Que faire quand on a le hoquet?

Boire un grand verre d'eau reste l'une de meilleures techniques

Se pendre à l’envers, boire un verre d’eau, se pincer l’auriculaire, retenir sa respiration ou encore avaler un sucre trempé dans du vinaigre…

Le hoquet est sans nul doute le domaine le plus riche en solutions traditionnelles, sans pour autant qu’elles garantissent un quelconque résultat.

Mais tout d’abord:

Qu’est ce que le hoquet? Qu’est ce qui le provoque?

Petit rappel de nos lointains cours d’anatomie: Notre système respiratoire utilise notamment trois parties de notre corps: Le diaphragme, les poumons et la glotte.

Lorsque nous inspirons, le diaphragme se contracte et s’abaisse pour permettre aux poumons de se gorger d’air.  A l’inverse lorsque nous expirons, celui ci se relâche et se relève, émettant une pression sur les poumons qui vont cette fois ce vider. Durant ces deux étapes la glotte s’ouvre afin de laisser passer l’air.

Quand nous avons le hoquet, le diaphragme se contracte brusquement sans que la glotte ne s’ouvre.  L’air ne passe donc pas par la trachée, et émet une pression sur les cordes vocales. C’est ce qui produit ce son caractéristique.

Il existe de nombreuses causes à ce dysfonctionnement bénin, comme le fait d’avoir mangé trop vite, en trop grande quantité, après avoir connu un bref et important changement de température ou encore lors d’un stress intense.

Parmis les nombreuses techniques pour le cesser, boire un grand verre d’eau et effectuer la manœuvre de Van Wijlick (Il consiste à bomber la poitrine et rapprocher les omoplates en reculant les épaules le plus en arrière possible, tout en retenant sa respiration)  restent les plus efficaces.

Pour information, si généralement le hoquet est de courte durée et bénin, il existe de rare pathologies menant à un hoquet pouvant durer plusieurs mois voir plusieurs années ! Comme en témoigne le record de Charles Osborne, qui a hoqueté pendant 68 ans.

Et pour finir, le mot hoquet provient directement de l’onomatopée hok représentant le son caractéristique. Cette onomatopée varie en fonction des pays: hic pour hiccup en anglais, schluck pour schluckauf en allemand, ou encore cái pour cái nâc en vietnamien.

Enfin, si les techniques citées plus haut ne fonctionnent pas, vous pouvez toujours essayer de les cumuler. Se pendre à l’envers en bombant la poitrine, tout en buvant un verre d’eau sucré au vinaigre en se pinçant l’auriculaire par exemple 😉

A propos de l'auteur

Colo_

22 commentaires

Laisser un commentaire
  • Pour moi, le truc le plus efficace, c’est le glaçon dans le nombril.
    Quand j’ai découvert cette méthode, il était expliqué que le glaçon remplaçait l’éther, autrefois employé, mais plus commercialisé à l’heure actuelle.

    Une petite explication :
    Le nombril est relié énergétiquement au diaphragme et à son nerf phrénique. L’apport du froid provoque une brusque sidération de cette région qui arrête aussitôt les contractions (la sidération étant la suspension brutale et complète des fonctions d’un ou plusieurs organes).

    Pas très agréable en hiver mais efficace de nombreuses fois 😉

  • Moi je me retiens juste de respirer pendant quelques dizaines de secondes, ça marche à tous les coup, c’est simple, et on a besoin d’aucun matériel :p

  • Je valide la méthode de Taulorck, ça m’a déjà servi plein de fois.

    Pour Olivier, c’est curieux, mais il me semblait aussi qu’on en avait parlé. Peut-être dans les commentaires d’un autre article ?

  • On voit que vous avez effectué de nombreuses recherches pour nous sortir les meilleurs trucs et astuces, ou est-ce seulement un article écrit uniquement pour se positionner sur la recherche « que faire quand on a le … » : l’unique solution infaillible pour faire disparaître cette gène répétitive appelé – h o q u e t – est de manger un carré de sucre imbibé de vinaigre d’alcool.

    • Ce commentaire n’apporte aucun intérêt, je le laisse pour ne pas que vous criiez à la censure. Allez disperser vos conseils en stratégie marketing et positionnement ailleurs M Litzler !

  • C’est assez effrayant de voir des commentaires débiles sur un site basé de bon sens !

    Perso, je ne connaissais pas la manœuvre de Van Wijlick mais je l’essayerais la prochaine fois 😉

  • Jamais je n’appuierai sur mes globes oculaires pour une autre raison que faire apparaitre des petites étoiles.
    Je ne connaissais pas non plus Van Wijlick; je ferais peut-être un essai. Je reste cependant un disciple du verre d’eau à l’envers.

  • euh prochaine fois que j’aurais le hoquet je penserai à toi 🙂 et j’utiliserai cette méthode !

    Merci pour l’article ;-)!

    PS : c’est une (pas un) onomatopée.

  • «La plupart des remèdes contre le hoquet sont faits pour amuser les autres.»
    Bill Watterson – Extrait de la bande dessinée Calvin et Hobbes – Fini de rire !

  • UN DOIGT DANS LE CUL !

    le meilleur Remède au hoquet tenace selon Francis M. Fesmire (du collège de médecine de l’université du Tennessee), repris par Majed Odeh, Harry Bassan et Arie Oliven (du département de médecine interne au centre médical Bnai Zion d’Haïfa) est un massage rectal digital (cette recherche a obtenu le prix parodique Ig Nobel en médecine, en 2006)

    je n’ai pas testé cette méthode moi même car je ne souffre pas de hoquet et je n’ai jamais trouvé de volontaire pour le faire ^^

  • J’avais lu quelque part (mais impossible de me souvenir où) que le hoquet était en effet dû à une irritation du diaphragme, lequel est piloté par des nerfs sur lesquels on n’a strictement aucun contrôle (comme ceux qui font que le coeur bat, par exemple).
    Et donc l’article concluait que, quoi qu’on fasse pour tenter de le stopper, de toute façon on ne pouvait rien changer au hoquet. Et que dans 99% des cas le hoquet se serait terminé au même moment si on n’avait pas tenté de boire vite, lentement, chaud, froid, à l’endroit, à l’envers, en se pinçant le nez ou le doigt ou ce que vous voulez…
    Bref, il suffit d’attendre, puisque dans quasiment tous les cas ça ne dure guère plus de quelques dizaines de secondes. Sauf, évidemment, pour ce pauvre Charles Osborne…

  • alors moi j ai une technique qui consiste a boire un verre d’eau en inclinant la tete vers l’ariere de maniere tres exagere
    j’ai trouver personne qui y résiste mais si vous avez une explication sa m’intéresse
    et j ai fait du test !!!!

  • Pour moi (comme pour nombre d’entre vous je n’en doute pas), il suffit de simplement vouloir l’arrêter.. Enfin, c’est une autre histoire^^
    Bonne continuation 😉

  • Pour ma part, ce qui marche est de boire de l’eau sucrée!
    Malgré ce que dit Tuba magna, Je peux avoir le hoquet pendant des heures, et il n’y a que quand je bois de l’eau sucrée qu’il s’arrête. C’est bizarre que ce soit du hasard à chaque fois.
    Je viens encore de renouveler l’expérience: j’avais le hoquet depuis 1h et dès que j’ai bu de l’eau sucrée, il s’est arrêté. =O

  • Moi je pense tout simplement que pour arrêter le hoquet il faut pouvoir se concentrer totalement sur quelque chose en particulier. Donc pour ceux qui pensent trop le soir avant de s’endormir, faites en sorte sur le moment de penser à un quelconque problème qui vous tracasse! j’ai essayé, ça marche 😉
    d’où la méthode avec « se tenir l’auriculaire » parce qu’on notre attention sur le doigt .. et puis tant que ça n’est pas le nombril 😉

  • Je viens de découvrir la manœuvre de Van Wijlick grâce à votre site, ça a fonctionné pour moi !
    Un hoquet de 1x minutes, ras le bol au bout d’un moment… Merci du coup ! 🙂

  • Voici la seule methode qui marche a tous les coups meme pour le hoquet persistant : etre allonge sur le dos, plier les genoux contre le ventre et les retenir fortement une dizaine de secondes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.