L’homme un animal sociable ?

Dans ces Lettres persanes, Montesquieu affirmait que « L’homme est un animal sociable ». Nous ne ferons pas de philosophie ce jour et ne disserterons pas sur cette affirmation,  mais nous nous pencherons sur la physiognomonie qui tend à prouver que l’observation de l’apparence physique d’un individu (notamment sa ressemblance avec un animal) rend compte de son caractère ou de sa personnalité. 

Qu’est-ce que la physiognomonie ?

La physiognomonie tend à prouver que l’observation de l’apparence physique d’un individu rend compte de son caractère ou de sa personnalité. 

La physiognomonie base sa théorie dans un fait psychologique qui suppose que la physionomie d’un individu influe sur son caractère. Pour donner à ces thèses, une certaine objectivité et tenter de se placer au rang des sciences, la physiognomonie a « mathématisé » son approche en définissant des mesures des angles du visages.

 Exemples de mesures :


  • Saillie du menton
  • Forme de la tête : tête au carré ou ovale ?
  • Imperfections : bosse des maths, yeux globuleux, etc.

Une théorie ancienne

Les notions de relation entre l’apparence d’un individu et son caractère sont historiquement anciennes. On en trouve des traces déjà, dans la poésie grecque antique.  A la période des Song du Nord, en Chine, la physiognomonie chinoise ou lecture du visage (mianxiang) se pratiquait déjà. Les premières indications d’une théorie physiognomique développée apparaissent dans l’Athènes du Ve siècle avant J.-C., avec les travaux de Zopyrus, que l’on disait expert dans cet art. Au quatrième siècle avant J.-C., le philosophe Aristote était apparemment réceptif à cette idée. Il y faisait fréquemment référence, à tel point qu’on lui attribue, le premier traité systématique de physiognomonie à avoir survécu jusqu’à nos jours. Physiognomonica traite dans une première partie, des arguments tirés de la nature ou d’autres races, et se concentre sur le concept de comportement humain. La seconde partie se concentre sur le comportement animal, divisant le règne animal en types mâle et femelle. On en déduit les correspondances entre la forme et le caractère humains.

Reconnaissance scientifique de cette théorie 

Cette théorie a connu de tout temps, de nombreux détracteurs. Le corps médical, des philosophes et des juristes estiment en effet qu’il s’agit d’une pseudoscience dénuée de méthodologie scientifique.

🦄Si seulement je pouvais ressembler à une licorne !

A propos de l'auteur

Axelle Rousse_Redacxelle

Femme fatale aux courbes si parfaites qu’indicibles, je reste au foyer pour éviter les paparazzi et mener une vie tranquille loin des projecteurs. J’en profite pour cultiver mes neurones et m’intéresser à tout et n’importe quoi. Mes madeleines préférées sont la grammaire française, la littérature, la musique savante et la pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007. Tous les articles et les contenus sont sous licence Creative Commons 2.0 , ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.