Utilisation et écriture des titres de civilité
45 commentaires Publié par Bastien le 6 décembre 2007

On se pose souvent la question quant à l’utilisation des civilités lors de l’écriture d’un courrier, voici la liste des abréviations et appellations acceptées par l’Académie Française :

Abréviations des civilités courantes :

  • Monsieur : M. (et non Mr qui signifie Mister en anglais)
  • Messieurs : MM.
  • Madame : Mme
  • Mesdames : Mmes
  • Mademoiselle : Mlle
  • Mesdemoiselles : Mlles

Appellation et abréviations spécifiques :

  • Un avocat ou un notaire : Maître (Me / Mes)
  • Un docteur : Docteur (Dr / Drs)
  • Un professeur : Professeur (Pr / Prs)
  • Hommes du corps militaire (le Mon devant le titre ne s’applique qu’aux hommes, les femmes doivent se faire appeler par leur grade uniquement)
    • Un général : Mon Général (Gal)
    • Un colonel : Mon Colonel (Cel)
    • Un capitaine : Mon Capitaine (Cne)
    • Un commandant : Mon Commandant (Cdt)
    • Un sous lieutenent : Mon Sous-Lieutenant (S.-Lt)
  • Hommes d’églises
    • Un abbé : Mon Père (P.)
    • Un saint : Saint X (St)
    • Le pape : Sa Sainteté (S.S.)
  • Notables
    • Un baron : Baron (Bon / Bonne)
    • Un comte : Comte (Cte / Ctesse)
    • Un marquis : Marquis (Mis / Mise)
    • Une altesse : Son Altesse (S.A), Son Altesse impériale (S.A.I.), Son Altesse sérénissime (S.A.S.)

45 commentaires sur Utilisation et écriture des titres de civilité

  1. Je rajouterais

    « Monsieur le curé » pour un curé.

    Également, il me semble que suivant que l’on appartienne ou pas à un corps d’armée ou pas, on doit s’adresser à un officier avec le « mon » ou sans le « mon » : un civil dira « Colonel, passez moi le sel » et un soldat dira « Mon Colonel, passez moi le sel », ou l’inverse, je sais jamais, mais y’a une feinte dans ce genre la…

    Enfin, quoi qu’en dise les féministes, les noms de fonctions et les grades ne se féminisent pas, quoi qu’il arrive ; par exemple, on ne dira pas Madame LA Ministre, mais Madame LE Ministre. Ce n’est pas du machisme primaire, c’est juste que l’on ne peut réduire la fonction exercée à la personne qui l’excerce, et que par conséquent, on se doit en bon français d’utiliser le genre « non-marqué », qui est le genre masculin dans notre bonne vieille langue de Molière…

  2. Il y a effectivement une subtilité dans l’utilisation de Mon pour les hommes du corps militaire mais comme je ne sais pas exactement laquelle, j’ai préféré m’abstenir d’en parler :)

    Il me semble que tout homme faisant parti de la même nation que le colonel doit l’appeler Mon Colonel mais que tous ceux étant au dessus de lui en grade et ceux qu’une nation différente doivent l’appeler Colonel tout court.

    Je l’ai su mais je n’en suis pas sur en tout cas.

  3. ca mérite que je ressorte mes livres de bonnes manières :-)

  4. Pour les grades, il me semblait que le « Mon » veut dire « Monsieur ».
    DOnc si tu dis « Lieutenant » à un lieutenant, il a le droit de te fiche au trou car tu le traites de fille.

  5. Sauf si c’est un civil ou un supérieur ou que le lieutenant ainsi interpellé est une femme ;)

  6. Mr en français veut dire Monseigneur

  7. « Mr » est la plus grande bêtise et la plus courante ! Vive le code typographique…

  8. Pour revenir sur les militaires, ils adorent ça, le mon ne signifie pas monsieur, mais signale une position hierarchique supérieure. Un colonel appele un capitaine « capitaine » et le capitaine lui rend du « mon colonel. »
    Ce mon marque une appartenance au corp et donc n’est réservé qu’au militaire eux mêmes, ou bien ceux qui l’ont été.
    L’introduction des femmes dans l’armée a changé la donne, le mon pouvant être pris comme affectueux (oui mon lapin?).
    Je signale d’ailleurs qu’il me semble que l’armée ne reconnait toujours pas les genres, chacun étant militaire et non homme femme ou bouc.
    Bref c’est le bordel, mais c’est écrit et donc respecté.

  9. Au passage, on n’appelle pas une Sous-Lieutenant, « mon Sous-Lieutenant » mais « mon Lieutenant ». Juste une subtilité de plus, pour compliquer un peu plus les choses :o)

  10. un Sous-Lieutenant pas « une » Sous-Lieutenant, pardon!

  11. Si jen e dis pas de bêtise, pour les noms à particule il y a également une subtilité.

    Admettons que l’on s’adresse à Dominique de Villepin.
    On doit dire : « Villepin », ou « Monsieur de Villepin ».

    Et pour le jusge, on ne dit « Votre Honneur » que dans les pays anglophones, en France c’est « Monsieur le Juge » !

  12. Pour en rajouter une couche au niveau des titres des militaires, les civils peuvent utiliser le mon, mais sans obligation. Ils diront donc « Bonjour Capitaine ». Pour les militaires, c’est plus compliqué : ça sera « mes respects mon capitaine » (mes devoirs pour un général) si la personne est d’un grade supérieur, sinon : « bonjour capitaine ». Le mon est utilisé seulement pour les hommes et uniquement les officiers et les adjudants et adjudants-chefs. A noter que les aspirants, les sous-lieutenants et les lieutenants sont appelés « mon lieutenant » et les colonels et lieutenants-colonels « mon colonel ».

  13. pour les militaires on n’utilise le MON que lorsque l’on est militaire, un civil ne doit pas l’utiliser il dira juste Capitaine ,Colonel ect. ect. ect.

  14. Je me permet de confirmer ce que dit jid, le « mon » des militaires n’est nullement une expression d’appartenance mais une abréviation de « monsieur ».

    Par commandant le 4 juin 2008 à 16:17
  15. Je savais pour ce qui est de la différence anglais/français « M. » et « Mr » et pour ce qui est des abréviations courantes. En revanche je n’avais aucune idée qu’il existait des abréviations dans le domaine militaire et pour les notables. Vraiment très intéressant.

  16. je ne comprends pas pourquoi les medias utilisent les titres « monseigneur » sa sainteté » et autres ( ma soeur, mon père…) alors que nous sommes dans un pays républicain et laïc ! je m’insurge totalement contre cette pratique que d’ailleurs je ne peux utiliser (je ne peux pas dire mon père à un curé!) ça vient d’où cette habitude à la con??

    Par NADINEH le 16 avril 2009 à 13:45
  17. Le « mon » est obligatoire devant les grades (sauf exceptions: les marins, les personnels féminins, les sergents, les majors etc.).

    Le fait d’être le supérieur ne change rien ! Un colonel ne dit pas « capitaine, passez moi le sel », cela reviendrai a dire que le capitaine est une femme, ni plus, ni moins.

    En général, les supérieurs hiérarchiques diront plus simplement « machin, passez moi le sel ».

    PS: Aujourd’hui on dit « mes respects » a un général et non « mes devoirs » (a moins d’avoir plus de 70 ans), c’est aujourd’hui très mal vu de présenter ses devoirs: j’ai été plusieurs fois témoin d’explications de texte sur le sujet.

  18. @CPL
    Petite précision, et pas des moindres : on ne présente ses respects qu’à un officier supérieur, donc pas à un capitaine qui fait parti des officiers subalternes.

  19. MON cher ZeVs
    Les Canadiens qui ont servi avec l’armée française sont revenus avec les habitudes suivantes:
    1-un subordonné dit « mon colonel » mais sa femme peut dire simplement « colonel » n’étant pas sous les ordres du chef de son mari.
    2-Le colonel répond: « Lieutenant… »,à son subordonné mais dit « mon général » à son « patron ».
    4-Un subordonné qui est mécontent avec les ordres de son patron dit « Oui, colonel » en oubliant (par hasard) le « mon ».
    3-Un civil qui veut flatter le colonel peut bien dire « Mon Colonel » mais cela n’est pas requis.

    Si vous changez votre protocole assez compliqué, veuillez nous donner quelques années pour le réapprendre.
    Salutations – Tom

  20. @bob: NON ! On présente ses respects à TOUT LE MONDE au dessus de soi même.

    Certes, cette habitude se perd, surtout entre grades proches.

    Mais, aujourd’hui, un jeune militaire du rang qui croise un major va lui présenter ses respects. Je vois cette situation se passer tous les jours.

    Il me semble, par ailleurs, que c’est ce qui prévu dans les textes.

    ________________________________________________________________

    @cher Tom :)

    Merci de ces informations.

    Tous les points que tu soulignes sont importants et la plupart n’ont pas étés relevés depuis le début du débat.

    Cependant le point 2 me laisse dubitatif. Dans le sens ou c’est une moquerie quotidienne de dire « lieutenant » à un lieutenant masculin…

  21. Comme suite à mon message précédent au sujet des titres militaires, voir le Guide de l’étiquette et du savoir vivre par De Prelle page 159. (1) Un homme qui a fait son service militaire s’adresse (dans une lettre) à « Mon Colonel ». (2) Un homme sans antécédants militaires s’adresse à « Monsieur le Colonel » (3) Une femme s’adresse simplement à « Colonel ».

  22. Bonjour, je confirme, le « mon » est bien le diminutif de « monsieur » dans l’armée. C’est pourquoi , lorsque l’on présente ses respect a un supérieur féminin on ne dit pas « mon ».

    A noter que le « mon » doit être utilisé devant le grade, et ce, même par un supérieur.

    Le « mon » n’est pas utilisé pour les femmes et les grade de : sergent, sergent-chef, major et aspirant.

    Le

  23. Chère NADINEH,
    C’est à mon tour de m’insurger contre ton anticléricalisme mêlé d’une confusion et d’une vulgarité qui me mettent hors de moi : d’une part le fait que notre République soit laïque signifie qu’elle respecte et reconnait TOUTES les religions sans en privilégier une – donc il n’y a rien d’anormal en ce qui concerne l’utilisation de ces abréviations par les médias ; d’autre part il s’avère choquant pour les catholiques – et la France que tu le veuilles ou non est une terre profondément marquée par la chrétienté – de ne pas appeler les dignitaires de l’Eglise par leurs titres ; enfin je trouve que, lorsque tu traites de « con » ces pratiques, tu as une attitude sectaire qui ne respecte pas les libertés de chacun.

    Par Jean Naimard le 5 août 2010 à 22:08
  24. Bonjour. Merci pour toutes ce abréviations et cette grande discussion qui pousse en longueur.

    Je suis instructeur militaire et je souhaite apporter des précisions.

    Le préfixe « mon » qui signifie monsieur est effectivement inutilisé dans la marine depuis que Napoléon I leur a retiré cette possibilité d’être des messieurs suite à la défaite de Trafalgar. Il n’est pas non plus utilisé pour les grades des militaires du rang ni les 2 premiers grades de sous-officier (sergent, gendarme, garde, maréchal des logis ainsi que sergent-chef, maréchal des logis-chef) ni pour le grade de major. Il n’est pas utilisé devant le grade si le personnel est une femme. Désormais certains corps féminisent les grades (exemple: adjudante).
    Concernant les « respects » ils ne s’adressent qu’à un supérieur mais ne concernent en aucun cas les militaires du rang. Ainsi un militaire non gradé ou brigadier ou caporal ne présente pas ses respects à un brigadier-chef ou caporal-chef. Il dit simplement bonjour suivi du grade. Ainsi les respects ne sont présentés qu’à partir du premier grade de sous-officier.
    Particularité: dans l’arme de cavalerie il faut dire « mes respects mon lieutenant » à un adjudant ou un adjudant-chef depuis l’époque napoléonienne.

    Par contre vous ne semblez pas connaître les abréviations de grades en 3 lettres utilisées au sein des armées…

    exemple: SGT= sergent, BGD= brigadier, BCH= brigadier chef, GND= gendarme, GRD= garde, MDC= maréchal des logis-chef, ADJ= adjudant etc…

    Par Pot de fleurs le 8 octobre 2010 à 10:21
  25. A noter que les FEMMES civiles(surtout celles des générations qui n’ont pas fait leur service militaire!) ne disent EN AUCUN CAS « Mon (!!!) Colonel »…Ns pouvons interpeller: « Colonel », ou simplement , et c’est ce que je vs conseille, ns adresser à: »Monsieur » MK.

  26. Merci POT DE FLEURS, enfin quelqu’un qui dit qqc de concret!! moi même militaire de carrière dans la cavalerie je vois que tu connais bien notre histoire, sa fait plaisir à voir!
    je confirme donc a 200% tous se que tu as écrit!

  27. Bonjour à tous,

    Etes vous bien sûr concernant les devoirs à présenter aux généraux ? Lorsque j’étais b/chef en cavalerie il y 15 ans, cela se faisait encore.
    et je dois dire que cela en jetait un max.
    ps : a bas le leclerc – vive l’Amx30b2

    Par 6eme cuir Olivet Amx30b2 le 14 décembre 2010 à 17:43
  28. Bonjour Kurer. Oui, une femme civile peut dire simplement « monsieur ». Par contre une épouse ou compagne (ou époux/compagnon car dans les armées il y a aussi des femmes) dira généralement « Colonel » ce qui permet de marquer l’appartenance de son/sa compagne au métier des armes bien que cela ne soit pas une obligation mais une simple règle de politesse.

    Bonjour 6eme cuir Olivet Amx30b2, oui c’est terminé pour les devoirs mais les traditions ont la vie dure, autant que les plis sur le dos des chemises. La première fois que j’ai vu un militaire se faire reprendre après avoir présenté ses « devoirs » c’était quand même fin 1997.

    Par Pot de fleurs le 19 décembre 2010 à 08:49
  29. Parlons de la marine :
    EV enseigne de vaisseau on dit lieutenant
    LV grade lieutenant de vaisseau on dit capitaine (et pas mon capitaine comme dans l’armée de terre ou de l’air)
    à partir de CC (capitaine de corvette) on dit commandant (même pour les CF capitaine de frégate et autres
    pour les officiers mariniers (alias sous-off de la mer), nous avons les SM second maitre, MT maitre, PM premier maitre, MP maitre principal
    … nous n’osons pas la féminisation des termes car première maitresse, maitresse principale ou seconde maitresse ca jaserait vite!!! Ne vous inquiétez pas, je suis armée de terre et j’ai du mal à m’y retrouver aussi!!!

    Pour continuer, la bienséance nous interdit (nous les femmes militaires) de présenter nos respects à un supérieur masculin. Un bonjour mon général avec un salut réglementaire suffisent.

    Pour compliquer nous avons des armes dans les quelles nous avons les caporaux au lieu de brigadier, caporaux chef au lieu de brigadier chef, maréchal des logis au lieu de sergent et maréchal des logis chef pour sergent-chef…

    J’en rajoute??? allez une dernière pour la route?

    dans l’armée de l’air on note SGC pour sergent chef au lieu de SCH dans l’armée de terre.

    Par gallia le 5 avril 2011 à 20:09
  30. Une précision : je suis marin et l’abréviation correcte du grade de maître est « MTE ».

  31. Bonjour,
    Je viens de lire les commentaires sur le « MON » et « Mes respect Mon Capitaine…. »
    Depuis Mars 2005 « statue des militaires » et de puis le 15 juillet 2005 le «RDGM » le règlement de Militaire.
    Pour dire bonjour à un militaire, c’est le salut Réglementaire inscrits dans notre règlement  » le subordonné salut son supérieur qui lui rend le salut » le supérieur, si il veut bien tendre la main à son subordonné.
    Mes respects de se dit pas dans institution, car le subordonné respect son supérieur et le supérieur respect le subordonné.
    Donc le bonjour s’impose et il n’y a pas de manque de respect en disant “bonjour mon ………..“

    Par Hades 79 le 31 octobre 2011 à 08:59
  32. Bonjour,
    il est légitime que les subordonnés, en particulier les militaires du rang présentent leurs respects à leurs supérieurs; en effet, il est impensable que ceux-ci saluent leurs officiers et sous-officiers de la même façon qu’ils saluent un brigadier ou un brigadier-chef…A mon sens, ce sont deux mots qui ne coûtent rien, juste trois syllabes de plus, et qui font toute la différence.
    Quant au « bonjour mon capitaine », faut pas exagérer, on ne travaille pas chez peugeot ou dans n’importe quelle boîte civile, on ne dit pas « bonjour » à ses supérieurs quand on est militaire…. En matière de politesse et de correction, on en fait jamais trop, que ce soit dans la vie civile ou militaire.

    Par c'est cela oui le 10 février 2012 à 00:22
  33. En français, « monsieur » s’abrège M. (un M suivi d’un point)
    En anglais, « monsieur » s’abrège Mr (Mr sans point derrière au Royaume-Uni, et suivi d’un point aux Etat-Unis).
    Et en français, « Monseigneur » s’abrège Mgr

    Par tournevire le 21 février 2012 à 23:02
  34. Et ce n’est pas ce qui est écrit tournevire ??

  35. Très bien ces infos sur les civilités, mais juste une petite remarque :
    les abréviations de groupes de mots ne prennent pas de point, ni entre les lettres, ni à la fin.
    On écrit donc SAR Albert II et non S.A.R. Albert II ; tout comme on écrit ASBL et non A.S.B.L.

    Par Maladrye le 18 mars 2012 à 13:01
  36. Et pour Amiral, y a t il un abrégé ?

  37. Bonjour,
    Est ce qu’un ancien militaire (officier ayant l’honorariat de son grade) peut être nommé par son grade par des militaires en activité, reservistes ou ayant l’honorariat (Exemple: Commandant Cousteau,, Colonel Fabien,, capitaine Haddok etc) Et même être en droit de demander aux gendarmes militaires eux-mêmes de lui ‘donner’ du Mon Colonel ou Mon Commandant etc.s’il est en civil mais fait connaitre son identité militaire..
    Mais deux derniers exemples ont pour but de faire sourire et pas de moquer l’institution naturellement.
    bien à vous

    Par BORDENAVE Michel le 9 mai 2012 à 18:53
  38. Bonjour à tous,

    Savez-vous ce qu’il en est des épouses de militaires ?
    Très concrètement, en pleine rédaction d’un faire-part de mariage, je ne suis pas certaine de la formulation à employer :
    1) Madame le colonel Marcel Machin
    2) Madame la colonelle Marcel Machin
    3) une autre formulation…

    Bien à vous

    Par future_mariée le 31 juillet 2012 à 17:23
  39. Il me semble que les grades « feminisés » (commandante, adjudante etc.) ne s’appliquent qu’aux femmes elles-mêmes militaires.
    Pour les femmes DE militaire, ce serait plutôt « Madame le colonel Machin » (au masculin, vu que le grade est détenu par un homme).
    Cordialement.

  40. Amusant ce forum. En le lisant, je constate qu’il y a des nuances dans le protocole en fonction que l’on est de France ou de Belgique. Par exemple, si la France se dit laïque (en fait plutôt anticléricale), la Belgique se présente comme étant neutre envers les religions et la constitution du pays reconnaît (et subventionne) 5 religions. Donc il est tout à fait normal et logique d’y utiliser les « titres » de celle-ci.
    A noter aussi qu’en ce qui concerne les membres de la famille royale (et pour les princes sérénissime et/ou les princes du « salon bleu », sauf erreur de ma part) pour les hommes on dit Monseigneur. Pour les personnes du sexe féminin ce sera toujours Madame (même si la princesse est encore un enfant).
    Ne pas oublier également qu’en Belgique il n’existe pas de Maire (sauf rares exceptions) ni d’adjoints au maire mais Bourgmestre et Echevin.

    Par Hermesse le 16 octobre 2012 à 07:52
  41. Bonjour,
    1. Une erreur de ce post que personne n’a relevée : les majuscules ne sont pas de mise dans ces abréviations. Les règles de MAJ/min sur les civilités sont complexes et il est vrai rarement bien appliquées : on abuse souvent des majuscules par déférence, ce qui peut se comprendre, mais ce n’est pas rigoureux. Vive la république, citoyens !
    « - Les civilités s’écrivent sous la forme suivante :
    ° Abrégées devant un nom, un prénom ou un titre pour une personne dont on parle (Melle Chantranle, M. Jean, Mme de Dantzig, Mme la duchesse…) [NB : les exposants ne passent pas ici, dommage...]
    ° En minuscules sans abréviation (mademoiselle, mademoiselle Chantranle…) quand il n’y a pas de titre, de fonction, etc. ; quand on s’adresse à la personne elle-même (dialogue, lettre, etc.) ; enfin c’est sans grand risque dans le cas général…
    ° Avec une majuscule initiale sans abréviation uniquement pour les titres consacrés par l’Histoire (Madame Mère, Monsieur frère du roi, Monsieur Loyal…) ou pour le premier mot d’un titre (Madame Bovary)
    ° Les titres de noblesse ne prennent pas de majuscule : duchesse, marquis, reine
    ° Les titres honorifiques prennent des majuscules initiales : Sa Majesté, Son Excellence
    - Ces règles sont étendues à des titres comme docteur (et non Docteur), professeur (et non Professeur), mon général (et non Mon Général), ministre (et non Ministre), président (et non Président), etc. »
    Ces règles sont extraites du standard éditorial du « bas vénitien ». Précisions dans le « Lexique des règles typographiques » de l’Imprimerie nationale.
    Une remarque sur l’absence de « Mon » lorsqu’un civil s’adresse à un militaire, selon le service communication de la gendarmerie, il s’agit d’une tolérance et non d’une règle.

  42. Une erreur dans mon commentaire : lire « les majuscules ne sont pas de mise dans les civilités non abrégées », et non bien sûr « dans ces abréviations ».

  43. En réponse au commentaire de BORDENAVE Michel, un officier n’étant plus militaire pour retraite par exemple, concerve son grade mais ne peux plus être appele par celui ci. Toute fois il peut être présente comme par exemple Colonel Machin a la retraite. Mais je ne sais pas si il peut encore recevoir les honneurs militaires n’étant plus en activité donc n’ayant plus le droit de porter l’uniforme.

    Par Kevin-GD le 27 juillet 2013 à 14:27
  44. A moins de faire un complexe d’infériorité, pourquoi ne pas donner leur titre aux gens: maître, mon général, docteur , monsieur . On ne dit pas mademoiselle à une jeune fille qui a passé l’âge mais madame, on dit mademoiselle à une actrice de la comédie française… Quand je faisais mon service militaire et que je déjeunais avec mon général, il appelait courtoisement l’aspirant que j’étais « mon lieutenant » réservant l’appellation lieutenant au même ayant du retard dans le service ou autre motif de reproche. Tout est dans la subtilité.
    Se montrer courtois n’est jamais du temps perdu, et rend la vie plus agréable

    Par Dr jean Lemenicier le 18 décembre 2013 à 15:10
  45. Bonjour.
    Article intéressant mais quelques choses me chiffonnent:
    - un civil et surtout depuis la fin du service militaire n’est pas censé connaître les grades des différent services (armée, gendarmerie, pompiers, etc.) donc de façon naturelle se sera Monsieur ou Madame.
    - Depuis quelques temps déjà le terme « mademoiselle » est proscrit.
    - Un non pratiquant religieux n’a pas à dire « mon père » ou « monseigneur » etc..par conviction se sera aussi monsieur.
    - ensuite la question d’un gradé en civil reste très vague (ex: un lieutenant de police n’est pas tenu de dire mon général lors d’un contrôle d’identité si le général est en civil).
    Voili, voiloù

    Par biniou66 le 24 janvier 2014 à 16:23

Poster un commentaire

Culture-generale.fr est un blog collaboratif destiné à améliorer chaque jour votre culture générale, plus vous apprenez de choses et plus nous sommes contents. Plus d'informations ».

Abonnez-vous gratuitement

Vous pouvez nous suivre via le flux RSS, recevoir les nouveaux articles par email ou encore vous abonner à nos pages sur les réseaux sociaux twitter et sur facebook.

Abonnez-vous au flux RSS de culture générale Abonnement à culture générale  par email Abonnement facebook Abonnement twitter