Quelques récipients

En cette période estivale nous sommes nombreux à assaillir les terrasses des bars et autres bistrots. Pour prolonger la convivialité nous sommes tentés de commander pour nos boissons des récipients communs. Mais comment les appeler? N’avez vous jamais ri de celui qui appelle ça une cruche? N’avez vous jamais trouvé douteux celui qui vous soutenait que broc prenait un « c »? Tentons ici une clarification pour tarir notre soif de savoir.

Commençons par le plus couramment utilisé, le pichet. Celui-ci contient une anse et un bec verseur. Le mot pichet ne fait pas appel à une contenance définie. Originellement il semble cependant issu d’une unité de mesure marine équivalente à 5l.

Ensuite, son cousin provençal, le bloc. De la même manière celui-ci possède une anse et un bec verseur. Cependant il a une capacité officiellement figée. Pour nommer votre récipient un broc, celui-ci doit faire entre 5 et 10 litres. Pour les tatillons de l’origine des mots je pense que le « C » final est hérité de l’origine provençale du mot, qui selon l’académie française aurait lui même été emprunté au grec prokhoos, « vase ».

Ensuite viennent les récipients plus originaux. La cruche est munie impérativement d’au moins une anse, cependant elle n’a pas de bec verseur. Sa « panse » est arrondie et son col resserré.

Enfin, la carafe est une cousine de la cruche à la différence que celle-ci ne contient pas d’anse. C’est celle-ci que l’on retrouve le plus souvent dans les cantines d’école, en acier ou en plastique qui déclenchent des tonnerres d’applaudissements lorsqu’elles tombent bruyamment au sol.

Je ne prétends pas être exhaustif. Je suis sur que chez vous vous avez des récipients avec tois bec verseurs d’une contenance de 23,65l et que vous mourrez d’envie de nous faire partager leur petit nom. Soyez sur que je me ferais un plaisir de les ajouter à ce billet.

A propos de l'auteur

commandant

11 commentaires

Laisser un commentaire
  • En général, je demande une carafe d’eau au restaurant. J’avais un copain lyonnais qui lui, demandait un « pot d’eau »…

    A toulouse, dans un kebab, j’ai émue une serveuse en lui demandant « une petite cruche de sauce s’il vous plait » car il n’y avait qu’à bac-le-duc (meuse, lorraine), ville où elle est arrivée en france (moi je suis de metz, moselle dep de la lorraine aussi) qu’elle entendait ce mot.

  • Petite rectification amicale : en fait de « Bac le duc » il s’agit de « Bar le duc » (désolé, cette fois pas de « c » provenant du provencal 😀 )

  • J’ai une anecdote (qui nous fait encore rigoler aujourd’hui) à propos de l’appellation des récipients destinés à contenir de la boisson.
    Alors que ma fille faisait un stage dans un restau, la patronne lui demande de porter « un quart de rosé » à un client, je précise que l’apprentie serveuse n’avait que 13 ans à l’époque, bref.
    Donc la voilà qui s’empare d’un… verre et le remplit avec application en tirant la langue… au quart. la patronne l’a arrêtée en rigolant
    Depuis elle sait ce qu’est un quart de vin

  • N’oubliez pas la gargoulette (sans c bien que provençale…) ! Très répandu autour de la Méditerrannée.

    « Vase poreux dans lequel les liquides se rafraîchissent par évaporation. »(Petit Robert)

    « Cruche poreuse qui permet par évaporation de rafraîchir l’eau qu’elle contient. Selon les régions on peut également l’appeler alcarazas. Le bec étroit permet de diriger le jet directement au fond de la gorge, il en est venu l’expression boire à la gargoulette synonyme de boire à la régalade. » (Wikipédia)

  • Je confirme l’anecdote de Flo, je dis bien un pot d’eau ! D’ailleurs qu’est-ce donc parmi les autres contenant ?

  • Tu écris « le bloc » en gras, étonnant que la faute soit passée inaperçue (bon ok y’en a d’autres mais on ne le dit pas ;P) donc il s’agit bien du broc, quand aux récipient à 3 becs j’aimerais bien le connaitre 😛
    Par contre il existe bel et bien un récipient appelé Grolle originaire de Savoie, en bois, orné d’un couvercle sculpté et percé de 2 à 10 trous appelés becs dans lequel on sert un digestif 🙂
    Mais en aucun cas on ne parlera de bloc dans ce domaine, qui lui peut signifier « masse compacte, pesante et solide » comme « assemblage d’éléments homogènes dont les parties sont dépendantes les unes des autres » ou « carnet de feuilles détachables collées les unes aux autres » et « coalition politique » ^^
    Très bon article une fois de plus, un connaisseur pour compléter la liste des récipients ?
    Bonne continuation 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.