Autour de l’écriture égyptienne

L’écriture inventée par les Egyptiens et déchiffrée par Champollion s’appellent « des hiéroglyphes ». Ce mot trouve son origine dans hiéros qui signifie « sacré » et glusphein se traduisant par graver.

Il s’agit de motifs figuratifs ou abstraits qui  recouvrent parfois des murs entiers quand le texte est long. C’est le cas par exemple sur les murs des temples ou des tombeaux.

Lorsque les Egyptiens souhaitaient mentionner le nom d’un dieu ou celui d’un pharaon, ils plaçaient ce nom dans un « cartouche », une sorte de médaillon ovale assez similaire avec une carte d’identité.

Les hiéroglyphes sont l’ensemble des dessins situés sur le mur, tandis que les cartouches encadrent toujours un nom propre. Les cartouches, verticaux ou horizontaux sont intégrés dans un long récit.

Qui peint ou grave les hiéroglyphes ?

Des artistes et des artisans nommés « hiérodules ». Hiérodule provient de hieros, sacré et dulos, esclaves.


On connait trois types d’écriture égyptienne :

  • L’écriture hiéroglyphique, réservée aux  textes religieux,
  • L’écriture hiératique, inventée pour l’écriture usuelle, puis utilisée ensuite dans la religion,
  • L’écriture démotique, qui simplifie les symboles et permet aux scribes d’établir rapidement des contrats et des courriers .

 Comment devient-on scribe ?

L’apprentissage commence vers l’âge de 9 ans et dure environ six ans. Les élèves peu consciencieux et malhabiles sont renvoyés ou punis par des corrections violentes. Le maître est très exigeant et ne cesse de leur rappeler qu’ils doivent persister et faire des efforts, car les autres métiers sont moins agréables que le leur. A la fin de leur apprentissage, les scribes deviennent des « fonctionnaires » de  l’Etat et écrivent sous les ordres du pharaon. Ils jouissent de quelques  privilèges : ils ne paient pas d’impôt,  ne font pas de service militaire et  perçoivent des récompenses très avantageuses.

Quels sont les outils du scribe ?

  • Le calame : le calame est un roseau taillé en pointe. Il s’utilise presque comme un stylo.
  • L’encre : l’encre noire est du charbon écrasé. L’encre rouge s’obtient en réduisant en poudre du  fer rouillé.
  • La palette : une planchette munie de deux trous prévus pour recevoir les flacons d’encre.
  •  Le papyrus : cette plante, comparable à un genre de roseau, pousse sur les bords du Nil. Les tiges écrasées, compressées et séchées donnent des feuilles de papier épais, résistant, de couleur beige clair. De fait, le papier porte le nom de la plante qui le compose : papyrus.

crédits photos :

Par Original téléversé par LessayCatus sur Wikipédia français. — Transféré de fr.wikipedia à Commons., CC BY-SA 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1605371

 

A propos de l'auteur

Axelle Rousse_Redacxelle

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007. Tous les articles et les contenus sont sous licence Creative Commons 2.0 , ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.