxelle

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007. Tous les articles et les contenus sont sous licence Creative Commons 2.0 , ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.