Je ne mûrirai qu’en présence de mon avocat !

Allez, je le sais, vous aussi vous avez déjà pesté devant un étal jonché d’avocats. Car en voyant les fruits, vous vous dites que vous allez vous faire une bonne petite entrée ce midi, mais qu’en touchant ceux-ci vous vous rendez compte que votre désir d’avocat devra attendre plusieurs jours (c’est plus court lors d’une garde à vue). Les fruits sont durs comme de la pierre. « Mais pourquoi les cueillent-ils pas mûrs ? » vous indignez-vous (oui, s’indigner est très à la mode en ces temps troublés).

L’avocat est issu d’un arbre qui a pour cousins le laurier et le cannelier. Il est originaire d’Amérique du nord et plus précisément du Mexique. D’ailleurs le mot avocat vient d’un mot espagnol, aguacate, mot lui même dérivé d’un mot de la langue nahuatl (parlée par les Aztèques notamment), ahuacalt. Ahuacalt qui, vous ne l’aurez pas deviné, signifie testicule en référence à la forme du fruit. L’avocat sera ramené au XVIIème siècle par les espagnols mais n’entrera véritablement dans la gastronomie française qu’au XIXème siècle.

Mais revenons à nos testicules moutons. Pourquoi trouve-t-on souvent des fruits très durs dans les magasins ? L’avocat est un fruit climactérique particulier. Non seulement il ne peut mûrir que grâce à la présence d’éthylène, mais surtout, il ne commencera à mûrir seulement lorsqu’il aura été détaché de  l’arbre. Les fruits peuvent rester des mois sur l’arbre sans mûrir pour autant. Le fait qu’ils soient durs lors de vos emplettes est plutôt un signe de fraicheur. Cela signifie que les fruits ont vite voyagés et n’ont donc pas subi un trop grand « bain » d’éthylène.

Si vous êtes pressé de déguster votre avocat, vous pouvez accélérer le mûrissement  de celui-ci en le plaçant dans une corbeille garnie de pommes ou de bananes qui produisent beaucoup d’éthylène. A contrario, si vous voulez le conserver un peu plus longtemps, le réfrigérateur sera votre allié.

Cueillir, c’est mûrir un peu…

A propos de l'auteur

Billx

Homme de poids s'il en est, le Billx est un curieux insatiable qui tend à partager le savoir qu'il glane au quotidien. Facile à apprivoiser (un verre de Saumur-Champigny suffit), le Billx n'hésite pas à se servir de l'humour comme d'une arme de vulgarisation massive. Doux la plupart du temps, il accepte sans problème les critiques pourvu qu'elles soient constructives.

12 commentaires

Laisser un commentaire
  • très interessant !
    comme beaucoup je râlais de ne trouver que des avocats durs dans mon supermarché.
    je trouvais ça tellement chiant de me dire que j’allais devoir attendre pour pouvoir manger mon avocat que j’ai finalement renoncé a en acheter.
    grâce a ton article je sais maintenant que c’est plutôt bon signe de ne trouver que des avocats pas encore murent.
    du coup la prochaine fois que j’irais faire mes courses, HOP ! dans mon sac.

    merci billx 🙂

  • Ligne 135, colonne 712 dans le code source pour corriger une faute… à vous de chercher, manque un « S ».
    Revenons-en à nos moutons … ça fait un peu vulgaire… mais j’ai pas à me plaindre, j’adore ADC…
    C’est connu mais c’est quand même intéressant dans les détails. Un petit lien avec un article de Bananes peut-être?

  • Cool l’article, je savais pas. Et merci pour le lien vers mon tout premier article sur CG (même s’il est estampillé Bastien :-p) !
    Juste un truc : le Mexique, c’est en Amérique du Nord, on a tendance à l’oublier. L’Amérique centrale commence au sud du Mexique avec le Guatemala.
    Et je confirme la typo : « lors de vos emplettes eSt plutôt un signe de fraicheur ». 🙂

  • Article très intéressant sur mon fruit préféré. Ce que je remarque quand même c’est que l’avocat très « frais » du supermarché que j’ai laissé murir de manière adéquate est nettement moins bon que celui moins « frais » de mon marché.
    C’est peut-être parce que sur le marché il est rangé avec les fruits alors qu’au supermarché il est avec les légumes.
    Peut-être qu’ils sont cueillit avant que l’avocat n’ai activé sont cycle climatérique car comme les autres fruit climatérique il doit avoir acquis la capacité de produire suffisamment d’éthylène pour son développement.
    Par ailleurs un mauvais contrôle de la température de transport ainsi que de la teneur en CO2 et O2 conduit à un développement des fibres internes et a un éventuel changement de la teinte interne (et du gout)

  • Juste pour vous faire éventuellement découvrir l’avocat autrement : lorsque j’étais enfant, j’en mangeais assez souvent, mais… toujours en dessert. J’ai d’ailleurs toujours tendance à le manger à la fin du repas en tant que fruit, mais c’est pas obligatoire.

    Vous mettez du sucre en poudre, et vous complétez le creux laissé par le noyau avec un mélange jus de citron / eau, moitié / moitié. Vous pouvez, bien sûr, le préparer comme des fraises dans un bol, et là, vous pouvez mettre un peu plus de liquide, c’est encore meilleur. Bonne dégustation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture-generale.fr est un blog collaboratif créé en décembre 2007 par Bastien Bobe. Tous les articles et les contenus sont sous licence Common Criteria 2.0, ce qui veut dire que vous pouvez les utiliser dans un cadre non commercial et que vous avez l'obligation de citer la source (un lien vers la home du site suffira). Visitez aussi la page regroupant d'autres sites intéressants.